Magazine Cuisine

Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)

Par Fredcolantonio

Sur la Chaussée de Tongres à Ans Rocourt, nous avons déjà chroniqué le Pékin Paris, restaurant de type chinois et à volonté. Le resto qui fait l’objet de cette chronique, c’est le bouddha gourmand. Le bouddha gourmand se positionne clairement sur le terrain des restaurants de cuisine fine.

D’emblée, le bâtiment annonce la couleur : pas de dragons ni de décoration bariolées, si typique des restaurants asiatiques conventionnels. Sobritété de rigueur. Un mot à l’entrée finit de donner le ton : il vous est explicitement demandé de porter une tenue correcte.

Le service se veut sérieux. Peut-être un peu trop ; c’est un peu rigide et pas spécialement affable.

La carte offre un choix limité, contrairement à ce qu’on peut lire ailleurs (le restaurant a probablement changé de fonctionnement entre-temps). 2 menus s’offrent à votre envie :

  1. Le menu “herbe et épices” à 35 EUR
  2. Le menu “dégustation” à 45 EUR

Les deux paraissent bien fournis et alléchants. Nous penchons pour le menu à 35 EUR. Etant 4 à table, nous avons sélectionné deux plats de résistance différents, afin de goûter plusieurs saveurs. Evidemment, la règle est un plat principal par personne. Ne venez donc pas croire que vous pourrez déguster 2 plats différents si vous êtes seul(e) à table !

La table, justement, est dressée de manière sobre et plutôt dépouillée, en cohérence avec l’ambiance générale du bouddha gourmand. Il en ira de même pour la présentation des plats.

En premier service arrive la soupe piquante aux émincés de veau marinés au satay et coriandre piquante. “Coriandre” fait partie de ces mots sur lesquels on doute : féminin ou masculin ? Contrairement à l’emploi qu’en fait le bouddha gourmand, le Larousse en ligne nous indique que “coriandre” est bel et bien un nom féminin.

Le potage est visuellement tentant et le fumet vous invite à laisser votre interrogation sur la coriandre de côté pour débuter le repas. Constat sans appel : le potage est piquant ! Ca vaut la peine de le souligner car, très souvent, “piquant” signifie relevé. Dans le cas présent, nous vous assurons que “piquant” veut bien dire “piquant” (pourtant, nous sommes plutôt solide de ce point de vue). Le goût d’ensemble est très fin et le potage se déguste avec plaisir.

L’entrée est un délice : filet de tilapia poêlé sur un lit de salade de mangue et gimgembre. Il faut bien le reconnaître, le filet de tilapia est quelque peu éclipsé par le lit sur lequel il repose : le mariage du gingembre et de la mangue est un véritable régal, pour autant que vous appréciiez le sucré-salé. Si c’est le cas, foncez sur cette entrée, vous serez comblé(e) !

Le plat conserve la qualité de cuisine augurée par le potage et l’entrée. Rappel : nous avons goûté 2 plats dans le cadre de cette chronique.

Le premier, les scampi et asperges au lait de coco, citronnelle et piment rouge, s’apparente à une soupe de poissons plutôt agréable. Les scampi sont fermes, les légumes croquants et le lait de coco soutient les saveurs. Un très bon plat.

Notre coup de coeur va pourtant au poulet fermier en croûte de cacahuètes grillées, crème mousseux au curcuma. Un véritable délice : le poulet est cuit avec justesse, la croûte de cacahuètes grillées croque et donne du goût avec discrétion. Quant à la crème mousseux au curcuma, c’est un régal. Elle vient donner le moelleux qu’il faut au riz en accompagnement.

Ce feu d’artifice de saveurs asiatiques et orientales se clôt par le dessert : un tiramisu au thé vert japonais. Le nom est intrigant. Nous avions déjà bien mangé jusque là, mais demeurions impatients de découvrir ce met. Et il fut carrément à la hauteur du reste du repas. Le goût présente peu de points communs avec le tiramisu tel qu’on se l’imagine habituellement. Mais la parenté est là. Ce dessert est divin.

Le bouddha gourmand a la prétention de vous proposer une cuisine asiatique fine, plus exigeante que la cuisine habituelle des restaurants chinois. Le défi est relevé haut la main.

Si vous appréciez la cuisine asiatique, le Bouddha gourmand ravira vos papilles. Nous vous recommandons ce restaurant avec enthousiasme.

Menu :

  • Menu “herbe et épices” à 35 EUR comprenant :
  • Soupe piquante aux émincés de veau marinés au satay et coriandre piquante
  • Entrée : filet de tilapia poêlé sur un lit de salade de mangue et gimgembre
  • Plat : Scampi et asperges au lait de coco, citronnelle et piment rouge + poulet fermier en croûte de cacahuètes grillées, crème mousseux au curcuma
  • Dessert : Tiramisu au thé vert japonais

Points forts :

  • Qualité de la cuisine
  • Niveau de raffinement supérieur à la moyenne des restos chinois habituels
  • Cadre sobre (décoration moins bariolée que d’ordinaire)

Points d’amélioration :

  • Service pas toujours très souriant
  • Mariage sucré-salé qui peut déplaire (mais pas à nous :D )

Infos :

Cotes globales :

  • Accueil et service : 6/10
  • Cadre : 7/10
  • Qualité de la nourriture : 8/10
  • Rapport qualité/prix : 7.5/10
Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
L'enseigne du Bouddha gourmand
Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
La carte (verso) du Bouddha gourmand
Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
La carte (recto) du Bouddha gourmand

Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
La table dressée
Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
Soupe piquante aux émincés de veau marinés au satay et coriandre piquant

Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
PIlet de tilapia poêlé sur un lit de salade de mangue et gingembre
Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
Poulet fermier en croûte de cacahuètes grillées, crème mousseux au curcuma
Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
Scampi et asperges au lait de coco, citronnelle et piment rouge

Le Bouddha Gourmand (Ans Rocourt)
Tiramisu au thé vert japonais


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fredcolantonio 171 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog