Magazine Culture

Anthologie permanente : e.e. cummings

Par Florence Trocmé

la rose
se meurt que les
lèvres d’un vieil homme assassinent

les pétales
se taisent
mystérieusement
les invisibles pénitents se déplacent
avec des visages de prose et sanglotant, des vêtements
Le symbole de la rose

immobile
avec des pieds affligeants et
des ailes
s’élève

contre les marges de chanson ascendante
un étalon douceur, les

lèvres d’un vieil homme assassinent

les pétales.

e. e. cummings, Portraits (VII) dans Tulipes, dans tulipes & cheminées [extraits de deux recueils], traduit de l’américain par Thierry Gillibœuf, La Termitière, 2004, p. 72.

the rose
is dying the
lips of an old man murder

the petals
hush
mysteriously
invisible mourners move
with prose faces ans sobbing, garments
The symbol of the rose

motionless
with grieving feet and
wings
mounts

against the margins of steep song
a stallion sweetness        , the


lips of an old man murder

the petals.


e. e. cummings, Portraits (XIX), in Tulips;  Complete Poems 1904-1962, edited by George J. Firmage, Liveright, New-York, 1991, p. 88.

une contribution de Tristan Hordé

e.e. cummings dans Poezibao :
bio-bibliographie,
extrait 1, extrait 2, extrait 3,

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines