Magazine Blog

Le créateur d'Alpine Jean Rédélé nous a quitté

Publié le 15 août 2007 par Romain
Je me fais le messager d'un petit journal de la région d'où je viens, Dieppe, en Haute - Normandie, au nord de Rouen. Ce petit journal s'appelle "Les Informations Dieppoises" et surnommé par les habitants "La Vigie". Je me fais le messager car je ne crois pas qu'ils aient un site Internet et l'information que je vous propose aujourd'hui concerne particulièrement cette petite région au nord du Pays de Caux.
---
Il s'est éteint à l'âge de 85 ans vendredi dans son logement parisien. Jean Rédélé, le créateur d'Alpine est décédé. Sa disparition laisse un grand vide. Les anciens d'Alpine et les amoureux de la marque qui a fait la renominée internationale de Dieppe lui rendent hommage.
Il était malade depuis longtemps. Jean Rédélé, le créateur d'Alpine, est décédé vendredi matin dans son logement parisien à l'âge de 85 ans. Pour tous les Dieppois amoureux de la fameuse marque, pour tous les membre de l'Association des Anciens d'Alpine, et pour tous ceux qui ont travaillé à ses côtés, c'est une très grande perte. Il faut dire que le monde de l'automobile - et en particulier le monde automobile dieppois dont il a fait la renommée bien au-delà de ses frontières - doit beaucoup à ce passionné de mécanique et de course auto.
C'est après la Seconde Guerre Mondiale, son diplôme de hautes études commerciales en poche, que Jean Rédélé se lance à Dieppe dans la difficile reconstruction du garage paternel avec notamment la vente des 4 CV (wikipédia) qui connaît vite un vif succès. Et c'est justement en conduisant cette petite Renault, que Jean Rédélé va découvrir son réel potentiel. Dans ses ateliers, il a la bonne idée d'inventer une voiture de course qui allie une plateforme de 4 CV avec des matériaux plus légers pour l'habitacle afin de disputer ses premières courses auto. Les victoires ne sont guère attendre : rallyes de Dieppe et de Monte - Carlo, Course des Alpes... le tout jeune pilote rafle les prix.
En 1955, il passe à l'étape supérieure et crée sa première voiture : l'Alpine A106 (wikipédia) vient de naître. "J'ai choisi le nom Alpine pour ma firme car cet adjectif représente pour moi le plaisir de conduire sur les routes de montagne", confiait-il à l'époque. La Course des Alpes est aussi l'une de ses plus belles victoires.
Dans le garage de l'avenue Pasteur, la production s'organise et se diversifie : coupés sport de ville et cabriolets sortent alors des ateliers. Avec le soutien de Renault mais surtout celui du public qui a véritablement un coup de coeur pour cette voiture qui gagne toutes les courses, Jean Rédélé imagine d'autres modèles : en 1960 naît la A108 (wikipédia) version berlinette, la A110 (wikipédia) en 1962 qui va littéralement propulser Alpine sur les plus hautes marches des podiums.
Trois à quatre véhicules sortent chaque semaine des ateliers un peu étroits pour la centaine d'ouvriers. "Nous étions obligés de sortir les voitures dehors et de travailler sur le trottoir sous les yeux des riverains" indiquait, dans notre supplément "Un siècle de passion automobile à Dieppe", Henri Gauchet, chargé de constituer un bureau d'études en 1963 par Jean Rédélé. Celle que tout le monde nomme désormais Berlinette domine le sport automobile mondial. Tant et si bien que Renault fait les yeux doux à ce créateur de talent qui cède la majorité de ses parts en 1973.
Après un conflit qui oppose les salariés à leur nouvelle direction, Jean Rédélé décide de quitter l'entreprise en 1978. "Pendant deux ans, je n'ai pas eu le courage de revenir dans l'entreprise, c'était trop fort", confiera-t-il par la suite. Auparavant, il avait pris soin d'obtenir la promesse de Renault de conserver les emplois pendant quinze années. Actuellement, l'usine produit les Clio RS, Mégane RS et qui sait peut-être, une future petite Alpine ?
---
Cet article est fortement teinté de patriotisme dieppois mais symbolise assez bien ce que représente la marque Alpine dans cette région qui est la mienne. D'aspect extérieur, pour un regard non-averti, les Alpines peuvent ressembler à des voitures de tunning améliorées mais il n'en est rien. C'est avant tout le résultat d'une passion partagée et le passé glorieux du sport automobile français.
Ce sport automobile peut paraître pour certains d'entre vous quelque chose de désuet dans un contexte environnemental critique. Je serais tout de même tenté de répondre que les innovations qui voient le jour dans un moteur de sport impactent toujours les véhicules de série, à un moment ou à un autre. Regardez quinze ans en arrière et admirez le chemin parcouru depuis.
Quand vous croiserez une Clio RS ou une Mégane RS dans la rue, regardez-là différemment à présent ! Même si j'en conviens, c'est une pâle copie d'antan.
Stay tuned.
ééééé

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Romain Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte