Magazine Cinéma

Malaises en série pendant la projection de "Antichrist" de Lars Von Trier

Par Vierasouto


18 - 05
2009
Version imprimable -Commenter l'article

 Malaises en série pendant la projection de
En sortant de la projection du dernier film de Lars Von Trier présenté ce soir en sélection officielle, je suis allée boire un petit remontant dans un bar. Cependant, j'avais sans doute moins trinqué que d'autres spectateurs, ayant quitté la salle quand Charlotte Gainsbourg  a dégainé sa boite à outils pour la boucherie finale, les pompiers appelés en renfort au Palais des festivals ont enregistré 5 malaises dans les 5 mn qui ont suivi ma sortie de la salle, les spectateurs traumatisés étaients installés sur des fauteuils rouges du SAMU avec le bras tendu, ambiance... Mais ce n'est pas tout, après la projection, Lars Von Trier est sorti en courant pendant les applaudissements mitigés et s'est enfermé dans les toilettes dont le délégué Thierry Frémeaux n'a pas pu le déloger.... Heureusement qu'il n'y avait pas emporté la boite à outils de son film... Le reste de l'équipe du film, Willem Dafoe, Charlotte Gainbourg (immense, mini-robe et démarche Jane Birkin années 70 avec son mari Yvon Attal petit comme Gainsbourg), a donc descendu les marches orpheline de son réalisateur disparu... Auparavant, j'ai aperçu rien moins que Mick Jagger qui quittait la salle sans que personne ne l'ai remarqué... Et puis, Christophe Barratier et une blonde qui n'était pas Nora Arnezeder avec qui il posait amoureusement il y a quelques mois à la soirées des Etoiles d'or à Paris. Dans la rue, Mélanie Laurent tout en bouclettes plantée devant la sortie du Majestic (elle a le rôle féminin du Tarentino programmé le 20 mai), Zinedine Soualem en famille, Rachid Bouchareb....
Malaises en série pendant la projection de   Malaises en série pendant la projection de
A propos de Majestic, je me suis pointée aujourd'hui avec l'idée de faire quelques photos et un vigile zélé m'a menacé d'appeler du renfort avant même que j'ai pu lui répondre que je n'étais pas suicidaire mais que je comprenais mal pourquoi la veille j'y avais passé une heure à mitrailler les stars sans que ça gêne les autres vigiles... Quand on paye 3000 Euros la nuit, on a envie d'avoir la paix, m'a dit l'ennervé comme s'il s'agissait de sa chambre, je n'ai pas voulu en rajouter en lui faisant remarquer que ce sont les maisons de production qui payent, pas les stars, ce qui explique leur absence (surtout  des stars américaines) cette année... Bon, il faut comprendre que Cantona, logé là, allait monter dans le quart d'heure suivant les marches avec Ken Loach pour "Looking for Eric" et que le personnage qui traitait autrefois son entraîneur de "sac à merde" n'est pas un modèle de zénitude, ça a dû survolter le service d'ordre qui avait déjà supporté l'émeute Johnny Hallyday la veille. Comme j'avais déjà vu le film à Paris en avant-projection que j'avais trouvé bien peu Loachien, je n'avais aucune envie de le revoir... (lire la critique du film...).
Malaises en série pendant la projection de sortie 27 mai 2009
"Antichrist" de Lars Von Trier
Malaises en série pendant la projection de
sortie 3 juin 2009
Malaises en série pendant la projection de

Plus maniériste, plus mégalo, plus je signe chacun de mes plans et j'ai un style inimitable, c'est difficile,... Dès la première image, c'est une caricature de film d'auteur trop doué qui se prend à présent pour un génie. Prologue en noir et blanc, un couple fait l'amour dans une chambre, gros plan sur  la pénétration, les organes génitaux (et toc pour que le festivalier me remarque tout de suite !, semble dire l'infantile Lars VT qui s'épuise à provoquer tout le long du film), soudain, leur fils, un petit garçon blond, réveillé en pleine nuit et ayant observé ce que les psy appeleraient cette scène primitive, se jette par la fenêtre avec son ours en peluche dans la neige. Scène raccoleuse à la fois tire-larmes et pornographique avec des gros plans obèses des visages filmés comme des sexes béants, démonstration voyante du couple sexualité et mort.
Tout le film est à l'échelle de ce qu'on suppose la description autobiographique vaguement romancée des angoisses et de la folie du réalisateur, le récit maquillé de sa thérapie, il a dit en interview avoir fait ce film pendant une dépression nerveuse et il s'investit dans le personnage de la femme en deuil, le mari, thérapeute, transgressant la règle en faisant la psychothérapie de son épouse. Plusieurs phases de mal en pis : le deuil, la douleur (le chaos avec un chien/ou renard qui parle...), le désespoir. Pour soigner sa femme, le mari lui  demande ce qui lui fait peur, c'est ce qu'elle aime, leur maison à la campagne nommée Eden, il pourra donc ajouter à ses notes qu'elle a peur d'elle-même, grande trouvaille! Le couple va donc s'enfermer dans cette lugubre maison truffée comme le film d'une pléthore de symboles, gravures de martyres, etc...
La seule chose intéressante, c'est le rapport d'autopsie du petit garçon suicidé, on a noté une malformation du pied, or, le mari se rend compte que sur les photos, il a toujours ses chaussures inversées, se souvient qu'il pleurait quand sa mère mettait ses chaussures... Ca donne une indication nette mais contradictoire sur le récit affiché d'un deuil qui va rendre fou, folle la mère de l'enfant, quand on montre furtivement qu'en amont, elle étudiait les violences faites aux femmes et maltraitait son fils, en deux mots, que la perte de l'enfant n'est que le catalyseur d'un état psychotique latent... On peut également penser qu'on prenant une femme basculant dans la folie et non un homme, Lars Von Trier fait passer le message que la femme n'est pas l''avenir de l'homme mais que sa sexualité insatiable terrifiante le condamne à être castré (très nouveau aussi comme constatation!). Donc, au bout d'une heure et demi, le sang commence à couler franco et c'est le top départ d'une boucherie paroxystique finale qui semble être le prétexte de ce scénario pauvre à deux personnages, une femme et son psy de mari. Quand Charlotte Gainsbourg dégaine sa boite à outils, je ne regarde pas l'écran mais j'entends des cris dans la salle et je sors sans me retourner...
PS. Démarrant sur une musique de Haende, avc un titre de Nietsche, le film est dédié à Tarkovski, en toute simplicité...
A la sortie du Grand théâtre Lumière, je songe qu'il y a vraiment deux poids deux mesures, hier pour le films "Kinatay" de Mendoza où un gang de Manille  organise une expédition punitive sur une prostituée pour régler une affaire de drogue sordide, certains critiques n'ont pas supporté que le cadavre de la malheureuse finisse en morceaux dans des sacs poubelle, or, si ces comportements mafieux sont ignobles, on ne voit quasiment rien, on attendra les réactions des mêmes pour le Lars Von Trier, un des chouchous de la Croisette déjà palmé.
Malaises en série pendant la projection de
Willem Dafoe à Cannes (photo Isabelle Vautier)De la Plage Orange par grand soleil... J6...
Malaises en série pendant la projection de
Malaises en série pendant la projection de
Je me suis accordé une journée plus calme avec un stop sur la plage Orange à chauffer une demi-heure sur un canapé en bord de plage avec une salade de fruits et un  coca. Au restaurant, avait lieu le déjeuner annuel des producteurs, pas des stars qui posent pour l'objectif mais du lourd, si j'ai bien compris... Aperçu le réalisateur Christophe Barratier (photo ci-dessus) venu parler affaires en plein-air plus tard, omniprésent à Cannes aujourd'hui puisque vu ensuite pour la projection d'"Antichrist" le soir.  Autre réalisateur présent dans l'espace lounge : Glenn Ficarra qui ne va pas tarder à faire parler de lui avec son film "I love you Phillip Morris" dès demain à la Quinzaine des réalisateurs, la particularité de film étant que malgré deux stars Hollywodiennes à l'affiche, Ewan Mc Gregor et Jim Carrey, il n'a pas de distributeur outre-atlantique, compte tenu de scènes gay explicites. Les sections parallèles :
Le coup de coeur de Tadah! blog  : "J'ai tué ma mère" d'un très jeune réalisateur , Xavier Dolan, que Jonathan a aussi interviewé pour Radio Campus, film présenté à la Quizaine des réalisateurs.
Cannes chez soi...
Comme je suis invitée par Orange à suivre le 62° festival de Cannes (
voir mon billet précédent...), outre mon billet de la Plage Orange entre J1 et J12, je donnerai tous les jours une idée de programme qui me plait sur Orange Cinéma Séries spécial Cannes du lendemain...
Malaises en série pendant la projection de
mardi 19 mai à 20h45 sur Orange cinénovo, "Padre Padrone" des frères Taviani, palme d'or à Cannes en 1977,  adapté du roman autobiographique éponyme de Gavino Ledda, un film dont je garde un souvenir un peu austère et que j'aimerais bien revoir.

Mots-clés :Cannes 2009Antichrist

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines