Magazine Culture

A bord du Darjeeling Limited

Publié le 10 juin 2009 par Vance @Great_Wenceslas

Titre original : the Darjeeling Limited

 

A bord du Darjeeling Limited

Un film de Wes Anderson (2007), écrit par Wes Anderson, Roman Coppola & Jason Schwartzmann, avec Adrian Brody, Owen Wilson, Jason Schwartzmann, Barbet Schroeder, Bill Murray, Anjelica Huston & Natalie Portman

Résumé IMDb : Trois frères qui ne se sont pas parlé l’un l'autre au cours de la dernière année voyagent à travers l'Inde, espérant se retrouver eux-mêmes, redevenir ce qu’ils étaient les uns pour les autres. Leur "quête spirituelle", cependant, dérape rapidement (en raison d'événements impliquant des traitements contre la douleur, un sirop indien contre la toux et un spray au poivre), et ils se retrouvent bloqués seuls au milieu du désert avec onze valises Louis Vuitton. Dès lors, un nouveau voyage imprévu commence...

Mon coup de cœur de l'année passée (avec le film de Gondry, Be kind, rewind, autre monument de tendresse et d’humour). Incroyable comme un film avec un tempo si lent peut donner l'impression de n'avoir aucun temps mort ! On n'éclate pas de rire, même dans une salle conquise dès les premières secondes, mais on sourit souvent, on est parfois ému et on s'enthousiasme devant les situations incongrues, les personnages complètement barrés et les décors inouïs (comment oublier ces images quasi-transcendantales où les bleu turquoise et ocres fabuleux des intérieurs indiens habillent l’écran de teintes éthérées ?). Comme le précisait l’intense buzz qui avait précédé la sortie, Natalie Portman n'apparaît en effet que dans un court métrage préalable, très réussi quoique un peu obscur, puis dans une séquence clin d'oeil, mais quelle présence ! Elle a un magnétisme redoutable, unique – dont on a pu goûter sur Closer. Owen Wilson est franchement égal à lui-même, avec cette émotion affleurant sous les répliques et les situations ouvertement comiques, mais j'ai une tendresse pour cet Adrian Brody là, avec sa voix traînante et ses manies de tout dérober sans vergogne. Des personnages « presque » réalistes et pourtant complètement évanescents, mais d’une manière qui permet de les rendre paradoxalement riches. On sait très peu d’eux, leur histoire ne se dévoile que par d’infimes détails impressionnistes et les lacunes dans leur passé et leur caractère ne permettent pas de tout expliquer, cependant ils sont bien plus parlants et définis que les héros stylisés et grotesquement dépeints des comédies actuelles.

Et puis, il y a cette poésie, à nulle autre pareille, une sorte de féerie attachée au pays, liée à cette ambiance entre mysticisme et épopée intérieure. Certaines séquences, comme les funérailles dans le petit village, sont magiques. D’autres, comme la séquence de la rivière, semblent irréelles, issues d’un autre film, d’un autre temps. Et puis les scènes tournées à bord de ces trains (qui n’existent pas tels quels en Inde), principalement dans le désert du Rajasthan, nous renvoient à un imaginaire émouvant issu tant des westerns classiques que des enquêtes d’Agatha Christie ou de l’univers de Jules Verne.

La façon dont ces bras cassés se retrouvent tout en se méfiant d'eux-mêmes alors qu'ils sont frères, leur rapport au père décédé et à la mère disparue qui transparaît par touches subtiles et dialogues percutants, tout cela fait de ce spectacle un grand moment de cinéma, d’une classe folle.


J'ai adoré.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vance 6006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine