Magazine Cinéma

La Nuit au Musée 2 de Shawn Levy

Par Geouf

La Nuit au Musée 2 de Shawn Levy

Résumé: Quelques années après ses aventures dans le musée d’histoire naturelle de New York, Larry Daley (Ben Stiller) est devenu un businessman aguerri, dont l’entreprise de gadgets marche parfaitement. Le musée dans lequel il a officié en tant que gardien de nuit est en pleine phase de modernisation, et les bonnes vieilles statues de cire sont emballées pour être envoyées dans les archives du Smithsonian Institute, à Washington. Mais suite a un coup de fil paniqué de son ami Jedediah (Owen Wilson), Larry doit reprendre du service. Il se rend donc dans la capitale pour éviter que la fameuse tablette d’Ahkmenrah ne tombe entre les mains du maléfique Kahmunrah, que celle-ci a fait revenir à la vie…

 

Le premier Nuit au Musée, sorti en 2006, était une très bonne surprise. Une comédie fantastique réussie, drôle et rythmée, un vrai tour de manège rappelant par moments l’excellent Jumanji et proposant pour une fois un message intéressant (les musées c’est fun !). Et vu le succès du film, il était évident que l’inévitable séquelle allait faire rapidement son apparition. Toute la fine équipe du premier film est donc ici réunie pour tenter une fois de plus d’émerveiller le public.

Le film commence sur une note de nostalgie, puisque Larry, devenu un businessman occupé, vient rendre une dernière visite à ses amis du musée, avant que ceux-ci ne soient définitivement oubliés dans les archives poussiéreuses du Smithsonian Institute. Une séquence pleine d’émotion au cours de laquelle on a plaisir à revoir les visages connus de Jedediah, Theodore Roosevel (toujours incarne par Robin Williams), Octavius, etc. Mais malheureusement, les retrouvailles seront de courte durée, autant pour Larry que pour le spectateur, puisque tous ces personnages attachants seront rapidement relégués au second plan (voire au troisième) dans la suite du film. Car Shawn Levy et son scénariste Thomas Lennon ont décidé pour cette suite d’apporter du sang neuf. Et qui dit sang neuf dit nouveaux personnages et nouveau décor. On a donc droit à un plus grand musée, à plus de méchants, à plus d’effets spéciaux, mais aussi à moins de temps pour souffler et à un pitch très mal exploité. Car au final, sur les quelques 20 musées que comporte le Smithsonian Institute, on n’en visitera réellement que deux : la galerie d’art et le musée de l’aéronautique et de l’espace. Deux lieux certes bien exploités, avec d’excellentes idées (le voyage dans les tableaux, repiqué à un épisode des Mysteres de l’Ouest, la poursuite en avion) mais on ne peut s’empêcher de regretter de ne pas explorer tout l’institut. Dommage aussi que certaines idées intéressantes ne soient pas du tout exploitées. Il aurait été par exemple agréable d’avoir une petite réflexion sur le fait que les amis de Larry vont « mourir » pour de bon sans la présence de la tablette. Mais c’était sans doute trop demander à un film de divertissement calibré comme celui-ci…

La Nuit au Musée 2 de Shawn Levy

Au niveau des personnages, c’est le même problème. A force de multiplier ceux-ci, aucun n’est réellement développé. Les « anciens » sont confinés pendant les trois quarts du métrage dans un container (ou dans un sablier dans le cas de Jedediah), et les nouveaux, notamment les méchants, sont trop nombreux pour faire forte impression (Alain Chabat, en Napoléon hystérique, apparait à peine 10 minutes). Seuls deux personnages sortent du lot : la pétillante Amy Adams (Talladega Nights, La Guerre selon Charlie Wilson), excellente dans le rôle de l’aviatrice Amelia Earhart, et Hank Azaria (Run, fat Boy, Run et Mistery Men) qui incarne le « terrifiant » méchant du film, le pharaon Kahmunrah (et double aussi les personnages du Penseur de Rodin et d’Abraham Lincoln). La première apporte tout son charme et son dynamisme à son personnage qui vole d’ailleurs la vedette à un Ben Stiller visiblement peu concerné et semblant se rendre compte que le film a perdu son âme sous le poids du « bigger and louder ». Quant au second, il est tout à fait génial en vilain zozotant, cabotinant à outrance pour la grande joie du spectateur (il faut le voir hurler en roulant des yeux « I am back from the dead ! »). Le film grouille aussi de guests stars que le spectateur s’amusera à reconnaitre : Jonah Hill (Supergrave) en gardien arrogant, les Jonas Brothers en Cupidons, Bill Hader (Supergrave aussi) en General Custer incompétent, Eugene Levy (le père de Jim dans les American Pie) en Albert Einstein, ou encore Craig Robinson (Pineapple Express, Zack et Miri font un Porno) en aviateur.

La Nuit au Musée 2 de Shawn Levy

Reste que malgré son côté fouillis et non maitrisé, le film comporte tout de même quelques bonnes idées arrachant le minimum syndical de rires. On notera par exemple l’hilarante scène dans laquelle Dark Vador et Oscar (une marionnette de Sesame Street) tentent de rejoindre les rangs des bad guys et se font jeter par Kahmunrah. Les apparitions du Penseur de Rodin (qui en fait ne pense pas à grand-chose !) et de la statue d’Abraham Lincoln (« I never lie ! ») sont elles aussi très réussies. Dommage que tout le film ne soit pas à cette image et que la morale ait cette fois bien du mal à passer (il vaut mieux faire le boulot qu’on aime plutôt qu’un job très bien payé mais inintéressant).

Sans être honteux (il reste tout de même divertissant), La Nuit au Musée 2 est tout de même une déception en regard de la réussite du premier épisode. Un ratage dû à la volonté de l’équipe d’en faire plus, ce qui se transforme rapidement en « trop », et ce au détriment des personnages. Espérons que l’inévitable troisième opus redressera la barre…

Note : 6/10

Articles liés


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Geouf 149 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines