Magazine Journal intime

« Païennes »

Par Markhy

Dans la rue, une vieille nettoie. Et nous engueule. Elle nettoie le trottoir avec le balais de chez elle, elle porte un chemisier bleu à fleur et une choucroute sur la tête. Comme toutes les vieilles. Elle se réveille un peu avant six heures le matin. Et elle nettoie toute la rue, elle s’est dotée de cette mission. Jeanne d’Arc n’aurait pas fait mieux. Ça lui permet de criser un peu, de voir des gens, de taper nos pieds avec le balais. On déconne. On saura qu’elle sera morte quand les mégots de clope s’accumuleront toujours plus en bas de l’immeuble. On s’en inquiétera un peu, on déconnera surtout. Et on jettera quand même les mégots par terre. On s’en fout.

C’est une véritable pornographie dehors, tout le monde est à poil, comme les mères sur Jacquieetmichel. Les filles sont toujours aussi païennes dans le quartier. C’est affreux. Allah est dans leur vie, comme si c’était une image Panini. Elles ont tous les symboles du manque de réflexion : Main de fatma autour du cou, parfois le voile quand elles ont des montés de MDMA, expression galvaudée incessante : inch’allah, starf’allah. En fait, Allah n’intervient que pour espérer trouver un nouveau mec ou quand on se moque de la vieille : Starf’allah pour ne pas devenir comme elle. Allah dans le quartier, cela pourrait faire flipper tous les républicains, ceux qui s’inquiètent de la montée de l’intégrisme musulman, mais il n’est pas vraiment là, Allah, il n’est pas réfléchi. Surtout chez les filles, c’est d’ailleurs comme ça qu’on se rend compte que la misogynie est ultra présente, ce n’est pas la religion qui l’a décidé cette misogynie, j’ose croire ça, mais c’est une culture familiale où les hommes ont plus facilement accès à l’enseignement coranique que les filles. C’est en train de changer, celles qui se sont mariés, qu’ont déjà les enfants : Les grandes sœurs. Elles offrent à leur fille une culture du Coran à la mosquée que elles n’ont eu qu’à la maison.

La vieille continue de balayer ce matin et l’immeuble essaye d’être aussi beau qu’un Macy’s. On ne lui crache pas dessus. Elle jure Dieu. Elle jure Dieu comme les copines disent starf’allah. Elle aussi, c’est une païenne. Mais comme elle va bientôt mourir, elle pense que sa croyance est sincère. Je regrette de m’être fait baptiser enfant, je regrette car ce n’est pas un choix qui est venu, mais un truc que l’on m’a imposé. Je regrette, mais au fond si je n’étais pas déjà baptisé, je ferai en ce moment ma catéchèse. Mes parents ont mis en moi ce truc, je suis fier de le porter, et je le transmet comme je peux. Quand j’étais petit je croyais que j’étais la réincarnation de Jésus, je m’étais persuadé de ça. Faut savoir, que enfant, on s’identifie rapidement : Au lieu des dessins animés, le catéchisme. Au lieu d’être Action Man, être Jésus.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :