Magazine

Une nuit en cabane

Publié le 14 mars 2009 par Irene
Avec Faustine, on vient de passer une nuit en cabane. Incitation à la paresse, délit de convivialité, attentat à la tartine de beurre…, les chefs d'accusation ne manquent pas. C'est un avertissement, mais on a très envie d'y retourner, en cabane. On y serait bien restées, d'ailleurs. C'est bien de prendre un peu de hauteur. On tire les rideaux en tissu basque et on voit la campagne angevine. Le printemps balbutiant, les oiseaux s'agitent : les pinsons des arbres se la pètent avec leur plumage nuptial, le pouillot véloce m'a bien fait comprendre qu'il était de retour en chantant à tue-tête. Au petit déj, riz au lait maison et pain perdu. Hum… Des gens charmants, les matons de la Chouannière.
Hier soir, avec Hélène, on s'est fait la petite auberge de Beaufort-en-Vallée, haut lieu de la boule de fort. Ça ne paie pas de mine mais on s'est régalées. En rentrant, j'ai respiré l'odeur de MA campagne. J'avais oublié. Cette odeur unique de terre mouillée et de végétal qui vous emplit les narines, le soir, quand vous sortez de votre voiture. J'avais oublié. A vol d'oiseau, mon jardin n'était pas très loin, et j'aurais aimé m'y réveiller, ce matin. Tirer mon rideau à moi, voir la mare sortir de sa torpeur, les lézards lézarder dans les fissures du tuffeau et pester sur le merle s'égosillant sur la cheminée. Au lieu de ça, nous sommes reparties pour la ville et ses émeutes potentielles (ça chauffe, le samedi, dans mon quartier !).
En chemin, on s'est poêlées en potassant un Guide de conversation français-anglais que j'ai reçu hier. C'est un petit bouquin fort drôle de Vincent Haudiquet, édité par Chiflet & Cie, déjà connus pour leur guide précieux Comment élever un ado d'appartement et du Gay Vinci Code. Le principe : apprendre à traduire des phrases d'une grande inutilité dans toutes les situations du quotidien que l'on peut rencontrer. Par exemple : "C'est fou ce que le thé améliore le goût de l'eau chaude" (It's great how tea adds flavour to hot water !). Au bar, pour parodier l'une des phrases de l'auteur à la mode Ackerman, ça donnerait : "J'espère que tu vas me rembourser le verre de crémant que tu as renversé car je n'ai l'intention ni de lécher le comptoir ni de le boire avec une éponge.". Un nouveau défi me vient à l'esprit : celui ou celle qui fera la traduction parfaite de cette phrase inutile en anglais gagnera une bouteille d'X Noir. Allez, une dernière pour la route, ou plutôt pour le rail (restons écolo), puisque c'est une phrase adaptée à un voyage en Eurostar : "La dernière fois, la mer était calme, nous sommes passés au-dessus du tunnel." Au fait, le guide en question, il coûte 12 euros… Ça vaut le coup d'investir pour quelques fous rires.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Irene 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog