Magazine Culture

L'État poursuivi en justice par les retardataires à l'agrégation

Publié le 14 avril 2009 par Actualitté
Les candidats qui n'ont pu participer au concours d'agrégation du centre d'Arcueil (dans le Val-de-Marne), le 02 avril dernier à cause d'un retard dû à une panne de train, ont décidé d'attaquer le gouvernement en justice.
Laurent Zimmermann, leur porte-parole a expliqué à un journaliste de l'AFP : « Nous avons identifié pour le moment 65 candidats retardataires regroupés dans un collectif mais il y en a sans doute plus. On pourrait attaquer le gouvernement sur la rupture de l'égalité des chances pour un concours, ou bien faire un recours au niveau européen ».
Le porte-parole a aussi précisé : « Il y a peut-être une faute du ministère qui n'a pas voulu reculer l'heure de début de l'épreuve alors que nous téléphonions tous pour l'alerter sur la panne et qu'il y a un précédent car le ministère avait reculé l'heure du début des épreuves en 2002 pour un Capes de géographie ».
De son côté le ministère de l'Éducation argue qu'« après expertise de la Direction des Affaires juridiques, les candidats étaient convoqués à 08h15, ils sont arrivés après 9h » rappelant que « le principe d'égalité des candidats à un concours de la fonction publique impose que l'ensemble des concurrents compose sur les mêmes sujets et dans les mêmes conditions d'organisation et de prise en compte des épreuves ».
Les retardataires regroupés autour de Laurent Zimmermann bénéficient du soutien de la Société des agrégés de l'Université. Ils envisagent encore un arrangement à l'amiable : « On est persuadé qu'il y a une solution, c'est de réorganiser l'épreuve du 2 avril, et le coût de cette opération pourrait être supporté par la SNCF ».

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine