Magazine Culture

Les romantiques 'jeune France' et 'nouvelle France'.

Par Richard Le Menn

Les romantiques 'jeune France' et 'nouvelle France'. Après les merveilleux, les muscadins, les incroyables, les fashionables, les calicots, les mirliflors puis les dandys, voici les jeune-France (ou nouvelle France) qui officient à l'époque des lions, avant les gants jaunes, les daims, les gandins, les cols cassés, les fendants, les petits crevés, les gommeux ...

Si les termes de jeune ou nouvelle France s’appliquent aux romantiques ; avant eux, certains élégants ou élégantes très modernes sont appelés : dames ou hommes de la nouvelle France. Le mouvement dit romantique est relativement récent dans l'hexagone par rapport à d'autres pays comme l'Angleterre ou l'Allemagne. Les 'jeune France' appelés aussi 'nouvelle France' représentent la jeunesse passionnée et moderne d'une époque, en opposition avec l'ancienne 'rigidité' classique. Ils portent des cheveux longs, souvent ébouriffés et des tenues caractéristiques. « La Bataille d’Hernani » est un moment important du mouvement romantique dans l'hexagone. Elle se passe à la Comédie-Française (qui s’adosse au Palais-Royal), le 25 février 1830, pour la première de la pièce de Victor Hugo. Celle-ci remet en question les canons du théâtre classique et notamment les trois unités de temps, de lieu et d'action. Le spectacle est dans la salle davantage que sur la scène. Les jeune-France du parterre, aux cheveux longs et aux manières passionnées, parmi lesquels se signalent Gérard de Nerval et Théophile Gautier, interpellent les anciens présents qui restent fidèles aux règles classiques. Dans son Dictionnaire de la langue verte, Alfred Delvau (1867) donne la définition suivante du jeune-France : « Variété de Romantique, d’étudiant – ou de commis en pourpoint de velours, en barbe fourchue, en cheveux en broussailles, avec le feutre mou campé sur l’oreille. » Dans son recueil Les Jeunes France (1833), Théophile Gautier (1811-1872), dépeint un de ces jeunes hommes dans le conte légèrement érotique intitulé : Celle-ci et celle-là, ou la Jeune-France passionnée, qui esquisse ce qu’est un petit-maître romantique : poète, passionné, jeune, libre, déluré, libertin, badinant voluptueusement avec une grisette, amoureux vainqueur d’une grande dame, argumentant en faveur de Victor Hugo face au mari 'trompé' adepte du classique Racine ...

Les romantiques 'jeune France' et 'nouvelle France'.
En voici quelques passages : « Il s’en allait coudoyant ses voisins de droite et de gauche, fourrant sa tête sous le chapeau des femmes, et les regardant entre les deux yeux avec son binocle. Il s’élevait sur son passage une longue traînée de malédictions et de : Prenez donc garde ! entrecoupés çà et là du : Oh ! admiratif de quelque merveilleux, pour son gilet ou sa cravate […] Les passions dévorantes qui bouillonnaient dans son sein lui avaient aiguisé l’appétit […] Le théâtre oscilla deux ou trois fois devant ses yeux ; les tibias lui flageolaient d’une étrange manière ; le lustre, dardant dans ses prunelles de longues houppes filandreuses de rayons prismatiques, le forçait à cligner des paupières ; la rampe, s’interposant comme une herse de feu entre les acteurs et lui, ne les lui laissait voir que comme des apparitions effrayantes ; […] Rodolphe, qui avait soutenu plus d’un duel avec l’ivresse, ne se déconcerta pas pour si peu ; il prit bravement son parti : il boutonna son frac jusqu’au col, remonta sa cravate, prit sa badine entre ses dents, enfonça ses deux mains dans ses goussets, écarquilla les yeux pour ne pas s’endormir, et fit la contenance la plus héroïque du monde […] De retour chez lui, quoiqu’il fût une heure du matin, il se mit à donner du cor à pleins poumons ; il déclama à tue-tête deux ou trois cents vers d’Hernani […] A voir la manière dont il s’en allait dans la rue, la main dans sa poitrine, les sourcils sur le nez, les coins de sa bouche en fer à cheval, les cheveux aussi mal peignés que possible, il n’était pas difficile de comprendre que ce pâle et malheureux jeune homme avait un volcan dans le coeur. […] si bien que tout le monde, qui s’attendait à voir un original, un lion comme disent les Anglais, était émerveillé de le voir s’acquitter des devoirs sociaux avec une aisance aussi parfaite. »

Photographie : Détail de la double page intérieure du journal La Caricature du 10 décembre 1881 avec pour légende : « 1830. LA JEUNE FRANCE. - Une mode diabolique qui dut vivement impressionner les femmes sensibles du temps : séduire par la terreur ! ».

Photographie : « ANCIEN JEUNE FRANCE 1838. Souvenirs et regrets du vrai libéralisme, de la jeunesse vraie, du vrai chapeau. » Bertall, La Comédie de notre temps, vol. 1, Plon, Paris, 1874.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Richard Le Menn 304 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines