Magazine Culture

Bertrand Delanoë déplore la démolition des immeubles Perret à Balard

Par Benoit De Sagazan

PATRIMOINE ARCHITECTURE CONTEMPORAINE

Dans sa volonté de construire "un pentagone" à la française" qui réunirait tous les les États majors des armées, l'Etat a signé un permis de démolir les bâtiments du « Bassin des Carènes », à Balard, dans le 15ème arrondissement de Paris. Au grand émoi des défenseurs du patrimoine qui redoute la disparition de cet ensemble urbain signé par les frères Perret.
Le Maire de Paris regrette que ce permis de démolir ait été pris si rapidement, sans qu'une autre solution n'ait été recherchée...

Communiqué du 16 mars 2009

Au sujet du site du "Bassin des Carènes"

Dans la perspective de regrouper les services du Ministère de la Défense et les Etats-Majors des différentes armées sur le site de Balard dit « Bassin des Carènes », dans le 15ème arrondissement, l’Etat vient d’accorder un permis de démolir portant sur la totalité des bâtiments, à l’exception de celui à l’angle du boulevard Victor et de l’avenue de la Porte de Sèvres inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Les démolitions ainsi décidées porteront sur un ensemble de bâtiments dont la majeure partie a été construite par les architectes Auguste et Gustave Perret, y compris le témoignage unique que constitue le bassin de giration de forme circulaire d’un intérêt patrimonial majeur.

Sur la base de l’avis rendu par la Commission du Vieux Paris dont les membres s’étaient fortement inquiétés de ce projet, la Ville de Paris avait demandé à l’Etat qu’il décide l’inscription du bassin de giration au titre des monuments historiques, et procède à une étude historique et patrimoniale complète des autres bâtiments existants ainsi qu’à une analyse de leur capacité de transformation et d’adaptation, afin que tout soit mis en œuvre pour les conserver. J’avais directement saisi en ce sens, le 16 janvier dernier, le ministre de la défense et la ministre de la culture.

La délivrance du permis de démolir intervient sans que ces pistes de travail aient été sérieusement envisagées ni qu’une réponse y ait été apportée.

Sans évidemment remettre en cause l’intérêt évident que le ministère de la Défense puisse se regrouper dans un nouveau site adapté à ses besoins, je déplore vivement cette décision précipitée qui portera directement atteinte à la protection du patrimoine parisien.
Bertrand DELANOË

Sur le même sujet lire également : Balard : une pétition pour sauver les bâtiments de Perret Secret défense (le blog de Jean-Dominique Merchet, journaliste à Libération) 12 février 2009


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (2)

Par Bizmeur
posté le 19 mars à 21:00
Signaler un abus

Il n'est pas d'oeuvre humaine qui ne contienne en germe, dans son sein, le principe de sa dissolution." Viollet-le-Duc, in Extrait de Dictionnaire Raisonné de l'architecture française.

Par bizmeur
posté le 19 mars à 20:23
Signaler un abus

Je comprends la nostalgie de certains pour ce bassin des carènes digne représentant de ce que l'architecte Perret appelait lui même "l'architecture du banal". Je conseille à tous d'aller sur Wikipédia lire l'article consacré à Auguste Perret, on y verra la liste quasi exhaustive de toutes les oeuvres de cet architecte. De quoi occuper tous nos week-ends pendant vingt ans s'il fallait toutes les visiter tant l'auteur a été prolixe. Il est vrai que l'essentiel de ses oeuvres datent de la grande époque de la reconstruction de la France, époque où il fallait construire vite et vite. Eu égard au nombre impressionnant d'oeuvres majeures de cet architecte, je ne vois pas l'intérêt de muséifier une ville comme Paris, ce qui serait assez opposé à l'esprit mêm d'archicteure vivante. D'aucuns disent que le trait circulaire de ce bâtiment est unique, j'en doute, quand sur Google earth je regarde le conseil économique et social de l'autre côté de la Seine. On pourrait discuter des heures sur ce qui doit être conservé ou pas... Reste qu'une ville doit vivre, doit évoluer, devrait-on garder toutes les barres HLM construitent dans les années soixante-dix au titre de la conservation d'un témoignage patrimonial ?

A propos de l’auteur


Benoit De Sagazan 531 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines