Magazine Cinéma

Hadouk Trio : l'invitation au voyage

Par Titus @TitusFR
Le Relecq-Kerhuon accueille, ce week-end, la formation Hadouk Trio, auréolée d'une Victoire du jazz en 2007. Une rencontre intimiste avec trois musiciens d'exception.
htuppress1.jpg
Quelque part entre l'Afrique, l'Orient et l'Occident s'étendent les terres d'Hadouk. Une contrée aussi imaginaire qu'improbable, un pays sans frontières. "Hadouk" est un mot-valise composé de "hajouj", basse africaine et de "doudouk", hautbois arménien. Une contraction qui, à elle seule résume bien l'esprit d'Hadouk Trio, tant les trois bourlingueurs qui l'animent, depuis 1995, ont fait de l'exploration musicale un art de vivre.
Hadouktrio.jpgTrois géants
Deux fins mélodistes en sont à l'origine. Le saxophoniste et flûtiste Didier Malherbe, qui fut confondateur du groupe mythique Gong (au côté de Daevid Allen) et qui a collaboré avec Jacques Higelin, Brigitte Fontaine ou Robert Wyatt, entre autres). Puis Loy Ehrlich, pionnier du jazz-rock et programmateur du festival d'Essaouira, qui manipule aussi bien la kora, le hajouj marocain que les claviers et qui fut l'accompagnateur de Youssou N'Dour, Touré Kunda, Geoffrey Oryema ou Peter Gabriel.
Un troisième homme, Steve Shehan, les a vite rejoints dans cette aventure. Cet Américain, percussionniste attitré de la formation, est, à lui seul, l'auteur d'une bonne douzaine d'albums et a joué aux côtés de Brian Eno, Herbie Hancock, Paul McCartney ou Paul Simon. Un véritable prodige des fûts, peaux, clochettes... et toupies sonores.
Des ambiances multiples
Avec Hadouk Trio, il faut se laisser porter par les ondes. Les images se bousculent dans la tête au gré du voyage. Les ambiances sont multiples, tantôt orientales, tantôt africaines, voire celtes ou sud-américaines. L'orchestration, raffinée et intelligente, oscille sans cesse entre jazz et world music. Dans cette oasis de rêve et de mystère, difficile de ne pas se laisser gagner par les ambiances aériennes et jazzy d'un trio d'exception. Hadouk Trio sur scène ne donne pas seulement à entendre. C'est une véritable source de bien-être.
Samedi 21 mars, à L'Astrolabe, au Relecq-Kerhuon, à 20 h 30. Tarifs : 12, 8 et 4 €
"Suave corridor" au Cabaret sauvage, en 2007.

Article publié le lundi 16 mars dans Le Télégramme (édition de Brest).
POUR EN SAVOIR PLUS
Le site officiel de Didier Malherbe.
Le site MySpace du trio.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Titus 985 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte