Magazine Culture

L'origine probable des guinguettes

Par Bernard Vassor

Par Bernard Vassor

Guinguette au XVIII LARGEUR.jpg L'origine du mot guinguette est controversé. Parmi les étymologies, certains prétendent qu'un certain Pierre Guinguet cabaretier, il aurait établi un établissement portant son nom, d'autres sources disent que les premières guinguettes auraient vu le jour dans le quartier de la Guinguette aux Invalides. Certains ouvrages de  "Droit coûtumier" donnent aux meuniers, autorisation de vendre les produits de leur travail, sur leur lieu de fabrication. Autorisation leur était faite d'exploiter une vigne aux alentour du moulin. C'est ainsi que certains, vendirent des galettes et le vin de leurs vignes, quil était obligatoire de consommer sur place. Le vin aidant, l'habitude vint de danser pour exprimer sa joie. Le guinguet trouve certainement son origine dans le méchand vin vert aigrelet, (on disait "qu'il était tellement aigre, qu'il ferait danser des chèvres") on l'appelait aussi le ginglard ou le reginglard, qui serait dérivé de la gigue, danse échevelée. Toujours est-il qu'au XIX° siècle, le mot guinguette désignait "les Moulins de la Galette" qui tout autour de Paris étaient établis, on désignait aussi sous ce nom "les bals de barrière",les cabarets, les bastringues, marchands de vins, les bals publics, ayant autour d'eux des espaces de verdure. La plus célèbre des guinguettes est celle de Ramponneau et Desnoyer, dont nous avaons raconté mille fois les histoires, de Belleville aux Porcherons. En 1784, les fermiers généraux firent ériger par Ledoux de nouvelles barrières d'octroi, englobant les ginguettes, avec des murs de trois mètres de hauteur. Un pamplétaire anonyme fit circuler ces vers :  "Pour augmenter son numéraire  Et raccourcir notre horizon,  La Ferme a jugé nécéssaire  De mettre Paris en prison" Le mur à peine commencé, les cabarets guingeuettes et autres bastringues déménagèrent pour s'établir de l'autre côté du mur pour boire le vin hors taxes ! ....... Les membres du "Caveau" ont chanté à leur façon les guinguettes qu'ils fréquentaient assez souvent si l'on en croit la chanson d'un des membres fondateurs au début du XVIII° : Charles Collé "Je vais vous croquer le tableau D'une guinguette folle : C'est là qu'on a du vin nouveau, Qu'on rit qu'on batifole; C'est là que Michau Caresse Isabeau, Sur le cul d'un tonneau. La nuit,est-on las de Catin, L'on embrasse Nicole, Qu'on abandonne le matin Pour Suzon qu'on bricole; Ou pour Janneton, Ou pour Margoton, Ou pour Mamzell' Tonton". Les guinguettes, le dimanche, était surtout fréquentées par des ouvriers et surveillées comme il se doit par la police. Un rapport à la préfecture du 5 serptembre 1800, indique : "On a remarqué que des ouvriers se réunissaient dans les guingettes des Porcherons ou de la Courtille, et que quelques perturbateurs d'entre eux proposaient de s'attrouper pour demander une augmentation du prix de leurs journées." On ne peut pas en terminer sans parler à la fin du XIX° des guinguettes au bord de l'eau, de la valse-musette des flons-flons et de l'accordéon (chauffe Marcel) Canotiers hauteur.jpg

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Maguy
posté le 07 août à 12:20
Signaler un abus

L'origine exacte des guinguettes

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines