Magazine Culture

"X-Alta" de Jean-Clarence Lambert (note de lecture de Ronald Klapka)

Par Florence Trocmé

à François Cassingena-Trévedy, frère en lectio poetica

Lambert
Il suffit d’énoncer à voix haute X-Alta pour aussitôt retrouver la locution proverbiale : « Hic Rhodus, hic salta ! », « Rhodes c’est ici : ici, saute donc ! » qui a connu des traductions variées : l’hégélienne : « Ici la rose, ici il faut danser « — rhodon = rose — qu’une poète, Claude Favre a reprise à son compte pour l’un de ses recueils ; la marxienne précise qu’un point de non retour étant atteint, ne reste plus qu’à aller de l’avant. L’idée de bond, de saut dans l’inconnu et de radicalité a sans doute présidé au choix d’X-Alta pour désigner une revue dont Jean-Clarence Lambert a été le compagnon et qui donne lieu aujourd’hui au recueil paraissant sous ce nom aux éditions Galilée avec pour sous-titre continuum poétique 1991-2006. Ajouter pour faire bonne mesure : accompagné de dessins originaux d’Antonio Segui, ce qui n’est nullement anodin lorsque l’on connaît un peu l’histoire de ce peintre et l’allure de ses personnages semblant sortir de la bande dessinée, avec leurs face-à-face sans aménité et leur humour intrigant.

Qui a entendu peu ou prou parler de Cobra, d’Octavio Paz (le feu des mots) de Roger Caillois et peut-être plus rarement d’Erik Lindegren (cf. les poèmes novanciens), aura nécessairement croisé l’œuvre de qui fit vœu de poésie à quinze ans aux funérailles de Paul Valéry. Les amateurs d’art auront quant à eux, eu connaissance des brillantes monographies d’artistes rares (Karel Appel, Paul-J. Revel, Carl-Henning Pedersen et bien d’autres)

Tout se tient sans doute dans un éclectisme du meilleur aloi poursuivi avec détermination du côté d’une poésie liée à de belles et sensibles rencontres de vivants tel Éluard ou d’autres telle Rosalia de Castro dont les images et la musicalité (saudade) exerceront une séduction certaine sur le poète.

Un poème comme A claire-voie, apparaîtra comme une ballade légère en terres « poétiques ». Il ne faut pas s’y tromper. Cette « clairière de l’être » en « pressentiment d’un nouvel inconnu » avec sa « claire énigme répercutée en nous » ne doit pas faire oublier tout ce qui s’y oppose, et que déploie par exemple une Anti légende du siècle et son « Dollars de tous les pays, unissez vous ! » rappelé par « C’est la vente d’armes aux pays pauvres et le safari-photo » une suite d’imprécations aussi rageuses que les diatribes d’Ububaj en Suisse qui fut à l’époque très mal accueilli, ainsi que le précise l’auteur dans de substantiels notes et commentaires (17 pages) qui instruisent -en postface- heureusement ce continuum dans sa diversité. Il semble que le terme d’aimance dû à Abdellatif Khatibi (voir le recueil de ce nom aux éditions Al Manar) en donne la direction, l’axe.

La notation de ce poème de cour de Dame Izumi Shikibu, comme pour en attester :

Il n’existe pas de couleur nommée Amour,
Cependant notre corps s’en imprègne
  en profondeur.

J’ai le sentiment, que c’est au fond, le seul sujet dont s’approche le poète dans la diversité de ses aimances, qu’elles soient d’ordre pictural, musical ou langage de poésie, que celle-ci se rapporte à la Suède, au Mexique, aussi bien qu’à la Berbérie (Ayn) ou rappelle le Canzoniere.

Qui a lu la présentation : « Dotremont alias Logogus », en ouverture de Grand hôtel des valises (Locataire Dotremont) aux éditions Galilée en 1981 ne pourra me démentir, et éprouvera dans ce « continuum » la fidélité au vœu de poésie.

Contribution de Ronald Klapka

Jean-Clarence Lambert
X-Alta
Continuum poétique 1991-2006, Dessins originaux d'Antonio Segui
éditions Galilée, avril 2009, 30 €

Site personnel de Jean-Clarence Lambert 
Jean-Clarence Lambert aux éditions Galilée 
Site du peintre Antonio Segui


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • X 2203 de Jean Bollack

    sur les X de Jean Bollack X 2203. 11 octobre 2007 La Grèce qui, selon Meschonnic, a pris, dans l’histoire des littératures, une place disproportionnée, a légué... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Les X, de Jean Bollack

    Sur les X de Jean Bollack X 2242. 18 novembre 2007 James K. Lyon se demande, dans la préface de son livre (Paul Celan and Martin Heidegger, Baltimore, 2006),... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Deux X de Jean Bollack

    Sur les X de Jean Bollack X 2153. 5 septembre 2007 Rilke trouvait la vérité du peuple dans les rues de Paris et dans l’agitation de la ville, là même où il... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 2167, 2168 et 2172 de Jean Bollack

    sur les X de Jean Bollack X 2167. 22 septembre 2007 L’Orphée des sonnets, c’est celui de Rilke, la voix qu’il entend en son for intérieur ; c’est sa poésie, et... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 1992 et 1993 de Jean Bollack

    X 1992 (2007) En un sens toute œuvre est une actualisation, celle qui a été écrite par l'auteur aussi bien que celle qu'on lit nouvellement. Le procédé est... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 1996, 1997 & 1998, de Jean Bollack

    X 1996 (2007) Le rapport qui s'établit dans l'ordre de la connaissance entre un lecteur et l'œuvre suppose plus qu'une identification, il repose sur un absolu,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 1998, de Jean Bollack

    X 1999 (2007) L'anthropologie s'ouvre, plus que les études classiques traditionnelles, aux faits sociaux, et, pour ce qui est de la poésie et des chants... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 16373 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines