Magazine Culture

Mad men : 1.12 Nixon vs Kennedy

Publié le 20 avril 2009 par Tao

Nixon contre Kennedy, l’une des campagnes présidentielles américaines ayant le plus passionnés les Etats Unis au 20e siècle. Les personnages de Mad men attendent tous une victoire de Nixon et je trouve cela amusant car on prend le contre-pied absolu car on sait comment l’histoire se termine. Qu’importe tout comme je l’ai fait le 4 novembre dernier, les employés de Sterling Cooper veillent tard, très tard dans leur bureau dans l’attente des résultats. Ils font la fête et font des folies. Et comme souvent, il est question de sexe et adultère. On sous-entend qu’il s’est déjà passé quelque chose entre Joan et Paul le ringard dramaturge raté. Ils se connaissent bien, c’est une certitude. Sterling parti, il faut bien lui trouver une autre romance. Cela pourrait lui donner un style moins superficiel et approfondir les deux personnages. Ça pourrait me plaire si on va dans cette direction.

Tout la lumière est faite sur le passé de Don Draper. Il n’infirme rien ou de confirme rien à ce rat de Peter Campbell mais de jolis flash backs nous disent la vérité. Dick Wittman ayant pris l’identité de son officier supérieur Don Draper alors qu’il se trouvait en Corée en 1950. Une façon de rappeler le contexte de l’époque. Dick a t’il néanmoins mal agi en volant l’identité du vrai Draper mort au combat ? N’aurions nous pas fait tous la même chose en se retrouvant dans cette merde ? Il a l’occasion de tout recommencer à zéro et saisit sa chance. Je le lui en veux pas. Campbell lui n’en démord pas et va jusqu’à le dénoncer au big boss. Le plus pourri des deux  n’est visiblement pas celui que l’on croit. La réaction de Cooper est géniale et déconcertante, il n’en a rien  à foutre. Et son proverbe japonais est de circonstance : Un homme se définit par l’endroit où il se trouve. Autrement dit, Donald Draper est aujourd’hui un brillant homme d’affaire chez Sterling Cooper, c’est cela qui a de l’importance, point. Cette histoire retombe comme un soufflet de façon géniale et me prend de cours. On pensait tenir là tout un mystère et Cooper le dissout en une seule réplique. C’est tout simplement brillant et ça prouve la force de la série. Elle n’a pas besoin de mystère pour vivre, ce mystère sert juste de passé à Draper et a approfondir les failles du personnages. Ça fait remonter des souvenirs à la surface et on le découvre faible et désorienté. Cela déplait manifestement à Rachel. Vont ils rompre définitivement ? Autre question, Campbell en restera t’il là ? Humilié, il cherchera à se venger tel que je le connais. S’il n’a pas pu détruire Draper professionnellement, ne va t’il pas être tenté de raconter sa petite histoire à Betty ? Il serait assez salaud pour ça.

Peggy a ses propres difficultés elle aussi. Mais comme elle est une femme, elle pleure comme une madeleine. Sa mésaventure a du vrai. Elle est gentille, elle travaille bien et elle est la fille la plus détestée du bureau. Même Peter la traite comme un paillasson avec un dédain dès les méprisants. Là où Joan la salope de service est la reine de la fête et a tous les mecs sont à ses pieds. Peggy et Draper font une bonne paire, ils sont seuls dans leur succès. Ils ne sont pas très différents et se complètent. On comprend pourquoi ces deux personnages travaillent ensemble.

Don trouve son propre remplaçant et Mad men sait s’entourer d’excellents d’acteurs. On retrouve ainsi Mark Moses, alias Paul Young le premier et le plus génial des psychopathe de Desperate housewives. C’est un acteur que j’aime bien et le voir rejoindre Mad men me réjouit d’avance. Les rivalités avec Campbell et les autres risquent d’être ravivées.

Bilan : Un excellent épisode mixant à nouveau à la perfection les événements de l’époque et les intrigues de bureau car oui, quasi toute l’action se passe chez Sterling Cooper et cette fois cela ne m’a pas du tout gêné. On nous dévoile le secret de Draper en rendant le personnage plus attachant que jamais. Et l’épisode ne divulgue en rien ce que pourrait être le season finale. C’est bien pensé et très frustrant pour le téléspectateur. Vivement la semaine prochaine pour le dernier de la saison.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tao 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte