Magazine Cinéma

Welcome - De Philippe Lioret

Par Kilucru

Welcome - De Philippe Lioret
Welcome
Un filmde Philippe Lioret
avec Vincent Lindon, Audrey Dana, Firat Ayverdi, Patrick Ligardes, Thierry Godard ...
Présenté à la Berlinale 2009
Synopsis
Pour impressionner et reconquérir sa femme, Simon, maître nageur à la piscine de Calais, prend le risque d'aider en secret un tout jeune réfugié irakien qui veut traverser la Manche à la nage...


Comédie dramatique, histoire d’une rupture, des quelques liens tenus et fragiles qui subsistent, de l’espoir, du désespoir que ne peut s’empêcher d’éprouver Simon(Vincent Lindon). Un homme sonné, bras ballants face à son destin d’être abandonné.
Parce qu’il croise un jour un aussi malheureux que lui, il va s’intéresser à ce nouveau venu, cet étranger. Un intérêt au départ un peu malsain, revanchard car ce qu’il essaye de saisir, c’est l’altruisme, ce courant qui pousse son ex-compagne Marion(Audray Dana) à adhérer, à donner de son temps et dans la mesure du possible de ses moyens aux migrants. Cette population qui croise aux alentours et dans Calais, porte éventuelle vers l’eldorado nommé Grande-Bretagne.
Tel un geste, un lien pouvant le rapprocher, le rabibocher avec celle qu’il aime toujours, Simon va s’intéresser, du bout des actes d’abord, puis de plus en plus franchement au jeune Bilal(Firat Ayverdi)
Lui voudrait » ramer » auprès de son ex, Bilal veut lui rejoindre sa future, Mina(Derya Ayverdi), là-bas de l’autre cote du Channel. Dans sa jeune tête un projet fou, puisqu’il ne peut emprunter des moyens terrestres il traversera la manche à la nage. Simon l’entrainera tout en tentant de le dissuader, il fera aussi l’expérience de nos drôles de loi. Nous pays des droits de l’homme, où aider son prochain peut vous apparenter au statut de malfaiteur.

Welcome - De Philippe Lioret

Simon réussira-t-il à empêcher Bilal de tenter l’impossible, et sinon celui-ci a il une chance de réussir ?
En filigrane, sur le rythme de quelques coups de téléphone se joue un autre drame, de l’autre cote de la manche, le père de Mina décide de marier cette dernière, le temps presse, n’est-il pas déjà trop tard ?
Ainsi le scénario juxtapose deux problèmes, les migrants, coute que coute à la recherche d’un monde un tant soit peu meilleur, leur passage sur notre terre d’accueil, il n’a pas fallu longtemps pour balayer une réputation d’hospitalité, et l’adaptation au sein du pays d’adoption ici où en Angleterre l’avenir de Mina semble tout tracé, contre son bon vouloir, tradition d’ailleurs , importées et bien amères !
Le troisième point et celui-là nous appartient, il est fait de honte, celle qui permet de poursuivre des êtres coupables d’entraide, et je pense à la chanson d’Hubert Felix Thiéfaineexercice de simple provocation avec 33 fois le mot coupable » , de police inquisitrice, traquant jusqu’au peu de chaleur, une soupe, un repas, un toit, un téléphone mis à disposition. Honte de cette justice..Et puis pas très fier de moi non plus, car franchement que fais-je?
Voila un film efficace, fort bien réalisé, des lumières du port et des quais de Calais où clandestins et polices jouent sans cesse la même petite partie, au terrain vague mis à disposition pour distribuer un repas bienvenu quand la même flicaille n’intervient pas afin d’empêcher celui-ci. Des voisins bien franchouliards et efficaces auxiliaire de police, beurk !!
Voila ce conte de l’impossible, ancré dans une sinistre réalité grâce à un scénario habile se suit passionnément, deux histoires d’amour passé ou impossible sur fond de malaise humain..Multiples et indicibles frontières toujours.
Voilou on peut aussi y voir une version édulcoré de la réalité, certainement, souhaitons que d’autres réalisateurs prennent le sujet à bras le corps, avec peut être un réalisme plus insoutenable car telle est je crois la réalité pour ces migrants gisant dans ce qu’ils surnomment la jungle. Terrible !
Excessif.Com "..le coeur du film se trouve dans le regard de Simon, un regard sur le monde, entre autre celui qu'il porte sur sa femme tout autant que celui qu'il porte sur Bilal, qui évoluera alors que sa stabilité sociale vacillera. Car la mise en danger de l'individu est ce qui révèle la nature profonde des êtres, ici la générosité de Simon. Une générosité dont lui-même se croyait incapable, une générosité qui lui a fait défaut dans sa relation de couple..."
CritiKat.Com "...La rencontre du clandestin résolu et du maître-nageur velléitaire est donc moins le sujet de Welcome qu’un prétexte pour rendre hommage aux résistants ordinaires qui combattent sans soutien ni moyens un système sans visage et sans âme, mais elle reste le symbole d’un film qui cherche à mêler le mélodrame social à la Ken Loach à l’habituel drame sentimental français. Si cette greffe ne prend qu’imparfaitement, elle a le mérite d’avoir été tentée, et – qui sait ? – d’ouvrir le passage à d’autres fictions plus fortes et plus engagées encore.."
Le Monde.Fr - "Welcome" : le maître-nageur dans le grand bain des migrants
Telerama.Fr : Pas “Welcome”, Eric Besson


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kilucru 154 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines