Magazine Culture

Une force mobile anti violence scolaire : Darcos lance son GIGN

Publié le 22 mai 2009 par Actualitté
Oh qu'il a fait sourire le sieur Darcos avec son projet de force mobile d'agents spécialisés destinée à contrôler les collèges et lycée, et dotée du droit de fouiller les élèves sur la simple base d'une suspicion... Évidemment, il ne s'agit que d'un débat que le ministre veut ouvrir, a-t-il précisé durant le 90e Congrès de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public.
Une force mobile anti violence scolaire : Darcos lance son GIGNOn se souviendra qu'en 98, l'idée de la présence de policier avait été suggérée, mais finalement pas retenue. Ici, point de policiers, plutôt des « personnes formées et assermentées, placées auprès des recteurs, susceptibles de se rendre dans les établissements rapidement, pouvant constater des délits, confisquer des armes, opérer des fouilles si nécessaire ».
La question se pose de savoir de quels autorités et droit ces agents seront investis pour avoir « le droit de faire ouvrir le cartable ou de fouiller l'élève qu'ils suspectent de vouloir introduire des armes » ? Simple comme bonjour, rétorque le ministre : on mettra les moyens juridiques et matériels au point. Comment ? En transformant « des chefs d'établissements, ou tout simplement peut être l'inspecteur d'Académie » en « officiers de police judiciaire de sorte de commander ces actes qui ont un caractère juridique » ?
Une piste de réflexion...
Pour le FIDL, c'est la porte ouverte à la police dans les écoles, tout simplement, mais Darcos réplique avec les parents démissionnaires à qu'il faut « appeler à leur devoir de parents en leur infligeant, si nécessaire, des sanctions financières concrètes, rapides et proportionnées à la faute ». Évidemment.
Pour le député PS de Paris, Jean-Christophe Cambadélis, c'est se moquer du monde que d'avancer de telles propositions. « Pendant des années, il [X-Man Darcos] a réduit le nombre de surveillants, donc il a demandé aux enseignants de surveiller les enfants, alors qu'ils ne peuvent pas faire les deux choses, et maintenant il voudrait constituer une espèce de corps spécial, un GIGN scolaire, une brigade scolaire », ironise-t-il.
Car ce n'est pas l'autorité instaurée qui fera la différence, mais l'accompagnement sur la durée, la présence au quotidien de personnes qui écoutent et comprennent. Ceux que l'on avait jadis la petite méchanceté de nommer les pions, ajoute-t-il. Quant à la présence d'authentiques policiers en civil suite au fameux vol de vélos, le député se marre : « Là franchement on est au-delà de ce qui serait nécessaire. »

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte