Magazine Culture

"X 2475" et "X 2480" de Jean Bollack

Par Florence Trocmé

X 2475 - 08. 01. 09
Dans une lettre de 1866 (à Aubanel) Mallarmé se situe. Il se reconnaît lui-même, comme une « clef de voûte » et évoque les « fils déjà sortis de son esprit » (une toile d’araignée l’assurant de la réalisation future de son projet). Puis il établit la relation que son travail entretient avec un principe directeur, la vision d’une réalité objective, qui préserve la création du fortuit. Le tissage des mots suit un dessein où les fils se nouent aux « points de rencontre », soustraits au hasard ; ils préexistent. Aussi la main du moi est-elle guidée par l’instance d’une nécessité, apportant confirmation ; il l’appelle Beauté, l’associant dans une vision platonicienne (ou platonisante) à une ″immortalité″ ou ″éternité″, qui ne se dérobe pas aux contingences humaines, mais les rehausse et les transforme, les transcendant dans le retrait grâce auquel la rencontre peut se faire. La composition, dans cette présentation, équivaudrait à une dictée.

X 2480 - 11. 12. 08
Remerciant Heredia, le poète parnassien, de l’envoi de ses Trophées, en février 1893, Mallarmé conclut sa lettre en écrivant : « votre oeuvre en tant qu’éternelle vient donc spécialement à son heure :... » Un lecteur ingénu pourrait se méprendre et y voir un éloge excessif conforme à une courtoisie littéraire, voire un peu mondaine. Il n’en est rien ; il faut lire : « là où ([en tant que]) elle est poétique, elle est naturellement “éternelle” » : la durée se confond avec l’essence de l’écriture, dans ce langage, comme en témoigne abondamment la correspondance. La Poésie traverse les âges de l’humanité, du début à la fin. Il n’aurait pas pu écrire ″en tant que poétique...″.

©Jean Bollack

Contribution de Tristan Hordé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • X 2203 de Jean Bollack

    sur les X de Jean Bollack X 2203. 11 octobre 2007 La Grèce qui, selon Meschonnic, a pris, dans l’histoire des littératures, une place disproportionnée, a légué... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Les X, de Jean Bollack

    Sur les X de Jean Bollack X 2242. 18 novembre 2007 James K. Lyon se demande, dans la préface de son livre (Paul Celan and Martin Heidegger, Baltimore, 2006),... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Deux X de Jean Bollack

    Sur les X de Jean Bollack X 2153. 5 septembre 2007 Rilke trouvait la vérité du peuple dans les rues de Paris et dans l’agitation de la ville, là même où il... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 2167, 2168 et 2172 de Jean Bollack

    sur les X de Jean Bollack X 2167. 22 septembre 2007 L’Orphée des sonnets, c’est celui de Rilke, la voix qu’il entend en son for intérieur ; c’est sa poésie, et... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 1992 et 1993 de Jean Bollack

    X 1992 (2007) En un sens toute œuvre est une actualisation, celle qui a été écrite par l'auteur aussi bien que celle qu'on lit nouvellement. Le procédé est... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 1996, 1997 & 1998, de Jean Bollack

    X 1996 (2007) Le rapport qui s'établit dans l'ordre de la connaissance entre un lecteur et l'œuvre suppose plus qu'une identification, il repose sur un absolu,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • X 1998, de Jean Bollack

    X 1999 (2007) L'anthropologie s'ouvre, plus que les études classiques traditionnelles, aux faits sociaux, et, pour ce qui est de la poésie et des chants... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 16373 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines