Magazine Culture

Anthologie permanente : André Frénaud

Par Florence Trocmé

Voici l’homme

à Paul Éluard

Dans ma fronde pour me lapider,
dans ma glaise qui est froide,
dans ma vie mal habituée,
dans ma rumeur mal famée,
dans les pôles de mon silence,
dans mes dérisions et mes gloires,
dans mes jeux sans lumière,
dans ma peine sans larmes,
dans mon rire sans eau,

dis-moi si je me cache.

André Frénaud, Les Rois Mages, Poésie/Gallimard 1987, p.161.

maison à vendre

Tant de gens ont vécu là, qui aimaient
l'amour, le réveil et enlever la poussière.
Le puits est sans fond et sans lune,
les anciens sont partis et n'ont rien emporté.
Bouffe le lierre sous le soleil d'hier,
reste la suie, leur marc de café.
Je m'attelle aux rêves éraillés.
J'aime la crasse de l’âme des autres,
mêlée à ces franges de grenat,
le suint des entreprises manquées.
Concierge, j'achète, j'achète la baraque.
Si elle m'empoisonne, je m'y flambe.
On ouvrira les fenêtres... Remets la plaque.
Un homme entre, il flaire, il recommence.

André Frénaud, Les Rois Mages, Poésie/Gallimard 1987, p.60.

machine inutile

une machine à faire du bruit,
qui s'ébroue et supplie et proclame,
pas seulement pour vous faire taire,
peut-être pas pour m'amuser,
construite en mots dépaysés
pour se décolorer l'un par l'autre,
pour entrer dans l’épais du grain,
pour y trouer tous les grains,
pour y passer par les trous
pour y pomper l’eau imprenable
dont le courant gronde sans bruit,
machine à capter ce silence
pour vous en mettre dans l'oreille
à grands coups d’ailes inutiles.

André Frénaud, Il n’y a pas de paradis, Poésie/Gallimard 1967, p.85.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Alfredo Gangotena

    Promenade sur le toit A M. Jules Supervielle C’est le pignon du toit, orgue de tuiles, tréteau d’étoiles, le faux-fuyant du somnambule. Sur la cheminée... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alexandre Hollan

    Couleur – lumière Manger la lumière. (25.2.98) Les couleurs ont des moments de grande joie, sautent loin et font vibrer toute la peinture sur leur passage. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Eric Sautou

    Pour célébrer la sortie du livre d’Eric Sautou, Frédéric Renaissan et pour accompagner la note de lecture qu’en donne aujourd’hui, sur le site, Ariane Dreyfus. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Zbyněk Hejda

    Est-il certain que nous ayons un jour été ? Ou que cela n’ait pas été trop tard ? Sur quelles plaques avons-nous donc gravé nos images plus noires que noir ? Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : André du Bouchet

    ordinaire par un mot qui se détache, je suis entré dans la langue. comme sur son déplacement pèse le fragment de parole ayant, il se peut, nom de poème, le... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Dominique Quélen

    Chasseur au pas mesuré, chasseur très subtil dans des lieux secs, tout en aplats. Perdu, longeant. Cherchant l’écart le plus précis. Dans le repos le mieux... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : André Breton

    Sur la route de San Romano La poésie se fait dans un lit comme l’amour Ses draps défaits sont l’aurore des choses La poésie se fait dans les bois Elle a l’espac... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines