Magazine France

Soigne ta gauche sur les blogs

Publié le 01 juin 2009 par Rebus

Dernière ligne droite avant le scrutin de dimanche, scrutin qui passionne toujours aussi peu les foules mais qui agite un poil la blogosphère.

Pas encore de blogwar, mais quelques échanges de "Pif, pouf, paf", par ci par là, faut dire que l'exemple vient des politiques, le prix troll du week end revenant à Olivier Besancenot et à sa sortie anti Front de Gauche, accusant les frontdegocheux dene vouloir que fumer le PS quand lui aurait le monopole, si ce n'est du coeur à gauche,  au moins celui de la lutte contre la droite, qu'il veut exploser.

Exploser la droite, bonne idée, mais s'en prendre aux autres partis de gauche pour un supposé manque de combativité ou de pureté idéologique comme on peut le lire par ci par là, la démarche me semble hasardeuse.

Pendant ce termps là, le Front de gauche (et je l'ai fait aussi) use d'argument finalement semblables vis à vis du PS, amenant ainsi d'autres blogers à s'interroger également sur le risque d'éclatement du PS, et donc d'une éventuelle perte de lisibilité à gauche.

Après quoi, le PS peut s'en prendre à un poil plus à  droite que lui, Génération Écologie et le Modem. En fait, entre les gauches minoritaires, officielles et les plus centristes, on se refile le mistigri, accusant les autres d'être des socio traîtres, des vendus aux PS, au Modem, voir à la droite.

C'est  bon, les gars, balle au centre, tout le monde se calme, et votez selon vos convictions, laissez les divers calculs, les stratégies d'alliances et le jeu habituel aux pontes des partis, l'essentiel est de voter.

Voter pour battre la droite, voter pour avoir une gauche qui pèse, quelle que soit la répartition des sensibilités diverses au sein de ce vote de gauche. les calculs et stratégies, c'est pour plus tard.

Le but, c'est de battre l'UMP. On sait, ou nous dit, qu'elle arrivera en tête de ses élections, admettons, mais il faut tout faire pour que son score soit le plus étroit possible.

Dans mon cas, j'ai choisi de voter Front de Gauche, le PS, qui a eu longtemps mon vote, ne me convient plus à l'heure actuelle, et je souligne cet "à l'heure actuelle" pour ceux qui voudraient me signaler qu'une partie du FDG peut un jour s'allier au PS. oui, je le sais et ça ne me dérange pas si nos idées sont prises en compte. C'est cela qui me sépare par exemple du NPA (entre autres)

Le NPA ne croit pas aux urnes, je ne crois pas à la révolution, pas que je ne la souhaite pas, mais j'ai du mal à croire que le vote sarkozien important malgré tout en 2007, débouche soudain sur des hordes de gauchistes au couteau entre les dents.

D'ailleurs, si l'on observe, les mécontentements contre le pouvoir actuels sont légions, mais cela ne dépasse pas le stade du grognement marmonné, vaguement exprimé par des manifs éparses et bien souvent calmables à coups d'envelloppes destinées à quelques corporatismes.

Il y a un mécontentement, peut être même un rejet mais Sarkozy a fait une campagne tablant sur les égoîsmes individuels, dressant des catégoris les unes contre les autres. Ces clivages sont toujours là. Je peux me tromper mais je ne vois guère de solidarités nouvelles apparaîtrent, rien que des revendications éparses qui, si elles obtenaient satisfaction , se foutraient bien de ce qui arrive aux voisins.

J'aimerais croire à un sursaut, une volonté de foutre tout ça en l'air, mais je n'y crois pas. peutr être que dans quelques mois, s'il s epasse des trucs importants, je me relirai en me disant que niveau Nostradamus, j'aurais du mettre des lunettes mais pour l'instant, non, je crois plus à la révolution par les urnes qu'en dehors.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rebus 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte