Magazine Culture

L'éditeur de Saramago redoute Berlusconi et lâche l'auteur

Par Actualitté
Ne vous demandez pas quel pouvoir Silvio peut exercer sur l'Italie, la réponse est étourdissante : totale. José Saramago, l'auteur portugais connu - au mois - pour son Nobel de littérature s'est fendu de quelques réflexions sur le président italien, le présentant comme « un délinquant ».
L'éditeur de Saramago redoute Berlusconi et lâche l'auteurGrand mal lui en a pris : son éditeur Einaudi, qui appartient à Mondadori, une partie de l'empire de Silvio, s'est alors séparé de l'auteur, pour des propos tenus sur le blog de l'intéressé ; des « accusations qui seraient condamnées dans n'importe quel tribunal » justifie l'éditeur.
La phrase en question : « Dans le pays de la mafia et de la Camora, quelle importance que de prouver dans les faits que le président est un délinquant ? » Violent, anéfé...
Mais sitôt viré, sitôt contrariant : plutôt que de se morfondre, Saramago se félicite de ne plus contribuer à la fortune de Berlusconi. À 86 ans, il se fend d'une attaque dans les règles contre son opposant. « Je trouve étrange qu'un homme qui use des pires méthodes et remporte des millions de suffrages n'ait pas encore suscité un mouvement social de protestation contre le simple fait qu'il ait ruiné le prestige de son pays. Combien de temps devrons-nous encore composer avec lui ? »
José, tu vas retrouver une tête de cheval tranché dans ton lit demain... Le livre El Cuaderno, originellement prévu pour une publication ne sortira donc pas sous les couleurs de l'éditeur : cette compilation des meilleurs passages du blog de l'auteur n'a pour le moment pas d'autre maison pour parution.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines