Magazine Cinéma

Une Famille brésilienne

Par Elgade

linha-de-passeEn ces jours de Printemps du Cinéma où pas grand-chose ne m’attirait, je décidai de tenter l’aventure “Une Famille Brésilienne” (Linha de Passe). A priori pas un chef d’oeuvre malgré une présentation à Cannes et une signature à la réalisation de Walter Salles (de l’éblouissant Carnets de Voyage) et au scénario Daniela Thomas. Mais comparé aux dernières sorties (à part The Chaser, pour ce soir!), pas photo. Le dernier film brésilien que j’avais vu, Prohibido Proibir, m’avait beaucoup plus, donc taïau!famille1

L’histoire se situe à Sao Paulo et relate les différents chemins pris par 4 (demi)frères et leur mère dans un milieu pauvre mais chaleureux. De l’aîné au benjamin (Reginaldo, excellent en tant que grand amateur de bus!), tous ont des rêves différents et une volonté de s’élever de leur condition difficile. Chacun est marqué par le désir de réussir quelque chose par eux-mêmes, malgré un environnement redoutable et des succès plus que mitigés. La mère reste un personnage central (prix d’interprétation féminine à Cannes pour Sandra Corveloni) pour ses enfants et le film en lui-même.

foot

Le jeu des acteurs m’a assez plu, le rôle de chacun des protagonistes est en effet bien démarqué et plein de sens. L’interaction de ceux-ci m’a semblé très plausible et les situations drôles font vraiment sourire. Le film n’est jamais hyper dramatique et évite les clichés les plus répandus sur le Brésil pauvre.

linha_de_passe_haut

C’est peut-être ça aussi qui le rend un brin vide, car mis à part les acteurs, j’ai trouvé que l’ensemble manquait de rythme, de force par moment, et avait tendance à des lenteurs parfois frisant la somnolence. Salles veut avant tout dépeindre la réalité de ces familles nucléarisées, et n’a quasi pas de parti pris dans sa manière de filmer. Dommage aussi que la bande-son ne soit pas au rendez-vous.

une-famille-bresilienne

On adorera la passion pour le football mise en parallèle avec celle pour la religion, dans un pays qui fait rêver par bien des aspect malgré un train de vie quotidien hardcore… Les rêves des uns rentrent en conflit avec la réalité abrupte de la vie des autres, et on a vraiment envie de faire bouger les choses tant ce qui est dépeint paraît statique et immobile!

En gros un bon film, réaliste, qui ne prend pas trop la tête et qui peut faire des émules chez les amateurs de ciné brasileño…

Menzo

bien6


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Elgade 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines