Magazine Culture

Liban : plumes croisées

Par Delphineminoui1974

blog caricaturistes réunion.JPGAppuyés sur des chaises en bois, ils se passent la plume comme on se passe un calumet de la paix. C'est au tour de Saad Hajo, caricaturiste chez As Safir, quotidien libanais pan arabe, de croquer ce qui lui vient à l'esprit. « Regardez. J'ai dessiné un citoyen libanais connecté à un détecteur de confessionnalisme », sourit-il.

Auto-dérision ? Sans doute. Dans ce petit pays du Cèdre aux dix huit communautés religieuses, les Libanais ont vite fait de s'enfermer dans leurs tiroirs idéologiques. Et en fonction des journaux pour lesquels ils travaillent, les dessinateurs de presse n'y échappent pas.

« La censure, elle passe d'abord par les directeurs de journaux. En général, ils favorisent les dessins qui attaquent le parti d'en face. Par contre, pas question de toucher à leurs alliés », explique Stavro, l'un des caricaturistes les plus renommés sur la place beyrouthine. D'ailleurs, il ne cache avoir claqué plusieurs fois la porte d'ex-employeurs qui se mêlaient trop de ses dessins. « Pour exercer son métier, il faut pouvoir se sentir  libre», dit-il.

S'ils sont réunis, ce jeudi 19 mars, dans ce centre culturel du quartier Hamra, c'est justement pour affirmer leur volonté de sortir la plume du tiroir, sans coloration particulière. Le rassemblement d'une dizaine de caricaturistes d'horizons variés se veut être, exposition des dessins à l'appui, l'épilogue d'une aventure complètement inédite : un travail à plusieurs mains autour de thèmes cruciaux pour le Liban de demain - les clans et la politique, le confessionnalisme et les règles communes au Liban.


« L'idée était de faire plancher ces différents caricaturistes sur les mêmes sujets, en les faisant sortir de leur contexte. Le dessinateur doit être capable d'apporter un regard critique sur ce qu'il voit, à commencer par son propre clan ! », souligne le caricaturiste suisse Patrick Chappatte - d'origine libanaise ! - un des initiateurs du projet avec l'Ambassade de Suisse à Beyrouth.

 

blog caricature bombes sur beyrouth.JPG
Pari réussi. Les dessins, publiés pendant trois jours dans huit journaux différents, attaquent, sans retenue, certaines aberrations du système libanais : la corruption, les luttes de clan, la domination du religieux sur le social et l'ego outrancier de certains chefs politiques...

 Telle cette poignée de main entre politiciens, tandis que les bombes continuent à tomber sur Beyrouth en tuant des civils, dessinée par Saad Hajo...

Tel ce hall d'aéroport, représenté par Armand Homsi (du quotidien An-Nahar) où débarquent de jeunes couples mariés en provenance de Chypre (où le mariage civil se pratique à la chaîne, à une demi heure en avion de Beyrouth, où l'on doit se marier selon sa religion)...

blog caricature mariage.JPG
Ou encore ce coq, dominant fièrement un tas d'ordure que s'est amusé à croquer Pierre Sadek, du journal An-Nahar...

 

blog caricature coq.JPG
En revanche, aucune figure politico-religieuse ne transparaît directement. « Ca reste un sujet sensible », reconnaît Saad Hajo, en référence à une émission humoristique récemment épinglée pour avoir imité Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah. « Si nous sommes largement plus libres que dans d'autres pays du Moyen-Orient, les lignes rouges existent au Liban », concède Elie Saliba, du journal « Ad-Diyar ». Ainsi, au quotidien al-Moustagbal, le fleuron de Saad Hariri, mieux vaut se garder de critiquer les alliés saoudiens et jordaniens du jeune politicien sunnite. Quand au journaux proches du Parti de Dieu chiite, ils préfèrent éviter de fâcher leurs amis iraniens et syriens.

 
Dessiner sans trop chatouiller. C'est à un véritable exercice de funambule que se prêtent, au quotidien, les caricaturistes libanais. Car loin des clichés d'un Liban libre et démocratique, la réalité est plus sévère. « Il y a quelques années, je me suis retrouvé au tribunal pour avoir suggéré, dans un dessin, une certaine forme de corruption conditionnant la possibilité pour tel ou tel clan de créer une chaîne de télévision », se souvient Elie Saliba, en fronçant les sourcils.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delphineminoui1974 564 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte