Magazine Cinéma

Critique : The Spirit (par Jango)

Par Jango
Sony Pictures Releasing France

Synopsis :

Denny Colt, un ancien flic, revient mystérieusement d'entre les morts. Il est désormais le Spirit, combattant du crime dans les rues obscures de Central City.
Son ennemi juré, Octopus, a un but bien différent : dans sa folle quête d'immortalité, il s'apprête à détruire la ville. Aux quatre coins de la cité, le Spirit traque le tueur. Sur son chemin, le héros masqué croise des femmes, toutes sublimes, qui cherchent à le séduire, l'aimer ou le tuer... Seul son amour de toujours ne le trahira pas : Central City, la ville qui l'a vu naître... deux fois.
Gabriel Macht. Sony Pictures Releasing FranceGabriel Macht. Sony Pictures Releasing FranceScarlett Johansson. Sony Pictures Releasing France
Critique :
J’ai très récemment pu découvrir The Spirit, l’adaptation de la bande dessinée de Will Eisner par Frank Miller lui-même. Ce dernier, inspiré par le style graphique des aventures du justicier masqué pour créer ses propres histoires telles 300 ou Sin City, décida de mener seul la réalisation du long-métrage. Miller avait d’ailleurs déjà pu collaborer avec Robert Rodriguez sur Sin City, expérience qui visiblement lui sembla suffisante pour endosser le poste de réalisateur. Très talentueux en bande-dessiné, il se révèle malheureusement totalement incompétent derrière une caméra.  
Si l’inspiration visuelle de Sin City est là et nous permet de nous sentir en terrain familier, le film vacille très rapidement pour devenir dès les premières minutes une véritable blague tant le navire ne semble pas avoir de commandant. C’est bel et bien la sensation qui prédomine, un ensemble lâché, des comédiens pas dirigés et perpétuellement dans le cabotinage lourdingue.
L’histoire en elle-même peine à venir et l’on ne comprendra les motivations des différents partis qu’après la moitié du film passée, autant dire que les premiers trois quart paraissent bien longs. Mais cette impression n’est pas seulement le fait d’une histoire compliquée (ou creuse, au choix), mais provient très clairement de l’amateurisme de Miller en matière de montage et de découpage. The Spirit avance sur un faux rythme, les scènes d’action durent une éternité sans être impressionnantes et réussissent même à devenir ennuyeuses, la faute à des dialogues plats ou de mauvais gout. On surfe perpétuellement entre le semi-sérieux et les blagues pas drôles du tout, tant et si bien que toute crédibilité s’envole dès les premières 10 minutes.
Gabriel Macht et Paz Vega. Sony Pictures Releasing FranceSamuel L. Jackson. Sony Pictures Releasing France
Victime d’un manque d’enjeu incroyable (l’histoire n’a aucun intérêt), le film ne peut même pas compter sur une esthétique réussie. A contrario de Sin City où Rodriguez maîtrisait de bout en bout son sujet, ici, le travail ne semble pas achevé, pas homogène pour un sous.
Si The Spirit s’avère purement et simplement raté, il l’est également en parti à cause des comédiens qui sont tous, sans exception, mauvais du début à la fin. Alors peut-on dire que ce problème leur est directement imputable ? Je serai tenté de dire non car nous connaissons tous leur filmographie qui prouve que bien dirigés, ces acteurs sont capables du meilleur. Mais livrés à eux-mêmes, ils n’arrivent pas à entrer dans leur personnage, restant en surface et délivrant des performances dignes de séries B allemandes. Mention spéciale à Samuel L. Jackson, réellement épouvantable…
Vous l’aurez compris, seule l’affiche est à sauver dans The Spirit. Tout le reste n’est qu’une farce dont le cinéma aurait largement pu se passer.
Plus d'infos sur ce film
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jango 693 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines