Magazine Cinéma

HOME - Yann Arthus-Bertrand

Par Jay

This image has no alt text

Le film est sorti aujourd’hui, journée mondiale de l’environnement et je vous le propose en VF. Il dure 1h33 tiens.
Pour ce qui est de la critique bhen vu que je ne l’ai pas encore vu je me permets de citer Claude Ansermoz du quotidien romand 24Heures mais juste avant je sens que y a pas mal d’écoliers/étudiants qui vons se le taper aux cours :)

Si la vidéo ne démarre pas (visiblement y a des restrictions géographiques) cliquez dessus pour la visionner directement via Youtube!

Il faudra être très fort pour échapper à Home. La terre «en danger» filmée du ciel par Yann Arthus-Bertrand envahira simultanément tous les écrans du monde (117 pays) vendredi prochain pour la Journée mondiale de l’environnement. A tarif réduit dans les cinémas (fr. 8.-), gratuitement et en haute définition à la télévision (France 2 et TSR) et en libre téléchargement sur Internet. Sans compter les dvd (fr. 8.90) et les livres. But avoué de l’opération: toucher plusieurs centaines de millions de spectateurs.

Rarement l’alerte verte ne s’était donné autant de moyens. Financé à hauteur de 15 millions de francs par l’industriel du luxe François-Henri Pinault, Home à nécessité 500 heures de tournage dans 54 pays. Les rushs ont été ramenés à 120 minutes de documentaire avec la voix off de Jacques Gamblin, Glenn Close et Salma Hayek.

Des produits dérivés signés Gucci
Luc Besson s’est chargé de la distribution et Al Gore du consulting scientifique. Le marketing des produits dérivés en série limitée est signé Sergio Rossi, Yves Saint Laurent, Gucci, Boucheron ou Bottega Veneta. Bref, l’écologie n’a jamais été aussi glamour.

Un esthétisme luxueux qui touche aussi la forme de Home. Vue d’en haut, même la pollution est belle. Cela peut brouiller le message. Tout comme le parcours de Yann Arthus-Bertrand, ancien photographe officiel du Paris-Dakar. Et qui n’hésite parfois pas à proposer ses services, via son son agence Altitude Anyway, a de grandes sociétés forcément polluantes.

Comme par exemple des photos illustrant le rapport d’activité 2005 de Total. L’homme, qui gère très bien ses paradoxes (lire son interview), a fait aussi de l’écologie aérienne son fonds de commerce. Le livre La Terre vue du ciel s’est vendu à plus de trois millions d’exemplaires. L’expo éponyme tourne toujours: Montpellier vient de payer 54 000 euros pour l’offrir gratuitement à ses contribuables cet été.

Home a coûté 1500 tonnes de CO2
Mais les détracteurs de YAB ne s’arrêtent pas là. A l’image de Vincent Cheynet, rédacteur en chef du mensuel Décroissance. Il a surnommé YAB «L’hélicologiste.». Rapport à sa propension à recourir systématiquement aux rotors pour ses projets Pour Home, cela représente 1532,55 tonnes d’émissions de Co2. Que Yann Arthus -Bertrand «compense» via un chèque de 22 988 euros fait à sa propre fondation Action Carbone. Qui investit cet argent dans un projet de réservoirs à biogaz en Inde.

Bref, pour Vincent Cheynet, ce n’est que «du Co2lionalisme» visant à se dédouaner d’émissions dont il est aujourd’hui à l’origine en payant pour une action de réduction des émissions de demain: «Si tout le monde vivait comme lui, il nous faudrait mille planètes.» Kathrin Dellantonio, directrice de la communication de Myclimate, fondation spécialiste dans les réductions de Co2, ajoute: «On ne peut en tout cas pas dire que ce film est neutre du point de vue des émissions carbone. Calculer celles liés aux vols ne suffit pas. Il faudrait également tenir compte de l’électricité, du chauffage, des hôtels, des émissions individuelles de chaque collaborateur du film.»

Politiciens séduits
Reste que les politiciens verdoyants de Suisse romandes pensent que YAB sert la cause. «Je n’ai pas besoin d’approuver moralement les activités d’un artiste pour trouver son œuvre intéressante» plaide par exemple Antonio Hodgers (Verts/GE). «S’il arrive à se rendre crédible avec ce nouveau discours aux yeux du public, alors, il fait avancer les choses» renchérit Roger Nordmann (PS/VD).

Il est arrivé à l’écologiste libérale Isabelle Chevalley «de pleurer en regardant les documentaires de Yann Arthus-Bertrand. Et si Total voulait aujourd’hui me donner un million pour mon combat, j’accepterai sans problème. Il y a trop le feu au lac et peu importe la méthode.» Et, dont le cri «maison» a inspiré le titre du film, a le doigt qui rougit à nouveau.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jay 469 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte