Magazine Conso

Resurrection Row

Par Céline

4resurrectionrowAnne Perry
Série Charlotte et Thomas Pitt tome 4
10/18
313 pages

Résumé:

"Bas les masques", tel paraît être le mot d'ordre d'Anne Perry dans la série de romans où elle met en scène son couple de héros "victoriens", l'inspecteur Thomas Pitt et son épouse Charlotte, les personnages de roman policier les plus pittoresques et attachants qui nous aient été donnés à découvrir ces dernières années. Dans le Londres de la fin du XIXè siècle qui sert de cadre à leurs exploits, c'est en effet le code hypocrite de bonne conduite de la société anglaise de l'époque qui se trouve singulièrement mis à mal, sa corruption et sa fausse respectabilité. Anne Perry ou le polar au vitriol : décapant!

Mon commentaire:

Ce quatrième volet des aventures de Charlotte et Thomas Pitt me semble encore plus abouti que les deux précédents. Au niveau de l'intérêt, je place ce roman au même pied d'égalité que le premier. L'histoire est très intéressante car elle présente en quelque sorte deux aspects différents. L'auteur nous mène sur les traces d'un criminel qui exhume des cadavres et s'amuse à les disséminer à travers différents quartiers. Nous suivons ces découvertes au fil du roman et de l'enquête de Thomas Pitt pour découvrir qui s'amuse à jouer avec les morts, que l'on retrouve dans les endroits les plus inusités. L'histoire nous offre parallèlement le portrait social des bas-fonds de Londres à travers un projet de loi qui tient à coeur à plusieurs personnages du roman. Cet aspect étant beaucoup plus développé me semble-t-il que dans les précédents tomes, je le trouve également plus intéressant. Les pages défilent à toute vitesse et plusieurs possibilités s'offrent au lecteur qui tente de découvrir le coupable. Personnellement, je ne trouve jamais. Anne Perry a le don de me plonger dans cette Angleterre Victorienne où j'ai l'impression de voyager, d'observer les comportements, les maisons, les robes, les mentalités, et où je me laisse totalement emberlificoter dans l'intrigue. Toujours, une excellente série!

Quelques extraits:

"Ce garçon a un caractère en or et, surtout, il ne se donne pas de grands airs, ce qui nous change du voisinage! Bien sûr, ses manières sont désastreuses, sans parler de son physique et de son accoutrement! Mais que voulez-vous, l'argent rachète une foule de péchés.
-Et la gentillesse encore davantage, souligna Charlotte.
-Voyons, ma chère, dans notre monde on ne juge que sur l'apparence et non sur la réalité."
p.113

"Carlisle le conduisit un peu plus loin, là où une demi-douzaine de gamins décousaient des pantalons; certains ne devaient pas avoir plus de quatre ans.
-Trois de ceux-là sont à Bessie, expliqua Carlisle. Regardez-les. Avant, ils travaillaient chez eux, à domicile; mais la construction de la nouvelle voie de chemin de fer a nécessité l'évacuation des taudis. Leur maison a été rasée. Le mari de Bessie et ses aînés fabriquaient des boîtes d'allumettes - deux pence et demi pour cent quarante-quatre allumettes et, avec ça, ils étaient obligés d'acheter eux-même la pâte et la ficelle. Autrefois, Bessie travaillait pour l'usine d'allumettes Bryant & Mays. Elle souffre aujourd'hui de phosphorisme chronique, une nécrose de la mâchoire causée par le phosphore, ce qui explique sa curieuse façon de parler. Elle a seulement trois ans de plus que Lady Alicia. Vous ne l'auriez jamais cru, n'est-ce pas?
C'en était trop pour Dominic, qui murmure, épouvanté:
-Je voudrais sortir d'ici...
-Eux aussi, vous savez..."
p.167


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Céline 24757 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines