Magazine Culture

2007 / 2009 - The Bird and The Bee - Eponyme / Ray Guns Are Not Just The Future - Reviews - Chronique de deux albums pop irrésistibles

Publié le 17 mars 2009 par Saab190780

J'avoue ne pas foncièrement apprécier la pop en elle-même, mélangée à d'autres styles musicaux tels que le folk, le jazz, électro, etc. cela passe déjà mieux et pourtant j'ai craqué pour ce groupe The Bird and The Bee, d'ailleurs je vous en avais déjà touché un mot ici. Pour quelles raisons cet engouement pour ce groupe en particulier ? D'abord, pour la voix craquante et exquise de la chanteuse : Inara George (j'ai chroniqué ses deux opus solo ici). Mais que serait une voix sans de belles mélodies et une pointe d'imagination ? Pas grand chose, c'est heureusement Greg Kurstin (Beck, Lili Allen, etc.) qui est aux manettes de l'album (production, multi instrumentaliste) et qui assure l'écriture (acidulée, pleine de charme) de l'opus en compagnie de sa compagne musicale la douce et radieuse Inara.
Leur musique pop s'inspire de beaucoup de courants musicaux : on songe à la pop orchestrale de Bacharach et à la pop ensoleillée des Beach Boys ainsi qu'au tropicalisme brésilien et è la fusion lounge/jazz/easy lisening le tout agrémenté d'une touche de psychédélisme synthétique et même d'une pincée inattendue de hip pop. Depuis quelques mois, j'écoute souvent en boucle leur premier album Eponyme et je ne me lasse jamais de ce petit bijou qui doit certainement compter parmi les meilleurs albums pop de 2007. certes, l'album n'offre rien de foncièrement original mais la pop que le groupe propose sort des sentiers battus en ce que les ficelles ne sont pas trop grosses : même les morceaux que l'on peut qualifier de "up tempo" restent toujours dans une forme de légèreté, de poésie, de sensibilité et de subtilité que l'on retrouve trop rarement au sein la scène musical pop souvent pieds et poings liés par les vieillîtes commerciales des musiques de disques.
Si l'on passe l'album sous la loupe, nous ne pouvons nous empêcher de citer les deux morceaux qui tuent tout sur leur passage : Again and Again et F*cking Boyfriend, il est, en effet, difficile de faire plus addictif que ces deux pépites pop qui ont l'outrecuidance de survivre à des centaines d'écoute assidues. Trop Fort. Entre ces deux morceaux se cache le calme, subtil et discret The Birds and The Bees qui permet à Inara de montrer l'étendue de ses capacités vocales. Superbe. Je suis toujours subjugiée par I'm a Broken Heart, c'est plus fort que moi, je ne peux résister aux arrangements rétro et luxuriants, à la légère tension sensuelle de ce morceau beau comme un camion. De même le psychédélique et foisonnant La La La qui consitue également l'un de mes morceaux préférés. Un pur joyau.
La deuxième partie de l'album est plus calme et sombre : le sophistiqué et doucement mystérieux My Fair Lady ouvre le bal. L'influence de John Barry n'est pas loin, ce morceau est une pépite. Le synthétique I Hate Camera est vraiment pas mal, dommage que le refrain soit légèrement trop prévisible car le reste du morceau est excellent. Je vous parlé de hip hop et bien voici Because légèrement influencé par ce courant musical : le rythme indolent et le phrasé d'Inara font mouche. Preparedness est clairement plus introspectif que le reste de l'album : quelques percussions qui instaurent une ambiance nerveuse et les choeurs éthérés d'Inara font en sorte que ce morceau soit sombre et brûlant. Un bijou. La clôture se fait sur une note magistrale sous la forme du morceau nommé Spark : cette ballade vaporeuse et somptueuse sort des sentiers tracés précédemment par le groupe afin de nous démontrer qu'ils ne sont pas qu'un groupe pop, leurs possibilités sont illimitées.
Dançant, attendrissant, candide, subtil, sophistiqué et élégant, mené de main de maître par Greg Kurstin qui donne le meilleur de lui-même et surtout par Inara qui chante divinement bien. Un excellent album pop, l'un des meilleurs de 2007.
Note Finale : A

Again and Again :

La La La :


Ce duo ne pouvait pas nous laisser sans suite de leurs aventures, non cela ne se considère même pas. Leur alchimie parfaite ne pouvait que laisser présager une suite. Ray Guns ARe Not Just The Future est l'une des premières grosses sorties de 2009 pour ma petite personne. Paru fin janvier 2009 aux States, cet album bénéficiera d'une sortie en avril 2009. Un peu de patience ! Plus pour moi, acheté en import depuis janvier, je me délecte depuis en le réécoutant en boucle, cela me met de bonne humeur.
La recette par rapport à leur premier album n'a pas vraiment changée (pour mon plus grand bonheur) : influences pop psychédélique et tropicalia des années 60's, goût prononcé pour les arrangements luxuriants et les choeurs enchanteurs. Plus important encore est que la bonne humeur et la fraîcheur de leur musique sont plus que jamais présentes. L'introduction galvanisante de Fanfare fait place (trop) rapidement (elle était super cool, pourquoi pas plus long ?) au titre préféré de Michael sur cet album : My Love. C'est vrai : comment ne pas succomber à ce déluge d'arrangements féériques, à ce refrain aérien et étourdissant, au charme irrésistible d'Inara ? Impossible. L'une des meilleures pistes de l'album. Le délicieusement rétro Diamond Dave est une ode céleste à David Lee Roth tandis que What’s in the Middle propose une ambiance plus sombre, plus rock et urbain sur fond d'un refrain particulièrement enchanteur. Un must à écouter. Plus calme et posé Ray Gun met en avant une petite musique de chambre délicieusement arrangée.
Et puis survient Love Letter to Japan, ma pop song préférée de 2009. Ce up tempo euphorisant monté sur ressort est hyper addictif. Un autre must. Toujours dans le domaine de l'addiction, le refrain de Meteor ne déroge pas à cette règle. Ecoutée à de nombreuses reprises, cette chanson est vraiment captivante et les aigus d'Inara toujours aussi séducteurs. Une des mes autres chansons préférées est Baby. J'ai adoré de suite cette chanson avec ses arrangements luxuriants de cordes synthétiques. Sophitication, classe et charme. Un joyau. Le décalé et syncopé Polite Dance Song renoue davantage avec la pop efficace du premier album. Merveilleusement Infectieux. Le ludique, rustique et sautillant You're A Cad est le prototype du morceau qui est sensé vous mettre d'humeur légère. Décalé mais très agréable. Witch constitue un autre highlight de l'album tant sa réussite est brillante. Sans conteste l'ombre de John Barry plane une fois de plus pour un plasir des plus exquis. La pop aériene et enfantine de Birthday est plutôt délicieuse mais c'est à Lifespan Of A Fly à qui il incombe de clôturer l'opus. Cette ballade mélancolico/atmosphérique est une pure merveille.
Un second opus qui ne déçoit pas, ouf ! Mission accomplie pour ce duo hors pair qui est parvenu à me faire adorer leur pop music mineure matinée de diverses influences. Greg Kurstin se montre toujours aussi doué pour les arrangements et Inara (à la voix toujours aussi soyeuse que paradisiaque) provoque toujours en moi ce pincement au coeur qui ne trompe pas : c'est une grande auteur/interprète.
Note Finale : A-
Polite Dance Song :

Love Letter To Japan (Live) :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Saab190780 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines