Magazine Cinéma

Cheri de Stephen Frears. Sortie Belge 8/4

Par Michcine

cheri pfeiffer big
Dans le Paris du début du XXème siècle, Léa de Lonval (Michelle Pfeiffer) finit une carrière heureuse de courtisane aisée en s'autorisant une liaison avec le fils d'une ancienne consoeur et rivale, le jeune Fred Peloux, surnommé Chéri (Rupert Friend). Six ans passent au cours desquels Chéri a beaucoup appris de la belle Léa, aussi Madame Peloux décrète-t-elle qu'il est grand temps de songer à l'avenir de son fils et au sien propre...
Il faut absolument marier Chéri à la jeune Edmée, fille unique de la riche Marie-Laure.
Alors que le moment fatidique approche, Léa et Chéri tentent de se résoudre à cette séparation imminente tout en s'apercevant qu'ils sont beaucoup plus attachés l'un à l'autre qu'ils ne voulaient bien l'admettre. cheri duocheri friend pfeiffer cheri pfeiffer batescheri pfeiffer ruper
 Stephen Frears c'est la délectation de filmer la distance qui sépare ses héros de leur temps, tels Mrs Henderson, l’excentrique mécène d’un music-hall présentant des spectacles en nu intégral (c’est l’étonnante Judy Dench).  Ou l'inverse avec "The Queen , avec un Oscar pour Helen Mirren pour son extraordinaire personnification de la Reine Elisabeth d'Angleterre.. C'est aussi vouloir  faire des films pour « essayer de comprendre quelque chose à propos du monde ». De grands films de genre en chroniques plus intimistes, de polars en comédies sociales, de satires en films fantastiques, de westerns en fictions politiques.

frears rire
Stephen Frears, avec CHERI, transpose de manière très réaliste l'écriture de la romancière Colette, sur les courtisanes surnommées "les grandes horizontales", personnes très en vogue dans le Paris du XIXème siècle. Célèbres pour leur beauté, leur esprit, leur conversation et leur savoir-faire, ces demi-mondaines étaient au centre de la vie sociale et politique de Paris. Plus d'une à "oeuvré" dans l'ombre de grands politiciens et monarques. Mais une fois rangées des avions, elles étaient assez isolées, et n'avaient que leurs "consoeurs" pour passer d'agréables moments autour d'une tasse de thé.  Colette personnage fascinant comme femme et comme écrivain, a toujours figuré parmi les auteurs favoris de Stephen Frears, et l'oeuvre de la romancière a dès les premiers livres,  séduit le public par le ton chaleureux et très personnel. Dans Cheri, elle ne dépeint pas Lea comme une caricature de courtisane de l'époque, mais au contraire, comme une femme intelligente, ayant un grand sens de l'humour, aimable, éduquée, élégante, et avec une classe énorme. Les courtisanes de haute volée, comme Lea étaient indépendantes, et aisées. Elles placaient bien leurs "cadeaux" et vivaient retirées entre elles, car le métier" ne leur permettait aucune amie, si ce n'est nouer des relations amicales avec les consoeurs. Avec Cheri, Frears flirte allègrement avec des scènes impressionistes, aux belles palettes de couleurs que n'auraient pas reniés Monet ou Manet, des décors majestueux, le luxe des palaces de Biaritz, Maxim's le lieu de "rencontres" par excellences,  et l'ironie, le tout sur une musique  exceptionelle d'Alexandre Deplat aux relents de Saint-Seans, Debussy et Ravel. Et le casting n'est pas en reste. Rupper Friends à voir très bientôt dans Young Victoria, est très convaincant en jeune amant, et Michèle Pfeiffer  toujours aussi belle lagré les années, est très à l'aise et fraîche dans la peau de Lea. Je m'en voudrais de ne pas citer Kathy Bates  maman "absente"  aigrie par l'âge et par la présence d'un fils devenu grand, et qui est désormais la preuve vivante que son temps est révolu. Aigrie oui, mais toujours drôle lorsquelle sort une vacherie, et chez qui luxe rime avec kitch, tout le contraire de Lea dont l'appartement est meublé de mobilier simple tout en forme et lignes élégantes. Stephen Frears qui en toute modestie affirme s'appuyer sur son chef-opérateur, décorateur et costumier (un bon trio au vu du résultat) délivre un très beau film.

 

frears09
Le mois dernier à Paris,  le réalisateur à reçu l'insigne de Commander des Arts et des Lettres des mains de Christine Albanel Ministre la culture,  quelques jours avant de venir présenter son film au public bruxellois...où j'ai pu me la jouer façon Albanel aussi...Sources: http://www.culture.gouv.fr/culture/

frears Mich
Une mini bande-annonce, et Michèle Pfeiffer sur le red-carpet lors du dernier festival du film à Berlin (Berlinale)



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Michcine 21497 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines