Magazine Culture

Les éditions Héloïse d’Ormesson ont 4 ans !

Par Elisabeth Robert

Des étoiles plein les mirettes, des jolies choses dans le cœur j’ai passé une merveilleuse soirée à l’anniversaire de la maison d’édition Héloïse d’Ormesson!

Rencontrer des personnes que j’admire, discuter, me laisser emporter par leurs mots.

Découvrir des visages de personnes habituellement masquées par un blog, un métier…

Le milieu littéraire est très controversé, on parle de copinage, on parle des auteurs, on parle beaucoup… Moi j’écoute ! Je lis leurs lignes et ensuite je regarde ce qu’ils ont dans leurs cœurs.

Un bouquin révèle une infime partie de l’être qui l’a écrit.

Parfois on ne devrait pas découvrir l’envers du décor, c'est vrai. Pourtant c’est quelque chose de passionnant, d’intrigant, connaître les coulisses permet aussi d’appréhender sa propre vision de l’écriture.

Finalement ils sont tous humains ces écrivains. Ils racontent des histoires magiques, tordues, émouvantes, drôles, touchantes… Et j’adore ça ! On ne peut pas aller contre ce que l'on est.

Et puis le couple Cohen-Solal-D’Ormesson c’est quand même pas rien ! Il fait le fou, elle est rigoureuse, il vanne, elle plaisante.

C’est l’alliance du cash and quiet

La complémentarité qui fait qu’ils réussissent chacun à trouver des textes aussi bons. Difficile de ne pas aimer un de leurs livres, sans aucun doute leur ligne éditoriale est vraiment bien réfléchie.

En fait c’est une véritable famille que l’on a envie de suivre, de revoir.

Hier soir j’ai aperçu Patrick Poivre d’Arvor, Jean d’Ormesson. J’ai mangé avec Richard Andrieux, plaisanté avec Éric Genetet et remis en place le col de Bernard Werber.

J'ai reparlé de la légende des cheveux à Georges Yémi et sourit à Isabelle Alonso.

J’ai aussi pu attraper la tendresse de Tatiana de Rosnay et découvrir Dominique Dyens, d’une douceur et d’une gentillesse incroyable.

J’ai écouté le discours de Gilles au côté de David Abiker.

J’ai parlementé avec mon ami auteur Stéphane Nolhart et parlé « saumons en papillote » avec Harold Cobert.

J’ai passé un peu de temps avec mon ami François Alquier, admiré la beauté d’Aida et puis j’ai osé féliciter Héloïse d’Ormesson qui me fascine et m’impressionne tant.

Et puis j’ai savouré un bel échange avec Stalker et son amie. Son blog est une mine d'or, il décortique réellement la littérature avec talent !

J’ai aussi négocié une future séance de dédicaces à quatre mains avec Benoît Luciani et redit à François Perrin (alias Kouet-Kouet) combien j’attendais son premier livre avec impatience tellement ce gars est un génie des mots !

J'ai vraiment apprécié de revoir Anne-Laure Bovéron et Zoé Artman, qui sont vraiment douées avec leurs appareils photos.

En fait j'ai vu tellement de personnes attachantes que j'ai gardé le sourire jusqu'à ce que je m'endorme...

Au moment de dire au-revoir une belle jeune femme m’a affirmé que l’on se connaissait, on a discuté et elle a fini par me dire son nom : Max Monnehay.

En l’écoutant j’ai quand même réalisé qu’être édité dans une belle et grande maison d’édition c’est un rêve mais j’ai aussi repensé aux dires d’autres auteurs… Une fois le rêve abouti, le plus dur c’est que l’on vous attend au tournant, le prochain livre… la pression de décevoir, l’envie de défendre le prochain avec les mêmes tripes que le premier. Les critiques, il faut quand même savoir encaisser et se détacher, prendre le recul nécessaire.

C’est sans concession... Écrire libère, la publication vous enferme dans un monde d’angoisses.

Le chemin de l’écriture n’est finalement qu’une route remplie d’obstacles, il n’y a pas de fin.

Mais quoiqu'il en soit c'est une aventure enivrante, délirante qui demande de l'énergie et de l'imagination !

Merci à Gilles et Héloise pour cette belle soirée et encore bon anniversaire!

En route vers les 5 ans !

Anniv


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Edu
posté le 29 juillet à 23:32
Signaler un abus

Quel epouventable et détestable personnage que ce Cohen Solal....au secours la itterature est en train de crever sous les coups de l'horrible gendre...

A propos de l’auteur


Elisabeth Robert 289 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines