Magazine Culture

Anthologie permanente : e.e. cummings

Par Florence Trocmé

la rose
se meurt que les
lèvres d’un vieil homme assassinent

les pétales
se taisent
mystérieusement
les invisibles pénitents se déplacent
avec des visages de prose et sanglotant, des vêtements
Le symbole de la rose

immobile
avec des pieds affligeants et
des ailes
s’élève

contre les marges de chanson ascendante
un étalon douceur, les

lèvres d’un vieil homme assassinent

les pétales.

e. e. cummings, Portraits (VII) dans Tulipes, dans tulipes & cheminées [extraits de deux recueils], traduit de l’américain par Thierry Gillibœuf, La Termitière, 2004, p. 72.

the rose
is dying the
lips of an old man murder

the petals
hush
mysteriously
invisible mourners move
with prose faces ans sobbing, garments
The symbol of the rose

motionless
with grieving feet and
wings
mounts

against the margins of steep song
a stallion sweetness        , the


lips of an old man murder

the petals.


e. e. cummings, Portraits (XIX), in Tulips;  Complete Poems 1904-1962, edited by George J. Firmage, Liveright, New-York, 1991, p. 88.

une contribution de Tristan Hordé

e.e. cummings dans Poezibao :
bio-bibliographie,
extrait 1, extrait 2, extrait 3,

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Ariane Dreyfus

    La pelouse épanouie « Venez courir ! Venez courir ! » La petite, l’éclat-fille Bondit hors du repas Rapide comme une balle intacte Puis roule dans le sommeil,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Nicole Brossard

    on appelle bruit de beauté la mer soudée au sel dans l’infiniment nuit au-delà de tous les récits on appelle aussi bruit de beauté le silence sa signature... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Camera oscura Un soir j’étais au pied d’une colline jaune trempée d’ombres et glus cendre à tout prendre à merveilles clouée de cistes barbelée de lavandes... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alain Suied

    L’enfant qui appelle au fond de chacun reste tapi dans l’obscurité de l’abandon. Il faudrait le prendre dans les bras et lui murmurer la berceuse du retour. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henry Bauchau

    Les promeneuses du soir Éloge Éloge des sommeils d’amies Éloge d’épouses de doges Et de stratèges villes grèges Ocrées de ceinturons de briques Éloge à pas de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jacques Dupin

    Grand vent Nous n’appartenons qu’au sentier de montagne Qui serpente au soleil entre la sauge et le lichen Et s’élance à la nuit, chemin de crête, À la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Déborah Heissler

    instruments ? Oubliés remaillée la pluie en rameaux de lumière Schubert la dernière sonate comme arceaux légers d’allées Et comme à nous ce que la parole dit... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines