Magazine Beaux Arts

Festival PanAfrica International : Bilan

Par Waffo

Festival PanAfrica International : BilanAprès onze journées à la gloire du cinéma Africain et créole, organisateurs, réalisateurs, acteurs, journalistes et public ont refermé une 25e page. Plus de 130 films ont été projeté dans plusieurs salles Montréalaises.

Et il y en avait pour tous les goûts. De la Camerounaise qui ne rêve plus que de Paris, au Tchadien hanté par l’esprit du Camp Noup et de Barcelone, en passant par l’Afrikaner, le Sénégalais devenu français mais de retour chez lui, le Nigérien à la recherche d’une bonne récolte d’oignons pour le mariage de sa fille ou l’Algérien qui recherche un bon parti pour sa sœur à cette Italienne anciennement Marocain à la recherche d’un hymen perdu pour son amie.

Le public avait aussi d’autres choix puisqu’il y avait en plus des soirées thématiques : La place du sport et du football en Afrique, la sensation OBAMA, la soirée des courts métrages, des documentaires AFRICADOC ou encore le regard canadien sur ce cinéma Africain tant énigmatique. Des hommages à des grands : Youssef Chahine décédé en 2008, Spike Lee présent à Montréal lors du lancement de sa rétrospective et Laurent Chevalier aussi présent à Montréal durant une partie du festival.

http://www.youtube.com/watch?v=H_A6zAPcowo

Il y a eu quelques loupés. Mais on retiendra surtout les moments forts. La soirée Camerounaise notamment où le public Canadien pouvait découvrir l’amour version Camerounaise décortiqué par Francine Kemegni après avoir dévoré Paris à tout prix d’une autre Camerounaise, Joséphine Ndagnou.

Francine Kemegni à Montréal pendant le festival

Francine Kemegni à Montréal pendant le festival

D’autres comme moi ont sans doute découvert le cinéma de Mama Keita avec l’Absence. Un cinéma qui rompt avec l’Afrique des calebasses et des tam-tams. Bref, qui remet l’Afrique dans son véritable contexte actuel. Bien que l’Afrique restera toujours ancré dans ses traditions, comme l’a si justement filmé le cinéaste et agronome Nigérien Sani El Hadj dansPour le meilleur et l’Oignon.

Il fallait déjà se quitter. D’un point de vue personnel, c’est plus de 30 films que j’ai pu voir. Mais j’aurais aimé en voir le double pour avoir l’heure juste du cinéma Africain. Ce n’est que parti remise. Déjà, il faut se préparer au 26e festival…

La liste complète des prix :

SELECTION INTERNATIONALE FICTION

• Le prix de la communication interculturelle, long métrage offert par Radio-Canada est remis à Mascarades de Lyes Salem, Algérie / France.

Une mention spéciale est décernée au film Triomf de Michael Raeburn, Afrique du Sud / France.

• Le prix de la communication interculturelle, court métrage, offert par Radio-Canada, est remis à C’est dimanche de Samir Guesmi, Algérie / France.

• Le prix Images de Femmes de la meilleure actrice d’Afrique sub-saharienne et des pays créoles, offert par la revue africaine Amina, est remis à Rym Takoucht pour son rôle de l’épouse de Mounir dansMascarades, de Lyes Salem, Algérie / France

• Le prix du meilleur acteur, offert par la revue Fasozine, est remis à Illiès Boukouirene, pour son rôle d’Ibrahim dans C’est dimanche ! de Samir Guesmi, Algérie / France.

 SELECTION INTERNATIONALE DOCUMENTAIRE

 Le Prix de la communication interculturelle, offert par TV5 Québec-Canada pour un long métrage est remis à Victoire Terminus, de Renaud Barret et Florent de la Tullaye, France

• Le prix de la communication interculturelle, offert par TV5 Québec-Canada pour un court métrage est remis au film Le Rallye d’Hélène, de Chouna Mangondo, de la République Démocratique du Congo

 Le prix Micheline Vaillancourt remis à une réalisatrice du sud offert par le Conseil International des radios et Télévisions d’Expression Française (CIRTEF) pour un court ou long métrage est remis à Leïla Kilani, pour son film Nos lieux interdits, Maroc / France

 AFRICA NUMÉRIQUE

• Le prix du meilleur long ou moyen métrage est remis à Paris à tout prixde Joséphine Ndagnou, Cameroun.

Une mention d’honneur est décernée au film Le pèlerin du Camp Nou de Abakar Chene Massar et Bentley Brown, du Tchad

• Le prix du meilleur court métrage est remis à Les égarés de l’hémisphère Sud de Daddy Ruhorahoza, Rwanda

• Le prix de la meilleure série et feuilleton télé est remis à L’As du lycéede Missa Hébié, Burkina Faso

 REGARDS D’ICI

• Le prix  ACIC / ONF, offert par l’Office National du Film du Canada (ONF) pour la meilleure production indépendante est remis à Les marrons de l’Alphabet, de Dimitri Médard, Canada

• Le prix de la Relève Via Le Monde pour un premier film sur l’Afrique ou les pays créole (et les communautés africaines et créoles au Canada)est remis à Trois Rois, de Katia Paradis, Canada

Une mention d’honneur est décernée au film Le silence est d’or de Alexandra Sicotte-Lévesque, Canada


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Waffo 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte