Magazine Asie

Le père de la petite Rubina Ali aurait essayé de la vendre...

Par Naila
"SLUMDOG MILLIONAIRE"

Le père de la fillette dément avoir voulu la vendre


NOUVELOBS.COM | 20.04.2009 | 08:26

"Les informations selon lesquelles je voulais vendre Rubina sont infondées", a déclaré Rafiq Qureshi, cité par des journaux indiens.

Rubina Ali dans les bras de son père, dans la maison de son oncle à Bandra, banlieue de Mumbai (Sipa)

Le père d'une fillette indienne devenue une vedette du film "Slumdog Millionaire" a nié lundi 20 avril avoir tenté de la vendre pour qu'elle échappe aux bidonvilles de Bombay, comme l'affirmait dimanche le journal populaire britannique News of the World.
"Les informations selon lesquelles je voulais vendre Rubina sont infondées", a déclaré Rafiq Qureshi, cité par des journaux indiens.
"Mon papa m'aime et ne me vendra pas !" proclame aussi la petite Rubina Ali, en une du Times of India.
News of the World avait écrit dimanche que Rafiq Qureshi, père de Rubina Ali âgée de neuf ans, avait cherché à vendre jusqu'à 20 millions de roupies (310.000 euros) sa petite fille, qui jouait la jeune Latika dans le film du Britannique Danny Boyle couronné par huit Oscars.
Un contact à Bombay serait la source de l'hebdomadaire. Selon cette même personne le père de Rubina souhaitait "garantir le futur de sa fille". Il avait déjà été approché par une famille du Moyen Orient désireuse d'adopter la petite fille.


Un oncle également négociateur


Etant au fait de cette nouvelle, un reporter du journal s'est fait passer pour un riche cheikh de Dubaï, ému par le film, et souhaitant adopter la petite fille. News of the World a publié des extraits vidéo de la rencontre lors de laquelle une adoption a été négociée la semaine dernière dans un hôtel de Bombay. Des photographies de la jeune actrice, de son père et de son oncle posant avec le reporter sont également parues dans le journal. Le père a déclaré au reporter qu'il réfléchissait au "futur de Rubina".
Il lui a également demandé de négocier les conditions de l'adoption avec son beau-frère, Rajan More, celui-ci maîtrisant mieux l'anglais. Le beau-frère a jouté qu'il était possible d'adopter mais qu'il faudrait de "vraies compensations en retour pour les parents". Le père a ajouté que si les deux hommes se mettaient d'accord sur une somme, "(il) l'accepterai", sans demander de détails sur la famille qui aurait accueilli la petite fille à Dubaï.

20 millions de roupies


"Nous pouvons discuter de toute cette affaire quand nous nous rencontrerons", a poursuivi le père, soulignant qu'il y avait "beaucoup d'intérêt pour Rubina". C'est lors d'une rencontre dans un hôtel à Bombay, que l'oncle a demandé 20 millions de roupies. La famille avait emmené la petite fille qui n'était pas au courant des négociations.
Cette vente avait pour objectif de compenser la gloire de la fillette, dont le père s'était plaint à plusieurs reprises de ne pas avoir bénéficié. Le réalisateur du film couronné de huit oscars, Danny Boyle a préféré versé des fonds à un trust pour pour assurer l'éducation de Rubina et son logement.


Source: NouvelObs.



Si je me contente de copier coller cet article c'est parceque je ne pourrais vous présenter les faits avec autant de professionnalisme que l'auteur de l'article.
En tout cas après le post sur les mères porteuses en Inde et cette affaire, j'ai comme l'impression que ce pays est en perte de repère.
Certes le père a en quelque sorte été piégé par les journaliste mais son comportement et vraiment indigne.
Que Dieu puisse protéger cette petite Rubina qui vraiment aura besoin de beaucoup de soutien car dans le cas contraire l'issue sera terrible, je vous laisse imaginer.
Donnez  votre avis sur le sujet.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Naila 310 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines