Magazine Culture

15 Madeleines de Proust

Publié le 21 juin 2009 par Eddie

madeleines 15 Madeleines de Proust

(crédit photo : pbivona/flickr)

“L’écrivain Marcel Proust fait intervenir la madeleine dans une scène (intérieure) célèbre de son œuvre À la recherche du temps perdu, dans le premier volume du roman Du côté de chez Swann. Le gâteau, trempé dans une tasse de thé, devient brusquement déclencheur non du simple souvenir, mais du fait de revivre quelques instants une scène de son enfance.” (Wikipédia)

Mon enfance n’étant pas très éloignée et ayant été bercée par la musique, j’ai d’assez vifs souvenirs associés à la musique. Assez vifs je pense pour que je puisse parler de certaines chansons comme des “madeleines de Proust”. Allons-y, petit tour dans l’enfance enchantée d’Eddie (aucune ironie, j’ai vraiment eu une super enfance :-p).

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

J’écoutais ça en boucle sur le tourne-disques de mes parents. Encore aujourd’hui ça me fout des frissons incroyables. Je crois que c’est la première chanson qui m’ait mis de vraies images dans la tête. Je sais pas trop comment expliquer ça, mais je me souviens parfaitement m’imaginer tout ce que raconte Le Forestier dans ma petite tête de l’époque, sans rien y comprendre.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

J’étais obsédée par cette chanson. Elle est sortie en 1995, j’avais 6 ans à l’époque, je sais si c’est à cet âge-là que je l’ai découverte. J’aime pas une excellente mémoire en fait pour ce genre de choses. Toujours est-il que je me rappelle très bien assise devant mon vieux lecteur CD (que j’ai toujours) à secouer la tête de haut en bas, complètement obsédée par le rythme, les choeurs, tout.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Mon père a tous les vinyles de Sade, donc forcément… Un peu comme le “San Francisco” d’au-dessus. C’est difficile de se rappeler ce qui vous a impressionné à l’écoute d’une chanson. Avec Sade, forcément, ça a dû être cette voix, mais surtout le petit solo de sax au milieu de la chanson.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Mon frère avait l’album, The Fat of the Land, c’était en 1996 ou 1997. J’ai dû lui piquer et je me suis prise une méga-claque dans la tronche. J’y comprenais rien, mais qu’est-ce que c’était bon. J’pense que c’est un des premiers trucs électro que j’ai dû écouté. Le rythme était beaucoup plus rapide que tout ce que je devais écouter à l’époque et ça m’a ouvert tout un champ nouveau d’explorations sonores, si j’peux dire (ça fait assez sérieux, dit comme ça, lol).

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Ce n’était pas cette version-ci à l’époque, mais celle de l’album. Mais je trouve celle-là encore plus jolie que l’originale. Même époque, même contexte, même explication que “San Francisco”. Cette fois c’est la voix de Neil Young qui a dû me frapper. Je crois aussi qu’elle m’a “préparé” à Bob Dylan, qui devait arriver un peu plus tard.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Un best-of coincé au fond d’une étagère, j’me souviens avoir failli me retrouver manchote parce qu’il était coincé, lol ! C’était à l’époque où j’écoutais que de la musique “noire”. J’ai pas de madeleine de Proust bluesy, mais j’écoutais beaucoup beaucoup de blues. Aretha Franklin est arrivée et m’a… pffou ! éclairée ? Ouais, elle m’a éclairé, j’crois que l’expression est juste.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Entendu très tard un soir à la radio, sur RTL2 je crois. J’écoutais la radio sur le lecteur CD que j’ai cité plus haut, et il y avait toujours une cassette à l’intérieur, pour enregistrer tout ce que j’aimé. Et j’me souviens avoir complètement oublié d’appuyer sur le bouton “Record” et ça m’avait super énervé. Heureusement mon père avait le CD (pas le vinyle pour le coup) de Black and Blue.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Premier disque acheté ! Un best-of de Jimmy Cliff sorti en 1996. J’me souviens très bien être allée le chercher à la Fnac avec mes parents. Je me passais ce disque en boucle dans mon lit ! C’est aussi une des premières fois où je me suis intéressée à ce que ce type racontait. Ce fut long et douloureux, parce que c’était en anglais d’abord, et puis parce que comprendre “The Harder They Come” quand t’as 8 ou 9 ans, c’est un peu compliqué. Avec le blues par exemple, je comprenais ce qu’ils voulaient faire passer, pas besoin de comprendre grand-chose aux paroles. Avec le rock, je m’en foutais royalement de ce qu’ils racontaient. Mais le reggae, la Jamaïque, tout ça, ça m’a intéressé. J’devais sentir qu’il y avait quelque chose de plus que de la musique derrière tout ça.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Alors ça c’est 1998 et la compilation “Hits 98″, que vous avez peut-être, lol ! Il y a même “Belle” de la comédie musicale Notre-Dame de Paris. J’vous rassure, j’étais, déjà à l’époque, la première pour dire que c’était absolument affreux. Bon alors, pourquoi “Save Tonight” d’Eagle-Eye Cherry. Franchement là comme ça, je sais pas trop. J’crois que c’est parce que ça vient après Pascal Obispo et Mariah Carey dans la tracklist, ça a dû me faire un choc. Bon, j’aimerais bien vous dire que j’avais piqué ce disque à ma soeur, mais non je l’avais bien acheté. J’crois que c’était pour Manau. Enfin bref, passons. Bizarrement, j’ai aucun souvenir de l’année 1999. Par contre l’année 1998, je la connais par coeur, peut-être grâce à cette compil’ à la con.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Ah, Jamiroquai. J’ai toujours un poster de lui accroché sur un des murs de ma chambre. C’était mon vecteur vers le funk, la dance aussi, pendant un court moment. C’était aussi à l’époque où j’écoutais en boucle Michael Jackson, qui est plus bas. J’aurais pu prendre n’importe quelle chanson de l’album Travelling Without Moving que j’écoutais à fond avec des amis, ce qui a dû faire enrager mes voisins.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Le plus vif souvenir de Michael Jackson, c’est le jour du réveillon de Noël ou du Nouvel An (ou les deux), on regardait une VHS, History, je crois. Toute ma famille était fan, alors c’était plutôt sympa, autour de l’absence de sapin (oui, pas de sapin, de crèche chez nous ; la religion n’est jamais entrée à la maison) et du champagne (là par contre…).

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Là on fait un petit bon dans le temps avec “One More Time” de Daft Punk. C’était en 2000, je devais être en 6ème (j’ai sauté une classe)… Il n’y a rien de très précis, juste le collège où j’étais, où j’ai passé vraiment du bon temps. Ouais, c’est la chanson du collège, en gros. En fait à partir de la 5ème/4ème, j’ai commencé à écouter vraiment beaucoup, beaucoup de choses. Mais genre… l’explosion, ‘voyez. Donc c’était une époque assez géniale j’dois dire. Surtout que j’cartonnais méchamment en cours (j’ai quand même eu 19 de moyenne générale en 5ème, la classe, non ?).

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Et oui, R. Kelly. Bah oui. Là c’est tout con, j’écoutais ça en revenant du collège à pied, et j’adorais ça. La chanson fait partie de la BO du film Ali de Will Smith, que je n’avais même pas vu à l’époque. Je l’avais entendu sur Skyrock, que j’écoutais vraiment beaucoup au collège. Elle est aussi associée à la mort du joueur de foot camerounais Marc-Vivien Foé qui s’était effondré sur le terrain de foot lors de je-ne-sais-plus quel match avec le Cameroun. C’était une image assez effroyable, et ça m’a pas mal travaillé. Encore aujourd’hui j’ose même pas aller sur YouTube revoir la vidéo.

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Bon, oui, j’ai quand même écouté pas mal de trucs honteux quand j’étais gosse. Cette chanson là était passée à la plage, lors d’une compétition de kite-surf. Je n’en fais pas, j’étais juste là, et cette chanson m’a frappée. Donc dès que je l’écoute, c’est comme si cette compét’ de kite-surf (j’me demande d’ailleurs maintenant ce que je foutais là-bas, enfin bref) avait eu lieu hier. Je déplore évidemment la qualité médiocre de la chanson, mais je ne pouvais pas ne pas la mettre ici, c’est une des plus grosses madeleines de Proust de ma vie tout de même. Je crois que j’avais acheté un single de Floorfilla le même jour, lol !

[Pour écouter sans télécharger, allez visiter l'article]

Et alors là, c’est la méga-madeleine. Il y a beaucoup trop de choses associées à cette chanson de manière tellement… forte, que j’pourrais pas vraiment vous en parler. Je fais presque exprès de me la passer en boucle dès qu’un truc m’arrive, donc il y a pas mal de souvenirs vifs qui gravitent autour de ce chef-d’oeuvre absolu.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eddie 216 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines