Magazine Cinéma

Gran Torino: Clint Eastwood en roue libre et la soupe à la grimace !

Par Nemosandman

Gran Torino

Bon alors ? Vous l’avez vu le dernier Eastwood ? Non non , ce n’est pas “Papy fait de la Resistance” .
Franchement, j’aime Clint Eastwood et son cinéma.

C’est la retraite du “Maitre de Guerre” qui conduit le même Truck que “Sur la Route de Madison”, sauf que Thomas Highway porte le nom de Walter Kowalsky. Même voix, même regard. Clint joue le rôle de Clint: grand, droit et digne à l’age du sonotone et des couches. Alors là rien à redire. Monsieur Eastwood est magistral. Il pourrait jouer dans une adaptation du “Vieil Homme et la Guerre” de John Scalzi. Il connait sa partition par coeur à la foix convaincant, touchant, fort, charismatique, nuancé en géant aux pieds d’argile. C’est un plaisir de chaque instant. Il est de plus servi par des dialogues justes et un scénario classique, prévisible mais agréable. Pas de twist version “Million Dollars Baby” pour lancer le troisième acte mais une linéarité empreinte de classicisme tout du long sans réelle surprise.

Gran Torino

Là ou je grince des dents c’est en ce qui concerne l’interprétation des personnages de Sue et de Tao. Les deux jeunes Hmong que le héros prend sous son aile. Je trouve quand ils ne surjouent pas, ils sont à coté de la plaque. Rien à faire, je n’arrive pas à adhérer au jeu de ces deux jeunes interprêtes que je trouve presque gênants tant ils font tache à coté de Clint ou même des autres acteurs (les Gang Bangers sont parfaits par exemple). Alors ? Qu’est ce qu’il a foutu le metteur en scène ?
En fait je pense que je me fais piéger comme Walt Kowalsky (qui se trompe sur l’état d’esprit de ses voisins) à cause du body language de la culture Hmong. Par exemple Tao a le regard fuyant ? Non, il évite de regarder dans les yeux, c’est une insulte…
Clint Eastwood connait le métier et sait tirer la quintessence des acteurs coincé dans le champ large de sa caméra mais, pour le coup, les deux jeunots donnent l’impression d’être au taquet, niveau sitcom nord coréenne ! Ils font “amateurs”…

Je déplore aussi une certaine fainéantise de la part de la bande originale. C’est le fils à papa Kyle Eastwood qui s’y colle mais avec une demi chanson portant le nom de “Gran Torino”… Le reste du temps c’est le désert, on se croirait dans un chabrol. J’aime la sobriété mais niveau des oreilles, je suis frustré par une quasi austérité générale.

Gran Torino

Alors que retient on de la Ford Gran Torino ?
“Inadaptée aux contraintes énergétiques du moment et à la concurrence émergente des véhicules Japonais, la Ford Torino était une voiture encombrante, d’une qualité de construction médiocre et d’une technologie dépassée. Cependant, son design séduisant, avec des ailes arrières rebondies, son interminable capot avec sa grosse calandre verticale entourée de 4 phares menaçants, son pare-brise incliné, son style à la fois “cossu” et presque sportif qui la rendent désirable aujourd’hui chez les amateurs d’autos mythiques, lui ont permis de rencontrer le succès auprès des acheteurs de son temps. La Ford Gran Torino est finalement une bonne représentation de ce que l’on attend d’une “américaine”. Une “caisse” avec une “gueule d’enfer”, avec un gros V8 351 Windsor qui ronronne sous le capot et impossible à garer. Le rêve américain, en somme.” Tout est dit ! (Selon Wikipedia)… Il porte bien son nom ce film ! Non ?

Gran Torino


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nemosandman 140 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines