Magazine Culture

El ultimo lector, David Toscana

Publié le 12 avril 2009 par Antigone

el_ultimo_lector

Une sécheresse de plomb plane sur Icamole, petit village du Nord du Mexique. Rémigio, un des habitants du lieu, pense avoir atteint le fond de son puits, mais c'est en fait le cadavre d'une jeune fille qui en encombre le fond. Décontenancé, il décide de remonter le corps et requiert auprès de son père, bibliothécaire fantasque sans lecteurs, une solution à son problème.
Ce dernier cherchera dans la littérature des explications. Puis ils décideront ensemble de cacher la jeune fille sous l'avocatier de Rémigio comme le suggère un des romans préférés du lecteur assidu.
Seulement voilà, une adolescente est déclarée disparue, une enquête est mise en place et Lucio, le père de Rémigio, interrogé, désignera sans vergogne Melquisedec, le porteur d'eau, comme un coupable potentiel...

Le roman  de David Toscana est un peu difficile à résumer car le personnage principal en est plus certainement la bibliothèque de Lucio plutôt que tous les personnages qui y passent où s'y arrêtent. On cotoie dans ce livre une atmosphère particulière, plutôt agréable, un peu Borgésienne. J'ai aimé que la littérature y tienne la première place, qu'elle soit le lieu de toutes les explications et de toutes les histoires possibles. J'ai aimé ce travail de sélection inutile que Lucio entreprend, ces livres censurés sur des critères burlesques, et leur passage "en enfer", éventuel.
Un roman original, qui pour moi a la dimension d'un classique, et qui donne sans conteste une image forte à la littérature mexicaine. Mais sa narration peut également paraître au lecteur un peu froide et détachée...c'est ici une question de goût.

Une petite réflexion sur la lecture, parmi d'autres, puisée dans ce livre...
"Savez-vous que, sur vingt-huit pages publiées, on n'en lit qu'une ? Car il y a des livres qu'on offre à des gens qui ne lisent pas, d'autres échouent dans une bibliothèque sans lecteurs, on en achète pour remplir des étagères, certains sont offerts pour l'achat d'un autre produit, le lecteur se lasse dès le premier chapitre, ils ne sortent jamais de l'entrepôt de l'éditeur, ou bien les livres sont achetés sur un coup de tête. Je viens de me défaire de l'Automne à Madrid, dit Lucio, j'en étais à la page 63, il en restait 208 à lire. Moi, je n'ai pas dépassé la ligne 20, dit-elle. Pour qu'un roman aussi rébarbatif que celui-là arrive à Icamole, il faut la complicité de l'auteur, des correcteurs, des éditeurs, des imprimeurs, des libraires et même des lecteurs, sans compter celle de la femme de l'auteur qui lui dit : Oui, mon chéri, ce que tu écris est vraiment très beau. Délinquance organisée, ajoute-t-il."

bouton3
Note de lecture : 4/5

ISBN 978 2 84304 467 0 -18€ -01/2009

Ce titre est un livre voyageur en provenance de chez Kathel (lettres expres)

livrevoyageur
merci !! - La lecture de Keisha - Celle de Manu


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antigone 5421 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine