Magazine Culture

L'Oeil Bleu N° 8.

Par Bruno Leclercq

La littérature en détails


Tout d'abord, bravo à l'équipe de L'Oeil Bleu, pour avoir joint à ce numéro un index des noms propres cités dans les huit premiers numéros de la revue de littérature XIXe - XXe, il sera bien utile aux fouineurs.
L'Oeil Bleu est une revue consacrée à l'histoire littéraire, c'est assez dire qu'elle n'est pas dans l'air du temps. L'essentiel est dans le détail, et les auteurs de l'Oeil Bleu ne sont pas avares de détails précis et significatifs. Pour preuve les deux articles sur Paul-Marius André, poète et militant socialiste, non seulement oublié mais de plus confondu, lorsqu'il est cité, avec le célèbre (?) félibre Marius André. Paul-Marius André passe dans un chapitre du journal de Jules Renard, on le retrouve dans la correspondance de Mallarmé, il fonde des revues, fréquente Jean Lombard, Moréas, Maurice du Plessys, Louis Le Cardonnel, Ernest Raynaud, comme tout les provinciaux (lui, est originaire de Valence) férus de poésie, et désireux de réussir, il fréquente les soirée de La Plume. Il est de ces infimes qui firent le gros des bataillons de poètes et prosateurs qui en cette fin de siècle tentèrent leur chance sur la scène littéraire, et les traces qu'il laisse ne sont pas négligeables.Nous connaissions les aventures d'Alfred Jarry avec la vieille dame, ses démêlés avec Berthe de Courrière, qui causèrent la brouille entre Jarry et Remy de Gourmont. Grâce à Henri Bordillon, qui révèle ici une correspondance très fragmentaire entre l'auteur de Faustroll et la mère de son camarade Claudius-Jacquet, on peut penser que Berthe ne fut pas la seule "vieille dame" à apprécier les charmes d'Alfred. Jarry toujours : une tentative d'éclaircissement du chapitre XVI du Faustroll. Jarry encore : deux dessins d'Ubu, parus dans la Revue Blanche, puis dans l'Almanach du Père Ubu, et jusqu'ici attribués à Bonnard, ne devraient-ils pas revenir à Jarry lui-même, une lettre de Fénéon semble bien le suggérer. Et enfin, pour en finir avec Jarry, pour cette fois, c'est en escrimeur qu'il nous est présenté par Jean-Yves Gougeon. Un article de 1929 parut dans Vue, sur l'aventurier Stéphane Otto de Benney, ainsi que quelques poèmes du même, mettent un point final à cette huitième livraison.Encore un très bon cru de la revue littéraire préférée des amateurs de détails qui éclairent, de dates qui illuminent, de correspondances qui font sens, de notes de bas de pages qui confirment, infirment ou démontrent.
L'Oeil Bleu, N° 8, mars 2009.
Sommaire :
Paul Schneebeli : Paul-Marius André, poète et militant. Croquis parisiens. Paul-Marius André : Autour du Faune.Henri Bordillon : Jarry aux prises avec une "vieille dame". Deux dessins d'Ubu.Noël Herbin : Faustroll aux Pantins.Jean-Paul Gougeon : Alfred Jarry et maître Blaviel.Bibliographie des revues : Le Livre d'art (1896).Henri Herrei : Stéphane Otto de Benney.Stéphane Otto de Benney : Poèmes choisis.
Pour s'abonner : L'Oeil Bleu, 59, rue de la Chine, 75020 Paris. associationoeilbleu@yahoo.fr

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bruno Leclercq 1643 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines