Magazine Culture

Dominique Sorrente/Je t’envoie ma chanson des jours bleus

Par Angèle Paoli

JE T’ENVOIE MA CHANSON DES JOURS BLEUS


Je t’envoie ma chanson des jours bleus qui est comme une enfance ; elle se perd et se retrouve, et joue ses notes au jour le jour, sans savoir tout à fait qui l’appelle.

*


Le corps enterre son ombre sous les pieds.
Tout s’arrête.
Puis le vent enlève son chapeau.
Une autre histoire rejoint le temps.

*

Jours bleus

Image, G.AdC


Mais que dit-elle, cette femme qui passe, cueillant les papillons de nuit, les libérant dans l’entrebâillé de la fenêtre ?

*


Ce monde est une pluie soudaine par où tout réapprend à respirer.
Les papillons de nuit volètent sous les nervures des feuilles, jonques à l’envers. Le temps d’entrer en scène, la femme aura disparu.

*


Dans cette compagnie des cailloux, des écorces, des insectes, on n’est plus seul qu’à hauteur d’homme.
Mieux que toutes les chimies, le cri d’amour d’un crapaud détend le fil à craqueler de l’angoisse.

*


Ma chanson n’est jamais la même, comprenez-vous cela. Elle jette ses mots et ses airs, au gré des heures, accrochant parfois une mélodie aux branchages. Puis elle change de répertoire dans les étiages de la nuit. Elle franchit des seuils ignorés ; plus tard, elle se dissout dans les labyrinthes du vent. Et à Dieu vat !
Elle laisse aussi des formes de bijoux sur la route, ma chanson. Elle ne sait rien des ramasseurs, ceux qui peut-être un jour récupèreront une de ses devinettes pour nourrir un repas de hasard. Ou qui s’infuseront aux veines pour les tonifier un sang d’encre.

*


Que peut-on faire d’une chanson qui écoute ?
Une stèle mendiante. Un signe de l’index traçant sur l’écritoire d’un ciel.

*

Jours bleus

Image, G.AdC


Les jours bleus. Ce sont eux qui vivent à reculons, dit la rumeur des anges. Ils se déplacent souvent en diagonale, jouent aux cases manquantes. On ne peut jamais être certain de les revoir comme on les a trouvés. Mais ils gravitent là, c’est sûr, au creux des turbulences de l’origine.
Et ce destin si proche n’a pas de prix.

*


Apprendre à te reconnaître sur le chrome du temps. Délier les figures entravées pour qu’à un moment inspiré surgisse, tout à côté du matin machinal, la science intacte des aimants.
Comme une enfance qu’on a tirée du puits.

*


Trois mots trouvés qui me reviennent. Ils ont le son latin du calme
d’après le tourment.
Au baldaquin des jours sans tain,
parmi les os qui dessinent du vide pour ne plus raconter,
dona nobis pacem.
Ils sont comme un temple khmer immobilisé après l’effroi des lanières, des suppliques et des déflagrations, qui attend de nouveau la première pousse.
Je porte ici
cette prière rampante qui remonte des herbes.
C’est lui, sans doute, qui me l’offre. Il ne questionne pas mon nom.
L’enfant de toujours a son miroir magique ; il écoute la voix qui lui apprend à lire
entre les lignes.
Celle qui murmure tout autour de la terre :
Dona nobis pacem.
Rien moins que ça.

*


Jusqu’au tamis d’un autre jour, nous nous perdons.
C’est la loi du genre.
Notre vie, étale dans ses morceaux, tourne les pages de l’égarée.
Elle joue comme elle peut
l’hymne égoutté de trop d’alluvions noirs.
Elle attend d’un geste provisoire que tant de patiences se survivent.
Puis au détour d’un couloir, sans prévenir, elle se redresse.
Mon amour de derrière les roseaux, te souviens-tu du fleuve ?
Dominique Sorrente, « Je t’envoie ma chanson des jours bleus » [extrait], La Revue des Archers N° 10, février 2006.



Yblue

Source


ANTHOLOGIE DU BLEU
- (sur Terres de femmes) Nicolas Charlet/La Trilogie du bleu  ;
- (sur Terres de femmes) Michèle Dujardin/Et bleu est je ;
- (sur Terres de femmes) Alain Freixe/Bleu plié au noir ;
- (sur Terres de femmes) Olav H. Hauge/Le pays bleu ;
- (sur Terres de femmes) Jean-Michel Maulpoix, Une histoire de bleu ;
- (sur Terres de femmes) Maddalena Rodriguez-Antoniotti, Bleu Conrad ;
- (sur Terres de femmes) All blues ;
- (sur Terres de femmes. Série Instables a cappella) Bleu plexiglas ;
- (sur Terres de femmes) Bleu de Prusse ;
- (sur Terres de femmes. Série Instables a cappella) Blues déjantés ;
- (sur Terres de femmes) L'ombre portée du palmier bleu ;
- (sur Terres de femmes) Plume de geai bleu ;
- (sur Terres de femmes. Série Instables a cappella) Les sons cris du piano bleu ;
- (sur Terres de femmes) 2 janvier 1957/Exposition Yves Klein à Milan.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Angèle Paoli 39970 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines