Magazine Conso

Les pérégrines

Par Madame Charlotte

Auteur: Jeanne Bourin
Éditeur : Folio
1ère édition : 1989
Nb de pages : 538
Lu : septembre 2007
Ma note:

Résumé :
Le 15 juillet 1099, les croisés conquirent Jérusalem. C'était le terme de la première croisade, le plus audacieux pèlerinage de tous les temps. Nombre d'historiens ont rapporté cette extraordinaire expédition vers le tombeau du Christ. Mais personne encore n'avait écrit le roman de cette épopée au féminin. De Chartres à Jérusalem, en passant par Constantinople, Nicée, Antioche et Tripoli, Les Pérégrines nous entraînent à la suite de Brunissen, Flaminia et Alaïs, les trois filles d'un parcheminier chartrain. Par leurs yeux, nous découvrons les splendeurs de ces villes mais aussi les terribles épreuves rencontrées en route : la mort qui décime leur famille, les longues marches épuisantes, la faim, la soif, la maladie, les combats, les rivalités qui opposent les seigneurs francs. Soutenues par leur foi et les événements miraculeux qui sauvent les pèlerins du désastre, les trois soeurs nous font également vivre les amours passionnées et contradictoires qui vont diviser leurs coeurs et bouleverser leurs vies. Jeanne Bourin nous restitue avec éclat l'existence quotidienne des croisés. Elle nous replace dans cette époque de foi et de violence, en mêlant l'histoire à la fiction, et nous rappelle que les femmes, elles aussi, ont participé activement aux croisades. Elles furent les aventurières de Dieu.

Mon avis :
J'ai lu Le grand feu du même auteur il y a des années. J'avais adoré. Pour mes retrouvailles avec Jeanne Bourin j'ai choisi de lire Les pérégrines. Fatale erreur ! Le contexte historique est passionnant, c'est bien raconté, les personnages traversent une période mouvementée, participent à la première croisade, découvrent l'amour et subissent des deuils. J'ai démarré la lecture enthousiasmée, je l'ai poursuivie un brin ennuyée, je l'ai terminée avec la nausée. Je sais bien que les personnages, par définition sont plus que pieux. C'est le minimum de la part d'un croisé. Mais au bout d'un moment, leur bêtise et leur fanatisme m'ont détachée d'eux. Ce roman a beau être une histoire sur les croisades, les dialogues mielleux ont fini par me sortir par les yeux. J'ai perdu tout intérêt pour le destin des personnages, chacun se disputant sa place du plus vertueux. Il y a un je ne sais quoi de niais chez eux. Le fanatisme, religieux ou non, m'a toujours dérangée. Là, il m'a en plus ennuyée. La seule préoccupation des différents protagonistes est de parvenir à Jérusalem, pur et innocent si possible. Les histoires d'amour sont bêbetes. La famille de Garin est caricaturale. Nous avons la fille aînée fiancée, mais qui va se découvrir une vocation de nonne, la cadette, amoureuse d'un homme marié qui le lui rend bien mais dont le divorce ne fait pas à ses yeux un homme libre, la benjamine, transie d'amour pour un sombre guerrier sanguinaire et coureur de jupon, deviendra selon toute apparence une femme soumise qui en redemande, et enfin son jumeau, jeune héros qui sortira estropié d'une bataille. J'oubliais la grand-mère Berthe, femme autoritaire. Gloire à la femme, gloire à Dieu. Un peu ça va, ça se comprend, mais là, ça frise la propagande. Je ne sais pas si j'aurais dû frémir d'un délice coupable à voir les personnages oser succomber à leurs péchés. Mais non, ça m'a laissée froide. Dommage, ça partait drôlement bien, car on nous raconte tout de même une période importante de l'histoire, des mouvements de populations qui pour l'époque devaient être impressionnants, où les gens avaient la même motivation et n'hésitaient pas à sacrifier leur vie, à découvrir des terres inconnues. Mais le manque de recul, le fanatisme des personnages m'a écoeurée. Je relirai certainement Jeanne Bourin, mais sans doute pas la suite, Les compagnons d'éternité.


Retour à La Une de Logo Paperblog
Par Nicole Cassan
posté le 15 décembre à 12:32

oui, hélas , quand on voit cette tuerie aux USA , on peut se poser des questions sur la dualité en l'homme "tout homme porte en lui l'entière condition humaine" disait Montaigne ... heureusement que la balance ne pèse pas trop souvent du mauvais côté ....mais c'est un peu inquiétant de savoir qu'on porte en soi des tendances maléfiques .... Bon allez , faut rigoler pendant qu'on le peut ....

Par Jocelyne Trévetin
posté le 11 décembre à 08:09

oui en 100 ans la technique a ben changé mais les fondamentaux chez l'homme ...???HUM...

Par Jocelyne Trévetin
posté le 11 décembre à 08:07

Tiens si j'ai un peu de temps ( en ai de _ en - !) j'y jette un coup d'oeil...Jeanne était épouse d'André BOURIN ( pas jeune mais qui vit encore...)et André critique littéraire...( pas de gauche...) un petit cousin de mon papa ...Un de leurs trois enfants est éditeur ; François BOURIN...la bise de Jocelyne BOURIN

Par Nicole Cassan
posté le 10 décembre à 22:09

21ème siècle , 11ème siècle , rien n'a changé:même fanatisme, même intolérance , mêmes atrocités , mêmes désirs de gloire et de richesses, même lâcheté chez les grands, même courage chez les humbles ... quant aux histoires d'amour, elles se ressemblent fort ....

A propos de l’auteur


Madame Charlotte 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines