Magazine Cinéma

"Terminator 3 : le soulèvement des machines"

Par Loulouti

J'ai parfois la dent dure ou la rancune tenace. Près de 6 ans après j'ai encore du mal à me remettre de la déception que fut pour moi "Terminator 3 : le soulèvement des machines" et je ne me suis pas caché de le dire ici ou là.
Je me souviens être sorti de la salle frustré et presque en colère.
Alors que les deux premiers opus formaient un tout il me semble malgré les années qui les séparaient, ce troisième volet apparaissait comme une séquelle bien pauvre.
L'histoire manque de flamme, d'un supplément d'âme comme diraient certains. Le scénario est poussif et au final on se dit "tout ça pour ça". L'interprétation est plus que défaillante.
Alors que notre Arnold adoré incarnait une bête de combat dans le premier long métrage, une machine à tuer insensible et efficace, la prestation du colosse de Graz fait de la peine à voir. Bien sûr qu'on ne peut pas rivaliser avec le temps qui passe et le poids des années, mais on sent l'acteur vieillissant et manquant de souffle.
Seule Kristina Loken tire son épingle du jeu dans le rôle de la plus que charmante T-X.
Mais le défaut principal du film est sa capacité à accumuler des scènes d'action pour combler les vides d'écriture. A un moment on frôle même l'overdose et on a l'impression d'être au beau milieu d'un épisode des "Die Hard".
Heureusement que comme toujours les effets spéciaux restent de premier ordre.
L'un des seuls moments de bravoure du long métrage de Jonathan Mostow est cette course poursuite automobile qui repousse pas mal de limites. Mais je me répète : le spectateur peut friser l'indigestion.
La fin de cette mini saga est proche...

"Terminator 3 : le soulèvement des machines" - kewego
Video de samom78

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Loulouti 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines