Magazine Politique

Pour une société de parasites ?

Publié le 22 mai 2009 par Christophefaurie

Affrontement entre Dick Cheney et Barak Obama. Le premier défend la torture, qui a permis de sauver des vies américaines. Le second affirme que l’on ne transige pas avec la morale.

Que fait un Dick Cheney : ce qui lui semble bien, sans souci des lois. Pourquoi s’en soucierait-il puisqu’il sait qu’il a raison. Que se passe-t-il alors ? Un homme décide du sort de ses semblables, selon son bon vouloir. C’est la définition du totalitarisme. Son comportement nie le libre arbitre humain.

Et s’il avait raison ? Que va-t-on dire alors à la république bananière qui torture ses opposants ? Crime contre l’humanité ? Elle vous répondra qu’elle ne voit pas MM.Bush et Cheney dans le box des accusés. Vous lui répondrez que la loi du plus fort est la meilleure et que vous êtes le plus fort. Mais le serez-vous demain ?

Ne pas obéir aux lois n’est pas seulement opposé à notre intérêt, c’est aussi la faillite de l’intellect. N’y a-t-il que la torture pour démasquer les menées contre la sûreté de l’état ? D’ailleurs, avoir recours à la torture n’empêche-t-il pas la police de rechercher des moyens plus efficaces de nous protéger ?

Mais toutes les lois sont-elles justes ? Notre gouvernement légifère à tour de bras. Avec raison ?

Il légifère sous la pression populaire. Une enseignante est agressée, on condamne la jeunesse. Vox populi vox dei ? Bizarrement, il y a beaucoup de gens qui tuent et qui ne sont condamnés à rien. Pourquoi ? Crime passionnel, légitime défense, ou simplement doute. La différence entre le jugement du peuple et ces condamnations c’est la justice. Comment pouvons-nous condamner la jeunesse sans entendre au moins ses avocats ? Ce que notre gouvernement attaque, c’est l’état de droit.

Malheureusement, il a beaucoup de complices. À commencer par ceux qui sont les premiers à le condamner. Car, à l’image d’Obama, nous sommes tous victimes de « l’éthique des valeurs », il existe des principes saints (« égalité »), qui une fois brandis valent condamnation sans appel. Les journaux, les intellectuels… refusent le débat, ils savent. Or, la démocratie, c’est le débat. C’est lui qui produit la « volonté générale », qui, a son tour, produit des lois « justes ».

S’il y a quelque chose à reprocher à notre gouvernement, c’est, paradoxalement, sa cohérence. Toutes ses lois vont dans la même direction : la concurrence de l’homme avec l’homme. C’est nier le principe même de la société, qui est la solidarité. Le résultat d’une telle politique est étudié par les théories économiques (ce qui leur a valu le nom de « the dismal science » soit, approximativement, « la science déprimante »). C’est un monde de pénurie, c’est l’exclusion, c’est une société de classes. Surtout, ce monde de parasites traversé par les crises suscitées par l’aléa moral est extrêmement fragile face aux agressions externes, il est peu durable.

Le plus affligeant dans cette histoire est que je ne fais que reprendre l’argumentation des Lumières sur laquelle notre société est supposée avoir été bâtie. Pourquoi ignorons-nous la pensée de nos pères fondateurs ? Pourquoi des juristes n’ont-ils pas la moindre idée de l’esprit de nos lois ? Mais qu’est-il arrivé à l’éducation nationale ?

Compléments :

  • Sur les Lumières : Kant (raison pratique) et Rousseau.
  • Sur l’organisation d’un monde d’individualistes : The Logic of Collective Action.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines