Magazine Cuisine

ma MADELEINE de PROUST... entre autres...

Par Ladycocotte
Enfant, je me souviens, Tatie Yvette souvent, donnait à mes grands-parents de ces toutes petites "patates nouvelles". Je me rappelle les voir tremper dans un seau d'eau froide au pied de l'escalier dehors afin qu'elles perdent leur fine peau.
Puis je me rappelle mon papi assis sur la première marche de l'escalier, le seau entre les jambes et frottant chacune de ces petites merveilles entre ses gros doigts pour finir d'ôter la fine pellicule protectrice les recouvrant. Moi j'étais à côté sur la marche chaude de la journée qui chauffait les cuisses.Ensuite, pour ce qui est de la préparation et de la dégustation de ces patates nouvelles, cela ne se passe plus du tout chez papi et mamie mais chez maman. Je me rappelle la table de la cuisine, toujours remplie de pleins de trucs à ne presque plus voir le motif de la nappe et ma mère de dos, face à la cuisinière... mais surtout l'odeur de la persillade des patates.On mangeait souvent sur le balcon. Ma mère face à la route.
Pour en revenir au sujet qui nous intéresse, les patates nouvelles à la persillade, elles étaient croustillantes et presque "soufflées" dehors et fondantes dedans. Les plus petites étaient cuites entières et les grosses coupées en deux. L'ail et le persil presque encore crus et le sel juste mis au dernier moment... Qu'il est bon de manger de ces choses si simples et si savoureuses...ma MADELEINE de PROUST... entre autres...ma MADELEINE de PROUST... entre autres...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ladycocotte 1340 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines