Magazine Culture

Les souffrances du jeune Werther, de Goethe

Par Alain Bagnoud

Lotte et WertherLa chose qui m'a le plus étonné en lisant Les souffrances du jeune Werther (1774), c'est le grand intérêt du livre. Je m'attendais au pire. Tout était réuni pour m'effrayer. Un chef-d'œuvre du romantisme. Un roman épistolaire. Le génie de Goethe.
Eh bien non. Les souffrances du jeune Werther est un livre vif, agréable, remarquablement écrit avec beaucoup de sensibilité, qui parle très bien de la nature et des sentiments, et qui n'a rien de pompeux.
D'abord parce que son personnage principal se place hors de toutes les normes et valeurs de son temps. Il se considère comme un artiste et passe son temps à se promener dans la nature et à dessiner. Son travail temporaire chez un ministre l'amène à mépriser les élites, les nobles, leur pédanterie et leur étroitesse, à leur préférer le peuple et les gens simples.
Puis parce qu'il ne respecte finalement que ses propres sentiments et ignore les conventions. Il tombe amoureux d'une jeune fiancée, la convoite en la sachant engagée, vit presque en triangle avec elle et son futur mari, Albert, pour qui il se prend d'une tendre amitié. Il ne respecte même pas le mariage. Plus tard, quand Charlotte est devenue une épouse fidèle, il lui lit des poèmes d'Ossian, saute sur elle, l'enlace, l'embrasse. Enfin, transgression ultime, il se tue avec les pistolets d'Albert.
Le succès phénoménal du livre provoquera d'ailleurs une vague de suicides par contagion, et une mode vestimentaire: costumes jaune et bleu, comme la tenue de bal de Werther, pour les hommes, robes roses et blanches, comme Charlotte, pour les dames...
Lisez donc ce livre. C'est un document historique et sensible sur les idées d'une époque, une belle histoire d'amour, le portrait d'un marginal et une manière de renouveler votre votre garde-robe. Mais ne vous sentez pas forcé de suivre Werther jusqu'au bout...


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par adelina14
posté le 27 janvier à 18:05
Signaler un abus

M.Bagnoud, votre analyse est écrite avec concision, elle restitue le reflet dramatique de toute une société. Le 19° s. tira son modèle romantique de ce drame déchirant entre l'amour-passion impossible à matérialiser, et s'opposant à la fidélité conjugale et à l'amitié. Il ne pouvait y avoir d'issue que le suicide de Werther, laissant une Charlotte éplorée, qui finit par avouer son amour à l'homme qu'elle a toujours aimé et se sentant coupable de son suicide. L'Opéra de Massenet, Werther, est une fidèle interprétation de ce magnifique roman du désespoir amoureux né de l'impossibilité de combler le coeur des amoureux. Roland Barthes dans ses "Fragments d'un Discours Amoureux" a choisi des passage du livre les plus signitificatifs, qui interpellent tous ceux qui sont confrontés aux affres du déchirement amoureux. Il n'est pas étonnant que les jeunes de son époque , femmes et hommes se soient tellement identifiés à ces deux héros qu'ils ont copié les couleurs de leurs habits. Les suicides qui s'en sont suivis, malheureusement, sont dus à une exaltation excessive et incontrôlée.

A propos de l’auteur


Alain Bagnoud 665 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines