Magazine Beaux Arts

L'UNESCO s'expose à Chenonceau

Publié le 22 juin 2009 par Savatier

Depuis longtemps déjà, le château de Chenonceau accueille, dans son cadre historique et prestigieux, une exposition estivale d’art contemporain. Si, par le passé, cet événement était entièrement dédié à un seul artiste (Pierre-Yves Trémois, Zao Wou Ki ou, comme l’an dernier, Olivier Debré), le conservateur, Laure Menier, a aujourd’hui choisi d’accueillir, jusqu’au 14 septembre, 33 œuvres appartenant à l’UNESCO et provenant du monde entier.

Le grand public connaît peu cette collection cinquantenaire, constituée par voie d’acquisitions et de dons, qui regroupe dans les locaux parisiens de l’organisation, plus de 500 œuvres de créateurs des cinq continents. Parmi ceux-ci, figurent Picasso, Miro, Arp, Calder, Giacometti ou encore Mondrian. L’exposition de Chenonceau permet d’en mesurer en partie la richesse et la diversité.

Le pari est audacieux ; en effet, si réunir les toiles d’un peintre rend compte de son parcours et de l’homogénéité qui s’en dégage, rassembler dans la grande galerie du château (laquelle bénéficie d’un bel éclairage naturel) une trentaine d’œuvres de factures et de provenances très diverses laisse courir le risque de l’hétérogénéité, voire de faire émerger de véritables divergences. Fruits de cultures riches, mais souvent éloignées, chaque objet doit pouvoir s’exprimer en harmonie avec ses voisins et seul un accrochage judicieux permet d’éviter les dissonances. De ce point de vue, le pari semble plutôt gagné. Laure Menier et Tania Fernandez de Toledo, commissaire de l’exposition et responsable des œuvres d’art à l’UNESCO, ont en effet souhaité privilégier les tapisseries, dont la présence s’inscrit en continuité de celles qui ponctuent la décoration du château depuis plusieurs siècles.

On notera La Tour du soleil, de Lurçat, le maître du genre au XXe siècle, suivie des Signes de Cadmus, de l’artiste libanais Aref El Rayess (où figure, conformément à la légende phénicienne, la monture de Poséidon, mi-cheval, mi-poisson) et d’une autre tapisserie de Modou Niang (Sénégal), dans la tradition d’Aubusson. A voir encore une grande œuvre de Le Corbusier, monumentale et des plus intéressantes, ainsi qu’une, abstraite, de Magdalena Abakanowicz (Pologne) qui joue subtilement des assemblages de matériaux et de textures (laine, fibres végétales, tissus, crin de cheval…), un tapis de prière afghan et une tapisserie d’Azerbaïdjan.

La peinture présente un ensemble beaucoup plus hétéroclite, avec, notamment, trois toiles abstraites de Miloud Labied (Maroc), Ary Brizzi (Argentine) et surtout Terra vertical de Josep Guinovart, maître de l’école catalane. Un bel Hommage à Van Gogh d’Erro (Islande), par ses couleurs vives et acidulées, contraste davantage encore avec l’ensemble que la sérigraphie de Vasarely (Composition) à laquelle je préfère d’ailleurs nettement Pour commencer la cérémonie, de Luis Alberto Hernandez (Venezuela) où se mêlent le mystique et le profane, à la lisière du chamanisme.

L’espace central, occupé par des sculptures et des maquettes (celle de la Grande bibliothèque d’Alexandrie et celle, plus austère, du temple de Borobudur), inclut notamment une belle sculpture d’Abelardo Espejo Tramblin, Liberté, d’une puissance symbolique forte puisqu’elle fut réalisée par cet artiste espagnol à l’occasion de la rencontre entre Yasser Arafat et Shimon Pérès à Grenade, en 1993. Un haut relief de l’époque hellénistique romaine représentant un Héros thrace aurait probablement gagné à figurer sur un socle dans cet espace, plutôt qu’accroché un peu trop en hauteur au fond de la galerie, place qui le rend difficile à apprécier, vu sa petite taille. Il aurait pu se substituer avec bonheur à la Procession royale, simple objet artisanal du Bénin, composé de figurines de bronze telles qu’on en vend aux touristes sur les marchés de Cotonou et qui ne supporte guère la comparaison avec les autres œuvres exposées  — particulièrement avec Ayingono, un beau bronze aux formes pures de Mbomio Nsue (Guinée Equatoriale). De même, j’ai peu aimé une toile d’Ouzbékistan, Le mausolée Gour-Emir, Samarkand. Le nom de cette ville mythique, qui fait depuis longtemps rêver, autour de Michel Strogoff et de Borodine, méritait à l’évidence mieux que cette peinture figurative au ciel figé de carte postale.

En revanche, une grande huile sur papier, originaire de Mongolie, justifierait à elle seule une visite. Malheureusement anonyme et non datée (mais ressemblant beaucoup à l’école mongole du XVIIe siècle), cette œuvre exceptionnelle représente de multiples scènes de la vie quotidienne des nomades. La distribution de ces scènes, dans l’espace du tableau, n’est pas sans rappeler les contours du pays, de même que les vastes plaines, déserts et montagnes qui le composent. Ici, la vie s’organise, autour d’une yourte, plus loin, un animal met bas, ailleurs, ce sont des parties de chasse, des caravanes au repos à l’heure du repas, des charrettes saisies en plein mouvement, des troupeaux et, ailleurs encore, deux êtres qui s’accouplent à l’abri relatif d’une tente tandis qu’un homme qui plante un piquet semble les observer. Chaque partie de cet ensemble est peint avec la minutie et la finesse d’une miniature ; l’artiste, en réservant la luminosité la plus intense au milieu du tableau, crée un mouvement centrifuge tout à fait étonnant, qui participe à la dynamique de son sujet.

Laure Menier souhaitait, avec cette exposition, rendre hommage à la communication entre les cultures et à leur préservation dans l’authenticité. C’est pourquoi elle l’a dédiée à Claude Lévi-Strauss pour son centenaire. Les visiteurs qui se rendront à Chenonceau partageront sans doute le même sentiment, auquel s’ajoutera le plaisir d’un réel dépaysement.

Illustrations : Le Corbusier, Sans titre, 350 x 680 cm, tapisserie en laine, manufacture d’Aubusson - Josep Guinovart, Terra vertical, 242 x 124 cm, technique mixte - Artiste inconnu, Mongolie, Sans titre, 136 x 188 cm, huilke sur papier. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Savatier 2446 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte