Magazine Sport

Merci Messieurs Diniz et Santoro - Désolant Gasquet

Publié le 01 septembre 2007 par Pascal Boutreau

07090105131604o5fgnk0bEt voilà ! Quand la Patrie est en danger, la Champagne arrive à son secours. Merci Yohan Diniz d'éviter à la France de rentrer bredouille des Championnats du monde d'athlé. Le Rémois est fiable... sachez-le (bon ok, je ne suis pas forcément très objectif...).  Je trouve ça génial que ce soit un marcheur, discipline ô combien marginale, qui ramène la seule breloque. Aujourd'hui sorti de l'anonymat, Diniz n'a évidemment pas pratiqué la marche athlétique pour l'appât du gain ou de la notoriété. Il raconte souvent que sa démarche chaloupée lui valut par le passé pas mal de moqueries et de quolibets. Pourtant, aujourd'hui, alors que les Baala ou Hurtis se sont royalement plantés, c'est lui la "star". Comme le dit Papa Koala dans les commentaires d'une news précédente, les images des Championnats d'Europe de Göteborg où, cheveux longs et lunettes embuées il avait décroché l'or européen, avaient marqué les télespectateurs. Son discours atypique, son super esprit et sa "bonne gueule" avaient fini de séduire le public. ça m'a fait sourire d'entendre unhe collègue dire qu'elle allait mettre le réveil à 3 heures du mat pour suivre l'arrivée... (moi j'ai préféré ne pas aller me coucher). Qui aurait pu dire qu'on se lèverait un jour en pleine nuit pour de la marche ? Voilà désormais Diniz vice-champion du monde en ayant, lui, répondu aux attentes et aux expoirs placés en lui. Vivement Pékin !   

......................................................................................

1013850334
Un mot de tennis pour rendre hommage et saluer Fabrice Santoro et me désoler du cas de Richard Gasquet, un grand talent mais un mental d'huître (et encore, certaines huitres pourraient être vexées de cette comparaison).  Dans la nuit de jeudi à vendredi, Santoro a écrit une nouvelle magnifique page de son histoire. Pourtant perclus de crampes, le Français n'a rien lâché face à l'Américain James Blake. Jamais il n'a renoncé et s'est battu comme un chien, jusqu'à l'épuisement. Le central de Flushing Meadow ne s'y est pas trompé lui rendant un formidable hommage. Une longue standing ovation pour saluer cet artiste au jeu si atypique et si ensorcelant (sauf pour ces adversaires qui peuvent parfois disjoncter). 20 000 personnes restées dans les gradins au-delà de minuit et debout pour lui, reconnaissantes envers le tit Frenchy pour les émotions offertes. Un grand moment de plus dans la carrière de Santoro qui n'en est pas à son coup d'essai. A l'occasion d'ubn match contre Federer, Flushing s'était déjà levé pour lui. Tout comme le central de Melbourne il y a quelques années. Sans oublier of course Roland-Garros à de multiples reprises dont ce match record contre Clément, en 2004 (6h35 de jeu et 16-14 au 5e set). A 34 ans, il dispute son 61e tournoi du grand chelem, record d'Agassi égalé pour le moment et sans doute bientôt battu. Une longévité qui s'explique sans doute en partie pour l'amour du jeu. Certes, il a perdu mais quelque part, peu importe...

2668075411
Et pendant que Santoro faisait vibrer New York, Richard Gasquet, lui, déclarait forfait à cause d'une... angine. Mais on croit rêver !!! Complètement cuit, avec des tendinites de partout, Nadal lui va sur le court et se bat jusqu'à la dernière goutte d'essence. Pour Gasquet, un coup c'est le dos, un coup c'est des ampules à la main, il a toujours un truc de travers... Si ça l'ennuie de jouer au tennis, qu'il le dise... Quand Santoro va jouer au tennis (dans le sens littéral du mot jouer), Gasquet donne l'impression d'aller au boulot. Un grand champion c'est entre autres qualités, un talent, du travail et un mental. Visiblement, Gasquet n'a pas encore la panoplie complète... Alors on va dire qu'il est jeune et qu'il a le temps... Franchement, j'ai l'impression que c'est quand même mal barré...

891193369
Un petit mot aussi sur la jeune Alysé Cornet auteur d'un super match face à Jankovic. Pas de complexe, plein de culot et pour elle aussi, l'impression qu'elle était entrée sur le court avant tout pour prendre du plaisir. Et c'est souvent selon moi, une des clés de la perf'. Même si la jeune et jolie française s'est cette fois inclinée face à la n°3 mondiale, elle a dû se régaler comme en témoigne son sourire à sa sortie du court.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pascal Boutreau 6812 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine