Magazine Culture

Les teen shows à la dérive ?

Publié le 01 juin 2009 par Tao

de gilmore girls à gossip girlVoilà une question que je me pose depuis pas mal de temps. Autant lancer le débat sous forme d’un article sur le blog. Mais tout d’abord reprenons aux origines ou presque. Le public jeune a toujours été prisé par les programmateurs de séries US. Mais on retiendra surtout une date dans l’histoire récente des séries télés. Cette date c’est le 4 octobre 1990, date de la diffusion du tout premier épisode de Beverly Hills 90210 sur la Fox. Aaron Spelling, pape de la télévision US a en effet cette année là une idée géniale, adapter les codes des grands soaps prime times tel que Dallas et Dynasty aux séries pour jeunes. Ainsi est né Beverly Hills, ses ados beaux, riches, souriants aux un million de problèmes. Si la série bénéficie aujourd’hui d’une grande aura nostalgique, la série était ouvertement décriée par les critiques à l’époque, mais la jeunesse aime, la Fox est la chaîne à la mode se voulant impertinente et branchée.

Deuxième tournant dans les séries pour ados, Cinq ans plus tard, la WB chaîne du groupe Warner voit le jour et dédie entièrement sa programmation ou presque aux séries pour jeunes. Le petit network grandit tant bien que mal et devient littéralement un phénomène alignant carton sur carton chez les ados avec des séries mémorables comme Dawson, Felicity, Buffy ou plus tard Gilmore girls et Everwood. Des séries selon moi emblématiques de ce que la WB était capable de faire en terme de qualité. Sachant à la fois proposer des séries plus légères comme Charmed et des séries plus poussées comme celles que je viens de citer.

Hors aujourd’hui si on regarde l’héritière de la WB qu’est la CW, on ne retrouve aucune série ayant une réelle valeur qualitative. Gossip girl et 90210 sur lesquelles la CW mise toute sa réputation sont des séries superficielles, aux scénarios totalement niais. Si Gossip girl se veut un peu plus transgressif, 90210 retourne elle vers les intrigues les plus basiques du genre. On a un peu de mal à reconnaître la pâte de Josh Schwartz qui avait su à peine un an plus tôt offrir un tout autre genre de teen soap avec The OC (Newport beach). The OC, véritable cheval de troie de Schwartz. Alors que la Fox cherche un nouveau Beverly Hills pour attirer les jeunes, ce jeune scénariste pose sa candidature. Une fois accepté, il n’aura de cesse d’insuffler un nouveau souffle au genre en y intégrant une grosse dose d’humour et de second degré à travers les mimiques et les répliques de ces personnages, des intrigues où se mèlent les jeunes et leurs parents (qui ne sont pas seulement des plantes vertes) et aussi de la bonne musique où il nous fait découvrir une foule de nouveaux artistes. On ne retrouve rien de tout cela dans Gossip girl et 90210. Pour retrouver cet esprit débridé, il faut se tourner vers Chuck sur NBC.

Et là j’en viens à mon troisième point. Aujourd’hui, les ados ne sont plus attirés par les séries dites pour jeunes. Ou du moins celles ci intéressent principalement un public moins âgés qu’il y a encore 5 ans. Les ados de 15- 16 ans et plus se tournent désormais vers des dramas conçus d’abord pour un public plus âgé. Je pense à Grey’s anatomy, à Desperate housewives ou encore à Prison break. Et il suffit de surfer sur quelques forums de Nip/ tuck pour y croiser des jeunes de 12/ 13 ans alors que la série leur est plutôt déconseillée. Les filles gloussant devant Gossip girl sont aujourd’hui davantage dans une tranche d’âge plus jeune que celles regardant Dawson à l’époque.

De plus, si on y regarde bien, aujourd’hui plus aucun grand network mis à part la CW ne propose de véritable série pour ados. La Fox a abandonné le créneau après le crash des dernières saisons de The OC. Et désormais on se tourne vers des séries mixtes pouvant à la fois intéresser les ados et les jeunes adultes, à l’image de Heroes ou Chuck.

Aujourd’hui la grande rivale de la CW est ABC Family. Cette filiale de ABC change totalement la donne en proposant des séries radicalement différentes et surtout bien plus fréquentables idéologiquement. Série emblématique, The secret life of the american teenager nous expliquant comment une adolescente est tombée enceinte, mais servant avant tout de publicité géante contre l’avortement et les relations sexuelles mais surtout pro chrétienne. Kyle XY par ses subtextes  homosexuels et ses intrigues un peu trop osées comme l’érection a vite été mise à la poubelle. Et le fait est que ça marche. La puritaine secret life bat à plate couture  Gossip girl la dévergondée en terme d’audience.

A l’opposé, il y a également une mode de la surenchère chez les teen shows. C’est à celui qui osera le plus. Mais à cela on voit une surenchère assumée ou pas. Ainsi 90210 a débuté sa carrière avec une polémique concernant une fellation sur le parking du lycée. Une scène qu’on voit à peine, traitée sous forme de boutade et durant deux secondes tout au plus. Mais la reine dans ce domaine da la fausse provocation, c’est sans doute Gossip girl qui véhicule une image sulfureuse dans les médias. Hors à l’écran, la série est très loin d’un Nip/ tuck ou d’un Sex and city. On est clairement en face d’une publicité mensongère. Pour voir une vraie série sulfureuse parlant des ados, il faut se tourner vers les anglais où Skins nous montre ouvertement des ados sexuellement très actifs, qui se droguent, boivent, font la fête toute la nuit. La série a néanmoins été un feu de paille. Très efficace en saison 1, elle a rapidement montré ses limites avec une saison 2 entre deux eaux et une saison 3 fort critiquée car allant justement trop loin dans la provocation gratuite. Certes Dawson et Ephram Brown peuvent aujourd’hui paraître trop gentillets à côté du manipulateur Chuck Bass. Mais au moins ils avaient une profondeur et une personnalité. Et les épisodes racontaient vraiment quelque chose. Tout cela, on le cherche toujours dans de nombreuses séries pour jeunes à l’heure actuelle.

Donc si on regarde bien la situation actuelle, on a d’un côté des séries pour ados faussement sulfureuses comme Gossip girl face à ces séries très politiquement correctes forçant la jeunesse à s’intéresser à des séries qui ne leurs sont pas automatiquement dédiées. Le tout se faisant par un nivellement par le bas au royaume des séries pour ados devenue parfois  pour pré ados bien malgré elles. Car aujourd’hui, aucune série pour les jeunes ne peut se réclamer être la digne héritière de Gilmore girls ou d’Everwood. Car tout en étant une série familiale, Everwood a toujours su éviter les discours moralisateurs péremptoires. Felicity nous montrait qu’une fille intelligente pouvait se débrouiller dans la vie sans courir de magasin en magasin pour trouver la nouvelle robe à la mode. Une autre époque sans doute, mais comme diraient les vieux, c’était mieux avant.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tao 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte