Magazine Beaux Arts

Jim Coverley (seconde chance)

Publié le 19 mai 2009 par Anne Malherbe
Jim Coverley (seconde chance)
J'en avais déjà parlé.
Mais j'aime bien revenir sur une oeuvre, pour vérifier jusqu'à quel point je suis capable de saisir exactement ce que j'ai envie de dire sur elle.
D'ailleurs, la dernière fois, j'avais fait une erreur: rien n'est cousu dans les oeuvres de Jim Coverley, tout est découpé, plié, noué, épinglé ou collé.
Et puis, j'avais omis de préciser que tout, dans ses pièces, est taillé au scalpel avec une minutie chirurgicale et obsessionnelle, et teint à l'aide de couleurs pour tatouages,qui contribuent à métamorphoser le tissu en peau.
Et surtout, j'avais tourné autour de l'essentiel.
Cette fois (à l'occasion de sa deuxième exposition personnelle à la galerie Schirman et De Beaucé), je dirais seulement que je suis subjuguée par la capacité de l'artiste à transformer un napperon sans qualités en une pièce raffinée comme une plante vénéneuse. Et aussi: par sa capacité à transformer un objet en une oeuvre, c'est-à-dire en quelque chose qui n'est ni utile ni décoratif, mais qui se boit des yeux.
(NB: pour les images, dont les couleurs jaunes ont peu à voir avec la réalité: courtesy galerie Schirman & De Beaucé)
Jim Coverley (seconde chance)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anne Malherbe 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte