Magazine Musique

REMI GAILLARD ::: Ce soir ou jamais?

Publié le 20 juin 2009 par Gonzai

Des années que je cotoie Rémi Gaillard pour l'avoir soutenu dans ses années difficiles, celles où l'on reconnaît les vrais quaterbacks, les vrais pitbulls, ceux qui une fois qu'ils ont mordu ne lâchent plus jamais les cojones de leur proie. Il est de cette race là Gaillard. Faut dire qu'il porte bien son nom.

Une soirée n'est pas coutume, je tombe sur quelques minutes qui lui sont consacrées dans la très intéressante vitrine culturelle du service public (la seule?),  Ce soir ou jamais, lundi soir, un 15 juin, pas très tard, les réacs sont couchés. Le thème : Où est l'audace aujourd'hui Qu'est ce qui est noble ou qu'est ce qui est vil?

Je booste une dépêche au rédac'chef, qui me donne le feu vert,  je fonce pour vouloir lui offrir le feu consacré de l'audace.

REMI GAILLARD ::: Ce soir ou jamais?
L'émission démarre. Quelques minutes de sketches et de traditionnelles impostures sont consacrées à la désormais martiale devise « C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui ». Le naturel revient au galop, le rire retenu vient des tripes, remonte à la gorge et explose à la tronche sur le plateau, cachez -vous manants... ou Christine Albanel va vous couper les... robinets.

Je n'ai personnellement jamais été fan de Buster Keaton ni de Chaplin, par contre pour Rémi j'avoue ma faiblesse, c'est mon prozac en intraveineuse. N'est pas « n'importe qui » qui veut, il est unique, détestablement bon, ou délicieusement insupportable ; merci Frédéric pour cette tribune courte, châpeau-haut.

Suivent les réactions des invités, Blanca Li pouffe de rire puis ça flagelle:

Orlan : « ça me paraît très bas de gamme ».

Faire des frenchs kiss à la FIAC c'est haut de gamme?

Pierrick Sorin : « c'est pas loin de la performance artistique... quelque part ça pourrait friser avec ça »

Etre gavé de subventions ad vitam eternam c'est audacieux? En même temps une subv c'est discrétionnaire (tapez-vous le Robert vous aurez une définition noble de discrétionnaire), Rémi lui n'a jamais eu de subvs pour ses clowneries. C'est noble le perfusage à vie?

Mocky : « C'est pas terrible ».

Faire des films pour quelques dizaines de spectateurs, c'est audacieux et terrible?

Mocky encore : « c'est un clown, c'est potache »

Être clown, ce n'est pas être artiste? Faire rire n'est-ce pas un art?

Inversement qu'est ce qui est potache, sous culture, culture obèse, ou art pipi-caca? Comme la fissure du riff d'Hawaï, d'un côté la grande culture ferait preuve d'audace, de l'autre la sous-culture du néant. Le grand canyon de la mesure du Q.I. artistique vient de se profiler. Les loups autodidactes rejetés par la tribu des dominants, pourriront et se consoleront avec les miettes du gâteau et recevront la légion du gueux.

Extraits de l'émission : « Pas de préméditation pour l'audace? Sans danger pas d'audace? Il n'y a pas que l'histoire de l'art qui pose des questions, il y a la vie quotidienne », vous êtes en plein dans le gaillard world messires, quoi de plus risqué et audacieux que toute son œuvre, ne serait-ce que son propre courage de se mettre en scène dans toutes ses impostures et n'avoir pas eu peur de sa propre dérision, son surmoi aurait pu le circonscrire, le gaillard.

Ce lascar a serré la main d'un chef d'état à son insu, a verbalisé des policiers, a chanté les hymnes cocoricos avec les équipes nationales, pulvérisé la mêlée et marqué son essai en direct sur C+, fait la fête à inter-fêtes (le sommet de l'audace), bravé les chasseurs  déguisé en lapin et exposé son corps d'athlète nu comme un vers devant 5000 personnes... Sommes-nous si loin de l'audace vénérée?

330 millions de vues sur ses videos l'ont consacré en juin, d'autres sont peut-être des sacrés cons. J'ai eu envie de recueillir ses sentiments à chaud, avec audace sans noblesse mais avec vérité et authenticité, avec je ne sais pas quoi comme casquette, n'importe et peu importe laquelle, vous connaissez sa devise...CQFD.

REMI GAILLARD ::: Ce soir ou jamais?

Tu es un enfant du web avant d'en être un de la TV, quel regard portes-tu aujourd'hui sur ce média tantôt connoté tout puissant tantôt diabolique qu'est la TV?

Au contraire, j'étais un enfant de la télé bien avant d'accéder au web. D'ailleurs, la télé d'avant c'était autre chose que la soupe qu'on nous sert aujourd'hui. Internet en revanche, c'est LA liberté et ça n'a pas de prix, n'importe qui peut s'exprimer comme il le souhaite. De nos jours à la télé y a plus d'âme, c'est formaté, c'est souvent truqué aussi. Et pour tout te dire, je n'ai plus la télé.

Dans "Ce soir ou jamais" on est loin de Julien Courbet ou de Marc Olivier Fogiel en terme de contenu et de public, même si on sait que tu passes sur toutes les Tvs maintenant, cela représente-il quelque chose de fort pour toi ce passage par Frédéric Taddei ou tu t'es dit simplement "tiens la culture a enfin compris ma démarche artistique et se laisse aller à rire et se poiler"?

J'ai vu l'extrait sur Internet et je ne mesure pas l'importance ou non de mon passage dans cette émission. En fait, je ne me pose pas ce genre de question, je m'en fous. Je remarque juste que c'est une émission présentée en direct et j'aime ça car cela laisse une part d'imprévu. Cela dit, c'est sûr que Taddei c'est autre chose que Cauet.

Quel est ton regard sur la soit disant culture de "l'élite" et de "l'excellence"?

Ceux qui se touchent entre eux parce qu'ils ont lu des bibliothèques, ça ne m'intéresse pas. Ma culture c'est Midi-Libre et l'Equipe.

Quel a été ton ressenti lors de ce passage ? Un grand plat émotionnel comme un plongeon du 10m complètement vrillé ou un gros kif affectif sur un plan personnel ?

Sincèrement, je n'ai rien ressenti de particulier. Je suis passé dans une émission sympa donc c'est sympa. Les vraies émotions c'est pas à la télé, c'est dans la vraie vie.

Quelle fut ta réaction suite aux commentaires des invités (plutôt négatifs pour Orlan et Pierrick Sorin et plutôt positifs pour Blanca Li et Denis Lavant) ?

Orlan et Pierrick Sorin c'est qui ? C'est l'élite ?

C'est quoi pour toi l'audace ?

L'audace c'est oser. Allez, j'ose dire que j'emmerde l'élite !

Ta plus grande frasque audacieuse ?

Piéger Jacques Chirac peut-être. Cela dit, je préfère l'avoir salué lui plutôt que Sarkozy, voilà ce que je peux dire.

Quelle est la personne que tu as toujours rêvé de piéger dans tes rêves les plus audacieux et les plus borderlines ?

Mon ex...

C'est quoi pour toi être artiste ?

Etre artiste c'est être fidèle à sa propre nature.

Tu te situes plutôt dans la provoc ? Plutôt dans l'audace ? Ni l'un ni l'autre ? Si non où alors? N'importe où ? (c'est un peu trop facile ça...désolé)

Je ne me situe pas dans l'élite, c'est déjà ça.

Tes références comme tu l'as souvent dit se situent vers Buster Keaton, Charlie Chaplin ou encore Lafesse pour le côté proche des gens, indépendant, "artisanal" ; d'autres artistes actuels ou cultes intemporels t'ont-il marqué ou influencé dans ta démarche d'imposteur professionnel ?

Même si j'aime bien Lafesse ce n'est pas une référence, c'est les média qui m'ont prêté ça. Après j'aime beaucoup Coluche, Jim Morisson, Cantona.

Demain ARTE te recrutes, tu files chez ton psy ou tu vas voir un bon concert au Rocktore (salle de rock de Montpellier, NDR)? Et si c'est Georges Frêche qui te prend comme ambassadeur du Languedoc Roussillon ?

Rien ne peux remplacer le RockStore, en plus y a un flipper. Et pour Georges Frêche, je veux bien prendre la région avec lui l'année prochaine.

Ton but final c'est faire rire ? Choquer ? Transgresser ? Tout ça ? Autre chose ?

Mon but final c'est de devenir n'importe qui.

Tu n'es plus fâché avec les impérators de la Télé ou ta gorge est toujours chaude avec certains ?

Je ne suis pas fâché, je suis indifférent. Aujourd'hui, si on me pose pas la question j'en parle pas. Ces types c'est pas mes potes, je les connais pas, je sais juste qu'ils m'ont pris pour un con.

As-tu envoyé ta dernière vidéo footballistique à René Girard pour jouer au Montpellier Hérault Sporting Club en L1 l'an prochain?

J'aimerais juste dire à René Girard que je suis gratuit. Mais peut-être qu'un jour j'aurai l'audace de descendre sur la pelouse pour marquer un but.

Connais-tu la devise de Gonzaï (sans regarder, sans imposture) ?

Désolé, je ne sais pas.

www.nimportequi.com



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gonzai 398 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine