Magazine Culture

In Believe Digital & Zimbalam we trust !

Publié le 24 juin 2009 par Etienne Martin

In Believe Digital & Zimbalam we trust !

A l'heure actuelle nombre d'artistes ont du talent, mais face à un marché du disque morose il leur est parfois difficile voir impossible de distibuer et de faire découvrir leur musique... C'est pouquoi, Streetkiss Music à décidé de soutenir Believe Digital, Zimbalam et bien sur les artistes en devenir.
Believe Digital, est le premier Label Digital européen. Sa philosophie et ses innovations technologiques définissent les nouveaux modes de consommation de la musique, en phase avec les attentes des artistes et des nouveaux réseaux de distribution numérique. Alternative attractive et à forte valeur ajoutée, Believe Digital dispose d’équipes, de technologies et d’une expertise du marketing et de la promotion au service des artistes et d’accords de distribution avec les principaux services de téléchargement en Europe et en Amérique du Nord.
Face aux difficultés rencontrées par les artistes Believe Digital a décidé de réagir, et de mettre en place Zimbalam, plateforme numérique donnant l’opportunité aux artistes de pouvoir distribuer leur musique sur Internet, et par conséquent de toucher un large public allant de la France au monde entier !
In Believe Digital & Zimbalam we trust !

Alors concrêtement, Zimbalam c'est quoi ?
De manière générale, 99% des artistes qui frappent aux portes des maisons de disques sont rejetés et leurs créations n’atteignent jamais les rayons des magasins, disparues avant d’avoir une chance d’exister… Zimbalam change la donne, permettant à 100 % des artistes d'exister en leur ouvrant grand les portes des magasins numériques ! Ainsi, tout artiste qui a enregistré un album, un E.P. ou un titre, se verra distribuer sa musique dans les rayons des services de téléchargement légal et les opérateurs mobiles à travers le monde : iTunes, SFR, VirginMega, Fnac.com, Orange…
Exit les contraintes pesantes et les artistes pieds et poings liés à leur maison de disque pendant des années ! Aucune obligation de produire 3, 4 ou 5 albums, puisque les artistes qui utilisent Zimbalam restent indépendants, libres et propriétaires de leur musique: aucun engagement de durée et aucune exclusivité ! Parce qu'il s'agit d'un service conçu d’abord pour les artistes, ils peuvent décider d’arrêter à tout moment.
Le rêve de chaque artiste, c'est aussi de pouvoir vivre de ses créations et de sa musique, c'est pourquoi, Zimbalam s'engage sur la redistribution des royalties. En effet, chaque artiste paye uniquement la mise en ligne (19,99 € pour 1 single ou 29,99 € pour 1 album) et perçoit 90% des revenus générés par les ventes de sa musique. Aucun abattement, aucune déduction cachée. Zimbalam met à leur disposition en ligne un reporting complet, détaillé et totalement transparent de ses ventes accessible en permanence.
Grâce à une interface simple et sécurisée, Zimbalam permet à tous les artistes de distribuer leurs œuvres en quelques clics et leur propose des outils de marketing pour promouvoir leur musique, notamment un player à intégrer sur leur site ou leur page MySpace, qui rend possible la pré‑écoute des morceaux et propose un lien vers les sites où les acheter !
Bref, Zimbalam, c'est l'alternative que tout le monde attendait et elle est enfin là. Alors musiciens et artistes du monde entier réveillez-vous, nos oreilles n'attendent que vous !
Ils ont d'ores et déjà fait confiance à Believe Digital: Kill the DJ, Makasound, Versatile, Fargo, Records Maker, France Television...
Merci également aux artistes tels Emilie Satt, AaRON, Alela Diane, Soko, Chloé, Yvan Smagghe, Cocosuma, Femi Kuti, Dj Cam, Emily Loizeau, Rubin Steiner et bien d'autres encore !

Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (3)

Par mdenis
posté le 20 août à 13:57
Signaler un abus

Je crois avoir compris, il y a en fait les CGD (Distribution de la musique), correspondant au contenu du cadre lors de l'inscription (et acceptées via la seconde case à cocher), et les CGU (Utilisation du site), accessibles via le lien Termes et Conditions (3ème case à cocher, et bas de la page). Les CGD sont bien les mêmes sur le sites .fr (français) et .com (anglais), mais diffèrent des CGU puisque ces dernières ne concernent que l'utilisation du site. Dans la page d'inscription sur le site français, la référence aux conditions d'utilisation anglaises (présentées comme la source légale) dans le cadre CGD français m'a fait cliquer sur le lien Termes&Conditions, qui n'est pas la même chose (CGU). La présentation des informations a donc conduit à mon erreur.

Par mdenis
posté le 20 août à 11:39
Signaler un abus

MAJ : la FAQ précise bien les formats audio et artwork (et le délai précisé pour audit des comptes est de deux ans - pas trois).

En fait Zimbalam serait le système idéal si : - la mention relative aux conditions traduites en français non garanties (et ne prévalant pas sur la version anglaise) était supprimée (car les clauses semblent plus favorables au membre dans la version traduite). Ainsi la clause permettant de demander un audit des comptes dans les deux ans serait acquise, une garantie qu'aucun autre aggrégateur ne fournit.

  • l'éditeur du site fournissait des précisions sur le recours possible (droit français ? La mention du droit anglais est-elle légale pour un site .fr ?), car je suppose que le droit anglais est sans doute moins protecteur. Notamment quel recours possible en cas de fermeture du site et/ou des comptes (sans avis et sans justification comme indiqué dans les conditions en anglais - semble plus favorable dans la version traduite, de même que les obligations à maintenir le site opérationnel -).

  • l'éditeur précisait si des taxes sont dues (taxes UK comme pour les US ?). Si aucune taxe alors les 10% supplémentaires perçus par Zimbalam (comparé à TuneCore) seraient largement compensés par la facilité d'inscription : dans ce cas pas de formulaire W-8BEN à fournir au IRS US (compliqué car demande un TIN/EIN pour particuliers/entreprises pour pouvoir être rempli, via un formulaire W7 nécessitant l'envoi de picèes justifiant la nationalité et l'identité, et également une lettre de l'aggrégateur garantissant le business signé - ce que fournit Amazon par exemple pour Create Space). De plus il semble que Zimbalam permette le virement bancaire, plus simple et à priori moins de commission que lors de l'encaissement d'un chèque provenant des US.

Voilà, c'est bien parce que je voudrais pouvoir utiliser ce service que je pose ces questions. Au final c'est donc positif, lorsque ces détails auront été corrigés (après tout le site a été lancé très récemment) Zimbalam sera très probablement la meilleure solution pour distribuer sa musique depuis la France.

Par marco
posté le 18 août à 18:00
Signaler un abus

Comme on peut le voir dans les liens d'une thread sur TuneCore, il apparaît que le reporting des aggrégateurs est sujet à doutes, et de toutes façons absolument pas vérifiable (pas le droit de demander le reporting au marketplace, seul l'aggrégateur le peut, et nous reporte ce qu'il veut... qui accepterait cela ?) : http://tunecore.websitetoolbox.com/post?id=3619710

Tout cela alors que ces aggrégateurs se prennent une marge (10%) et/ou des frais de gestion (par album et/ou annuels). Et même en passant directement par un marketplace (possible avec Amazon Create Space), le doute est encore présent (alors que leurs 30% de commission devraient leur suffir) : https://www.createspace.com/en/community/message/28401 https://www.createspace.com/en/community/thread/2065;jsessionid=B39B15368D8B717BC18151B38631BAC3.clearspaceworker00

Pour le cas Zimbalam je remarque que les conditions de vente traduites en français (http://www.zimbalam.fr/join.php) ne sont absolument pas les mêmes que la version en anglais (http://www.zimbalam.fr/terms.php), notamment dans l'original (anglais) il n'est pas indiqué qu'on peut demander un audit des comptes dans les 3 ans, et il est par contre précisé que l'éditeur ne s'engage pas à maintenir son site fonctionnel, et qu'il peut fermer les comptes (et le site) à tout moment, sans aucune justification. Mais surtout il est indiqué que la traduction française n'est pas un engagement, que seule la version anglaise prévaut. Cela paraît totalement illégal !

Enfin quid de la gestion de taxes, puisque que la société est à Londres ? La société doit elle retenir des taxes sur les ventes avant virement ? (c'est le cas avec une société US comme Amazon ou iTunes, ou Tunecore, etc. - 30% de taxes ou alors il faut envoyer le formulaire W-8BEN pour s'en affranchir).

Manque également un forum sur Zimbalam pour mesurer le sérieux (gestion de l'infrastructure et des réclamations) et le degré de transparence (ou censure), et une démo (copies d'écrans) de la procédure d'enregistrement d'album (avec les infos sur les formats audio et artwork attendus). La FAQ est trop courte par rapport à celle de TuneCore.

A propos de l’auteur


Etienne Martin 108 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte