Magazine Cinéma

Las Vegas Alcoolo

Publié le 28 juin 2009 par Boustoune


Les enterrements de vie de garçon donnent invariablement lieu à des soirées mémorables entre potes - allant de grosses parties de rigolades crétines à toutes sortes d’activités beaucoup moins avouables - dont on émerge le plus souvent avec la gueule de bois tant l’alcool a coulé à flot.
Very bad trip - 9
C’est ce qui arrive au petit groupe de copains de Very bad trip, sauf que dans leur cas, c’est un peu plus extrême. Quand ils se réveillent, un peu vaseux, ils ne se souviennent plus de la folle nuit qu’ils viennent de passer. En revanche, ils peuvent constater l’étendue des dégâts… La luxueuse suite d’hôtel qu’ils ont louée à Las Vegas semble avoir été ravagée par un cyclone. Outre les immondices, les cadavres de bouteilles et les tas de fringues qui jonchent sols et mobilier, les miroirs sont brisés, l’écran plasma du salon ne tient plus qu’à un fil et semble prêt à imploser, le canapé est en feu, ou du moins dégage une inquiétante fumée. Une poule se ballade sur la table du salon et un tigre affamé squatte la salle de bain. On trouve aussi un bébé gazouillant dans un placard. Et, pour couronner le tout, le futur marié est porté disparu…
Les trois amis ont à peine plus de vingt-quatre heures pour reconstituer les événements de leur soirée délirante, retrouver leur copain et l’emmener se marier à plusieurs centaines de kilomètres de là… Ils ne sont pas au bout de leurs surprises… Et le spectateur non plus…
Very bad trip - 4  Very bad trip - 3  
Cette trame scénaristique à rebondissements maintient captive l’attention du spectateur tout au long des quatre-vingt-dix minutes que dure le film, et permet au réalisateur Todd Phillips de se concentrer sur l’exploitation du fort potentiel burlesque des situations. Gags et répliques ne sont pas toujours d’une extrême finesse, mais sont toujours efficaces. Very bad trip est une comédie drôle et enlevée, qui assume totalement son côté potache.
On se laisse d’autant plus griser par ce pur divertissement que les protagonistes sont d’attachants zozos, incarnés par des acteurs très bien choisis, complices et complémentaires… Justin Bartha et Bradley Cooper assurent la touche de charme du groupe tandis que Ed Helms, en dentiste frustré, et Zach Galifianakis, croisement improbable entre le Dustin Hoffman de Rain Man et le Jeff Bridges de The big Lebowski, s’occupent de faire travailler nos zygomatiques. Ajoutons à ce casting la toujours sexy Heather Graham et un invité surprise, dans son propre rôle…
Very bad trip - 6  Very bad trip - 8
Bon, inutile de chercher là-dedans une quelconque ambition artistique, ni même le moindre fond de psychologie. Very bad trip (encore un very bad titre français…) n’est qu’un « simple » divertissement. Il offre un plaisir brut, immédiat, aux spectateurs et s’oublie ensuite assez vite, à l’instar des souvenirs de la folle orgie des quatre protagonistes, aussi volatils que l’alcool dont ils ont abusé. C’est déjà beaucoup, en regard de toutes ces comédies américaines – et franchouillardes - tellement formatées qu’elles en perdent tout leur potentiel comique.
Espérons que Todd Phillip et sa joyeuse troupe parvienne à conserver ce ton politiquement incorrect et cette force comique pour la suite, d’ores et déjà planifiée grâce au succès du film Outre-Atlantique, et même qu’il aille encore plus loin dans le délire burlesque et l’humour trash…
Note : ÉtoileÉtoileÉtoileÉtoile
Las Vegas Alcoolo

Tags : Very bad trip,Yhe hangover,Todd Phillips,Bradley Cooper,Ed Helms,Zach Galifianakis,
  Justin Bartha,Heather Graham,alcoolisme,drogue,sexe,cuite,enterrement de vie de garçon,Las Vegas

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Boustoune 2983 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines