Magazine Culture

Comme un dimanche matin... Vu par Chapy...

Publié le 28 juin 2009 par Etienne Martin

Comme un dimanche matin... Vu par Chapy...

Salut les petits clous.
En ce beau dimanche matin c’est à mon tour de prendre soin de vos esgourdes. En cette semaine de deuil national dans ma chambre (mon disque dur a eu le mauvais goût de me quitter), c’est de mes fonds de tiroirs que je vous sors ces quelques dimanches matins, sans vous négliger pour autant, quand même. Du bonheur je vous dis…
On commence en souplesse sur une plage brésilienne, avec Seu Jorge le presque quarantenaire renouveau de la pop-samba-bossa. On se souvient qu’il avait en plus de son apparition dans le Aquatic Life de Wes Anderson signé une partie de la BO, avec des reprises à sa sauce de classiques de Bowie. Voici donc un bon vieux Rebel Rebel ensoleillé, juste un peu à l’arrache et un poil faux, comme un matin un peu approximatif, mais tout en douceur...
Comme un dimanche matin... Vu par Chapy...

Seu Jorge - Rebel Rebel

Artiste soul américain 70s honteusement méconnu en France, cet homme est énorme. Avec quelques productions beaucoup plus funky, on trouve dans la discographie du bonhomme de purs moments de grâce. Sur un matelas de mélodie assez simpliste mais superbe, Bill Withers pose son incroyable voie comme une caresse pour ce magnifique Hope She’ll Be Happier, sur le Live au Carnegie Hall sorti en 73 (les amateurs pourront en voir une superbe version à Kinshasa en 74 dans l’excellent Soul Power, encore en salles). C’est beau…
Comme un dimanche matin... Vu par Chapy...

Bill Withers - Hope She'll Be Happier (Live At Carnegie Hall)

L’histoire ne raconte pas s’il s’agissait d’un dimanche matin, ni dans quel état il était, mais un jour de 1997, l’artiste Declaime a décidé, pour déconner, de devenir le classieux Dudley Perkins le temps de quelques séances studio. Après quelques années de mûrissement au soleil des californiens de Stone Throw, le projet a abouti à une poignée d’enregistrements, réunis notamment en 2004 sur l’album-compile A Lil’ Light. La prod jazz old school supacool façon Madib et la voie de crooner zarbi de Dudley vous apportent des fleurs, pour bien commencer la journée.
Comme un dimanche matin... Vu par Chapy...

Dudley Perkins - Flowers

Comme de temps en temps on ne veut pas d’un dimanche matin tranquille et léger, on se plonge quelques minutes dans l’univers étrange et vaguement inquiétant de Homelife. En plus, c’est une bonne excuse pour caser l’une des excellentes vidéos de chez Ninja Tunes. Le collectif de Paddy Steer nous offre ici une éléctro-pop instrumentale superbe d’étrangeté mélancolique.

Homelife - Flying Wonders

Oui c’est niais, et même super niais. Membre du collectif Elephant 6 (une cinquantaine de groupes, dont The Decemberist, Neutral Milk Hotel, Of Montreal), les pommes ne donnent pas plus dans la rébellion que leurs petits camarades. C’est gentil, consensuel, simpliste, mais comment ne pas sourire bêtement en dodelinant à l’écoute de ce Rainbow multicolore comme un épisode des Teletubbies ?... Pour un dimanche content.
Comme un dimanche matin... Vu par Chapy...

The Apples In Stereo - The Rainbow

Pour finir cette matinée avec l’énergie pour faire des tonnes de choses (ou pas), on ose aller chercher dans les années 80. A côté des punks, skinhead reggae et autre Rod Stewart, la scène anglaise produisait encore des bizarreries alternatives plutôt pas inintéressantes, comme ces cinglés de Pharaoh. Groupe Punk-rockabilly-psyché-surfrock, ils nous gratifient de quelques chansons parfaites pour se désengourdir la nuque en ce dimanche matin. Take it easy like a Sunday morning….
Comme un dimanche matin... Vu par Chapy...

Pharaoes - Vincent Von Go Go



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Etienne Martin 108 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines