Magazine Culture

"Tout est dans la tête" d'Alastair Campbell

Par Albrizzi
Reconversion ou violon d’Ingres ? Avant d'être écrivain, Alastair Campbell a été de 1997 à 2003, directeur de la stratégie et de la communication de Tony Blair, alors Premier Ministre. Auparavant, il avait été journaliste au Daily Mirror
Quand un homme des médias qui a servi l’un des hommes politiques les plus en vue et les plus marquants de ces vingt dernières années, se met à écrire de la fiction, on est tenté d’être sceptique. En France, les exemples existent, avec plus ou moins de succès, Dominique de Villepin, François Léotard et Jean-Louis Debré.
Après lecture, voici pourtant un premier roman, qui vaut le détour ! L'ancien spin doctor connaît les ficelles qui font vendre. Une intrigue principale qui monte crescendo, autour d’un homme pilier à la personnalité complexe, des histoires secondaires, distillées au fil de chapitres courts, et des personnages à qui le lecteur peut s’attacher immédiatement. Le roman s’étale sur une semaine. Mathieu Sturrock est psychiatre, l’un des plus réputés de Londres. Dans son cabinet défilent plusieurs traumatisés de la vie. Il y a David, le dépressif bipolaire, Emily, la grande brûlée défigurée, Ralph Hall, secrétaire d’Etat à la santé qui noie sa détresse dans l’alcool, Arta, la réfugiée kosovar qui s’est faite violée et Hafsatu, une ex-prostituée.
Le rythme est rapide, les phrases et les scènes s’enchaînent comme dans une série télévisée. Malgré tout, Alastair Campbell réussit à prendre le temps de pénétrer dans le cerveau de chaque patient. Qu’est-ce que la dépression ? Quelles sont les marques de l’alcoolisme ? La colère d’une femme violée ressemble-t-elle à celle d’une épouse délaissée et trompée ?
Sous ses faux airs de roman facile, ce livre dit plus qu’il n’en a l’air. A notre époque où allez chez le psy est devenu aussi normal que d’aller chez le coiffeur, l’auteur s’interroge sur la profession de psychiatre, mal protégée, souvent dénigrée et incomprise. Derrière le médecin, l’homme est-il exempt de faiblesses, de noirceur et de vices ? Certainement pas. Alastair Campbell, souvent taxé de Raspoutine, et très attaqué pour son influence pendant les années Blair, en sait quelque chose. Est-ce pour cela que l’on y croit ?
A vous de le dire.

Envie de lire Alaistair Campbell "Tout est dans la tête"
envoyé par femmes. - Films courts et animations.
Tout est dans la tête d'Alastair Campbell, traduit de l'anglais par Esther Ménévis, Albin Michel, 362 p., 19,50 euros.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Albrizzi 56 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines